Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

D'une route à l'autre

Avis sur Sur la route

Avatar Vincent_Ruozzi
Critique publiée par le

Sur la soute de Jack Kerouac est souvent décrit comme la pierre angulaire du mouvement littéraire de la Beat Generation.

Ce mouvement, devenu quelque peu fourre-tout car désignant ce qui rejettait les valeurs traditionnelles et puritaines de l'époque, regroupe principalement toute une bande d'amis, dont beaucoup d'écrivains. On la retrouve dans le roman de Kerouac, chaque personnage étant un proche de l'auteur. Et bien entendu, le héros de Sur la route, Sal Paradise, n'est autre que Kerouac.

Le livre retrace les pérégrinations de Sal Paradise à travers l'Amérique au début des années 50. Croisant au fil de ses voyages entre New-York, Denver et San Francisco, nombre de ses amis, le jeune Sal développe une amitié fraternelle avec l'un de ses compagnons d'aventures, Dean Moriarty. Les péripéties de Sal le ramènent toujours, volontairement ou non, à son ami, figure mythique du vagabond.

Ce récit initiatique est une formidable histoire sur l'évolution d'un jeune adulte. Le Sal du début du livre est naïf, timide et cherche à suivre le mouvement. Forgé par ses voyages, ses rencontres et ses réflexions, il s'émancipe, cesse d'idéaliser son grand ami et se forge son propre dessein.

L'écriture de ce livre est riche en rebondissements. L'auteur l'aurait rédigé en trois semaines, sous amphétamine, sur un unique rouleau de 36 mètres et sans ponctuation afin de gagner de la place. Écrit en 1951, le livre ne trouvera preneur, à la maison d'édition Viking Press, que six ans plus tard. Le manuscrit, aussi bien de par sa forme que par son contenu, s'est en effet révélé impubliable. Le maccarthysme faisait rage et nul éditeur ne souhaitait s'associer à un récit de sexes, de drogues et de libertés. Cette censure obligea Kerouac à réécrire son récit. Côté pile, le livre est une belle histoire de libertés à travers un long voyage initiatique. Côté face, c'est l'histoire d'un compromis long de six années à édulcorer une œuvre, érigée ensuite par la culture populaire en célébration de la spontanéité et de l'impudence. Le compromis est également présent dans la soif de liberté des deux personnages principaux Sal et Dean. Alors que le premier accepte finalement de rentrer dans le rang, le second est consumé par ce besoin insatiable. L'alter-ego de Sal finit également par plier afin d'être publier. Certains trouveront de la sagesse dans ceci. D'autres y verront une trahison.

Ce roman quasi-autobiographique est une très belle histoire sur l’amitié, celle du jeune Sal et du charismatique Dean. Ne souffrant d'aucun temps mort, le style frénétique de Sur la route en fait une œuvre dont on a du mal à décrocher. Appelant chacun à suivre ses aspirations, Kerouac n'est peut-être pas le révolutionnaire que l'on nous présente, mais un sage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 365 fois
29 apprécient

Vincent_Ruozzi a ajouté ce livre à 1 liste Sur la route

Autres actions de Vincent_Ruozzi Sur la route