Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Couverture Sous le soleil de Satan

Critiques de Sous le soleil de Satan

Livre de (1926)

Hagiographie dans le monde moderne

L'introduction de Sous le soleil de Satan peut pratiquement se lire comme une nouvelle à part. On y lit l'histoire de Mouchette, jeune femme enceinte qui tue le père supposé de son enfant. Si l'histoire est reliée au corps principal du roman par tout un réseau de liens (le personnage de Mouchette, qui fera une courte apparition ultérieurement ; la présence du mal, voire de Satan lui-même,... Lire la critique de Sous le soleil de Satan

18 10
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

"Le coup le plus rusé que le diable ait jamais réussi..." !!!

Le Bon Dieu ne m'a pas mis une plume entre les mains pour rigoler Et visiblement ni pour caresser le lecteur dans le sens du poil, le fond de l'oeuvre de Georges Bernanos est ténébreux, sa prose est ténébreuse, son message est ténébreux. Cet auteur visiblement ne se laisse pas prendre facilement, ne laisse pas prendre tout court. Je dois... Lire l'avis à propos de Sous le soleil de Satan

10 5
Avatar Plume231
7
Plume231 ·

Une odeur de sainteté bien autre...

Bonjour à tous, Me voilà devant vous avec ce livre que j' ai adoré. Un coup de cœur récent. Et oui ! Que voulez-vous ? Je dois être un sale réactionnaire, si j' adhère à ses idées, voire antisémite ( opprobre suprême ! ). Trêve de plaisanteries. Soyons sérieux. "Ah! plutôt le désespoir, s'écria-t-il, et tous ses tourments qu'une lâche complaisance pour les oeuvres... Lire l'avis à propos de Sous le soleil de Satan

7
Avatar ClementLeroy
10
ClementLeroy ·

Et la porte du séminaire :

Grande ouverte. Comme toutes les âmes ici, celles entraperçues aussi. Une démonstration de clairvoyance, la plus fine définition de ce que peuvent être les concepts de révélation et de sainteté, donc au plus près de l'essence spirituelle du langage. Un projet si délicat. Tout dans ce récit menace de vaciller : une structure bancale, car Bernanos sait qu'il fraie avec l'indicible et... Lire la critique de Sous le soleil de Satan

7
Avatar petitchien
9
petitchien ·

Le mal absolu

Le soleil réchauffe et le soleil éblouit. Il est agréable mais il aveugle. Paradoxe ! Ainsi avance Satan. Le mal absolu, le voici : Satan. Et ce que j'ai apprécié dans Sous le soleil de Satan tient précisément au sentiment inverse, celui d'une absence d'absolu, d'une interpénétration constante entre le bien et le mal, d'un mélange des genres, d'un brouillage des identités. Et la suggestion tout... Lire la critique de Sous le soleil de Satan

3
Avatar Voilapapa
10
Voilapapa ·

Critique de Sous le soleil de Satan par JimAriz

Le premier roman de Georges Bernanos a un titre énigmatique : Sous le soleil de Satan, comment rapprocher le mot soleil à Satan ? Et cette allitération en -s sonne comme si le malin était en effet perché à siffler au-dessus de nos tête. Dès son titre Bernanos veut montrer la main-mise du mal sur notre existence. Ce titre, a priori blasphématoire n'en est point un, il révèle simplement un auteur... Lire la critique de Sous le soleil de Satan

5
Avatar JimAriz
10
JimAriz ·

Critique de Sous le soleil de Satan par Clathy

Comment dire ? C'est un bon livre, sans aucun doute, mais sa lecture est assez... pénible. Il y a eu de nombreux passages où j'ai été transportée, émerveillée, émue, touchée, où j'ai trouvé la prose de Bernanos magnifique. Toutefois, à de nombreux moments la lecture se faisait pénible, je ne comprenais plus ce qu'il se passait, les mots et les phrases se mélangeaient devant mes yeux sans aucun... Lire l'avis à propos de Sous le soleil de Satan

1
Avatar Clathy
6
Clathy ·

Critique de Sous le soleil de Satan par Pi Sab

Qu'est-ce la sainteté? La foi? Faut-il être une foudre de théologie pour vivre sa vie de croyant? Est-ce qu'une ame simple comme celle de l'abbé Donnissant ne suffit-elle pas comprendre Dieu et tout (c'est-à-dire peu) faire pour Lui plaire? Une sorte de Sainte Thérèse de Lisieux, au masculin. Lire l'avis à propos de Sous le soleil de Satan

1
Avatar Pi Sab
10
Pi Sab ·