Avis sur

Rosa Candida

Avatar BibliOrnitho
Critique publiée par le

Arnjoltur a 22 ans. Il vit encore chez ses parents et vient de perdre sa mère, morte dans un accident de la route. Il a un frère jumeau, Josef, qui est autiste et de deux heures son cadet. Il a connu six femmes et il ne sait pas si à 22 ans ce chiffre est enviable ou insignifiant. La question, sans le tarauder à l'excès, l'inquiète un peu. Où se situe t-il ? Qui est-il et que veut-il faire de sa vie ? Il a de nombreuses questions mais peu de réponses. Afin de parachever la présentation de ce jeune homme candide et qui se cherche, précisons qu'il a une fille de presque sept mois, conçu au cours d'un quart de nuit d'amour avec une jeune femme qu'il connaît à peine et qu'il n'a presque pas revu ensuite : un rendez-vous dans un café lorsqu'elle l'a informé qu'il allait être père, une rencontre inopinée devant une sandwicherie et à l'occasion de la naissance de la petite à la maternité.
Le roman débute au moment où Arnjoltur s'apprête à prendre l'avion : il quitte son Islande natale pour un pays étranger (dont le nom ne sera jamais mentionné) dans lequel il doit rafraîchir « l'une des plus belles roseraies du monde » sur le déclin. Cette roseraie dépend d'un monastère dans lequel il doit loger. Après un long périple, il arrive à destination et entame avec passion un travail de résurrection. Et s'y consacre corps et âme quand sa vie le rattrape : son amie d'un quart de nuit d'amour débarque avec leur fille et lui dit devoir lui confier l'enfant durant 4 semaines. Elle ne peut faire autrement et doit repartir pour achever ses études par la rédaction d'un mémoire. Mais le départ est faux et trente minutes plus tard, la jeune femme revient et affirme qu'elle peut parfaitement travailler là plutôt qu'en Islande. Je la soupçonne de toujours avoir eu cette idée derrière là tête et que ce faux départ n'était qu'une mise en scène. Voici donc notre jeune horticulteur avec sa fille et la mère de celle-ci sur les bras. Du jour au lendemain et sans aucune préparation. Une intrusion qu'il juge tout d'abord importune mais avec laquelle il va apprendre à vivre et finalement y prendre goût.
Un livre extrêmement agréable, sympathique, gai et qui se lit vite et bien. Une bouffée d'oxygène après un certain nombre de lectures difficiles et sombres. Un baume apaisant, savoureux, parfois croustillant. Un parcours initiatique d'un jeune homme naïf, bonne pâte et pas chiant pour deux sous. Quelques réflexions, pensées et réactions de sa part qui dénotent tout de même une certaine maturité et qui contredit un peu la naïveté affichée du personnage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 207 fois
2 apprécient

BibliOrnitho a ajouté ce livre à 2 listes Rosa Candida

  • Livres
    Cover Littérature islandaise

    Littérature islandaise

    Avec : La Rivière noire, Hypothermie, Bettý, La Cité des jarres,

  • Livres
    Illustration Lectures 2011

    Lectures 2011

    Mes lectures (ou tentatives de lectures) de l'année 2011 LISTES ANNUELLES : Lecture 2014 : http://www.senscritique....

Autres actions de BibliOrnitho Rosa Candida