Couverture Suite(s) impériale(s)

Critiques de Suite(s) impériale(s)

Livre de (2010)

Je vais pleurer, c'est trop triste

Au summum de son écriture, une maîtrise totale de ellipse, B.E. Ellis balade son lecteur sur cette frontière qui lui est chère entre conscient et inconscient, bien et mal - cette bonne vieille recette qui fait de ses personnages des borders terriblement dérangeants. Voilà pour le contenant. Le contenu, lui, est discutable. Bien sûr il y a ce fond proprement dégueulasse (vous me suivez?):... Lire l'avis à propos de Suite(s) impériale(s)

17 1
Avatar Missdynamite
7
Missdynamite ·

Je n'ai jamais aimé personne et j'ai peur des gens.

Imperial Bedroom (en référence à un album d'Elvis Costello) raconte l'histoire 15 ans après des protagonistes du premier roman de Bret Easton Ellis,Less Than Zero. On retrouve son héros,Clay,qui est devenu scénariste à Hollywood.Il revient à Los Angeles pour le casting d'un film "Les Auditeurs".Il croise ainsi ces amis d'enfance,Blair,Julian,Trent,Rip.Mais quelque chose cloche lorsqu'il rentre... Lire l'avis à propos de Suite(s) impériale(s)

12 3
Avatar Julien82
8
Julien82 ·

Critique de Suite(s) impériale(s) par thelightcarrier

Ellis est en roue libre, il sait ce qu'il fait et il se laisse aller. On est ici face à un Less than zero 20 ans plus tard, et ce n'est malheureusement que ça. L'aridité géniale du premier peinant ici à retrouver un quelconque intérêt. Court, presque insignifiant, on sent le livre sans effort, le savoir faire déroulé presque machinalement, sorte de régression un peu triste (surtout après... Lire la critique de Suite(s) impériale(s)

6
Avatar thelightcarrier
4
thelightcarrier ·

This Year's Novel : une chronique fictive de Suite(s) Impériale(s)

Article sur Discordance Le 16 septembre 2010 paraît en France Imperial Bedrooms, traduit par Suite(s) Impériale(s), le 6e roman de Bret Easton Ellis. L'histoire qui va suivre raconte le périple créatif d'un jeune scénariste, Spike Aloysius, chargé d'adapter le roman pour un studio d'Hollywood. Les... Lire la critique de Suite(s) impériale(s)

5 1
Avatar Templar
6
Templar ·

Pas impérial, mais quand même. #penseesenvrac

On l'attendait depuis Lunar Park et son annonce dans les interviews, la suite du minimaliste et monstrueux et obsédant Less Than Zero est sortie. On en a parlé et parlé encore encore, en bien dans les magazines et entre nous et beaucoup ont été déçus. Stylistiquement, le retour du minimalisme est un plaisir nostalgique, une madeleine de Proust, bien qu'il n'atteigne pas la puissance de LTZ,... Lire l'avis à propos de Suite(s) impériale(s)

5 2
Avatar Vadim
7
Vadim ·

Suite(s) impériale(s), vide sidéral...

On retrouve Clay une vingtaine d'année après ''Moins que zéro''. Il traine toujours le même vide abyssal dans un Los Angeles pour VIP. On le voit, on le sent faire les choses sans envie, sans exaltation, sans besoin, juste parce qu'il n'a rien d'autre à faire. L'alcool, les drogues, le sexe n'apportent aucune satisfaction visible, ils ne trompent même pas son ennui. Ce sont juste des moyens de... Lire l'avis à propos de Suite(s) impériale(s)

4
Avatar Jules Delphi
7
Jules Delphi ·

Critique de Suite(s) impériale(s) par Christophe

Moins que zéro m'avait fait un effet Wouha. Suites Impériale ne provoque en moi qu'un Mouais. Grosse déception pour ce nouveau Bret Easton Ellis. Trop de coquetteries d'écriture, construction inexistante, mêmes scènes maintes fois répétées, vieilles ficelles de Bret (violence, sexe, drogue) de nouveau utilisées... Au final, un texte pénible à lire, d'un ennui profond. Les journalistes qui en... Lire la critique de Suite(s) impériale(s)

5 1
Avatar Christophe
3
Christophe ·

Critique de Suite(s) impériale(s) par smwhr

Globalement, la vie de Clay, on s'en contrebalance absolument dans Imperial Bedrooms. Pas parce qu'elle n'est qu'ennui, j'étais resté scotché à sa narration dans Less Than Zero alors même qu'il ne s'y passe pas davantage de choses, mais parce qu'à aucun moment elle ne semble un tant soit peu crédible, l'élément d'identification étant absolument absent. La valse des BMW et des Range Rover... Lire la critique de Suite(s) impériale(s)

4 3
Avatar smwhr
3
smwhr ·

Fausse suite mais toujours un régal

On peut dire ce qu'on veut de ce livre : peut-être est-il trop court, trop évident, trop répétitif, trop proche des romans précédents, trop décevant...Il n'empêche que la plume de Bret Easton Ellis reste vraiment unique et excellente. Lire un simple paragraphe me donne instantanément le sourire, il est l'un des rares auteurs qui sachent si bien décrire une situation en quelques mots. Il n'y a... Lire l'avis à propos de Suite(s) impériale(s)

Avatar Diego Cuesta
7
Diego Cuesta ·

Critique de Suite(s) impériale(s) par Ponchiot

J'avais adoré Easton Ellis, j'avais adoré suivre Clay, mais la non. Tout se lit bien, le style est toujours fluide et présent. Mais on ressent trop, beaucoup trop, la vacuité de son existence à travers du name dropping incessant de marques de bagnoles (et ma BMW, et la Jaguar, et j'étais dans un bar, et j'ai bu de la vodka et je m'ennuie alors j'ai baisé parce que je pouvais mais ça ne me plait... Lire la critique de Suite(s) impériale(s)

Avatar Ponchiot
4
Ponchiot ·