Traînée de Rouille dans un Paris Steampunk.

Avis sur Rouille

Avatar Queenie
Critique publiée par le

L'histoire de Violante, jeune prostituée amnésique dans un Paris steampunk.
Un Paris aux quartiers marqués - La Ferraille, Le Dôme, La Souricière.. - chacun avec son chef de gang, chacun avec ses règles. Un Paris aux quartiers pauvres cloisonnés du quartier riche.
Des quartiers pauvres d'où disparaissent mystérieusement les enfants des rues et les prostituées, où une nouvelle drogue circule, où des cadavres mutilés sauvagement apparaissent.
L'amie de Violante, Satine, s'est retrouvée à la rue, droguée, puis on a retrouvé son cadavre.
Violante, veut retrouver qui l'a assassinée. Tout en essayant de retrouver les traces de son propre passé.

Le résumé est intéressant. L'univers aussi, entre un Jules Verne, un Stephen King et un Jack l'éventreur.
Il y a malheureusement quelques faiblesses (peut-être dues au fait que c'est un premier roman ?) : des dialogues parfois inutiles, des incohérences, un univers qui ne va pas assez loin, n'est pas assez approfondi, des métaphores, des images, et des personnages trop déjà vus (ce qui m'a empêchée d'y croire vraiment).

Mais l'intrigue tient le lecteur, on a envie de savoir comment les choses vont tourner. Il y a des passages parfaitement maîtrisés - surtout les scènes d'action j'ai trouvé - où l'univers, les personnages et les actions, sont prenant, où l'on se sent immergée dans l'histoire, agrippée par ce qui s'y passe.
L'histoire en elle-même est bien trouvée.

Ce qui est réellement dommage, c'est donc ce sentiment de "pas assez" et de "déjà vu" (dans la forme et le fond), d'un peu en surface des choses, qui peuvent soit venir du fait que c'est un premier roman (ce qui laisse plein d'espoir pour la suite), soit que c'est un roman vraiment pour jeunes (je le conseillerais dès 12 ans - ça me rappelle les histoires de Stephen King que je dévorais à l'époque, pour le côté sanglant, sombre et aventureux. On me l'avait vendu en me disant qu'il pourrait être classé au rayon adulte... non... je ne pense vraiment pas... et ce n'est certainement pas pour rien que ce livre est édité par Scrineo et non par Atalante, Le Bélial; Denoël... )

Et autre bémol dommageable... certes le personnage féminin est une femme... mais... n'aurait-il pas pu y avoir plus de femmes dans ce livre ? Au final, on se retrouve encore avec une société où les hommes sont partout, et aux positions importantes, et les femmes sont cantonnées à être des prostituées et maquerelle. Super...
Et non, pour moi, ce n'est pas un détail.

Heureusement... Si on n'échappe pas à une petite bluette, celle-ci n'est pas assez importante pour dévier Violante de ses objectifs. J'ai eu peur jusqu'à la fin qu'elle "rentre dans le rang".

Je lui met donc un 7/10, plein d'espoir pour l'avenir de cette jeune autrice qui tient des choses mais pourrait faire nettement plus (elle le prouve dans des passages vraiment très bons).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 188 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Queenie Rouille