👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon par ngc111

Paul Hansen, détenu dans un pénitencier de Montréal, nous raconte son histoire, de ses origines (à travers la vie de ses parents) jusqu'au moment qui l'a amené à être incarcéré aux côtés de Patrick Horton, membre des Hell's Angels au caractère impulsif malgré une étonnante douceur.

On va dés lors parcourir ce passé dont dont les évènements s'enchainent quelque peu sans queue ni tête, agrémenté de moments présents servant à amener un peu d'humour dans un récit qui dégage beaucoup de nostalgie voir de mélancolie.
Le fil conducteur n'est que chronologique et tout ce qui arrive semble être le produit d'un certain chaos, d'un hasard tantôt bienveillant tantôt cruel ; et pourtant ces évènements définissent la vie de ce personnage, la construisent et l'amènent là où il en est lorsqu'il nous raconte tout cela ; ce même si la raison de l'incarcération n'est finalement que secondaire, presque mineure par rapport au reste. Le récit n'est pas construit pour nous amener à une grande révélation sur ce motif, mais bien pour nous faire ressentir les mêmes émotions qui ont traversées le personnage.

Jean-Paul Dubois nous parle de l'obsession des gens (sur les Harley, leur travail, la rigueur, la mort...) et de l'effet dévastateur que cela peut avoir sur leur vie (c'est flagrant avec le personnage du père) mais aussi de la puissance des sentiments, de l'amour et de la bienveillance. C'est un livre humaniste qui tend parfois à la critique de la société moderne même si cela reste en surface, un peu superficiel diront certains.

L'écriture du prix Goncourt 2019 est d'une simplicité extrême, les phrases sont courtes et vont à l'essentiel, sans aucune fioritures de style ; le ton se veut parfois humoristique mais devient un peu lourd par instant par la répétition. Difficile de trouver un trésor de littérature dans ces quelques pages mais une justesse bienvenue pour emmener une histoire à son terme sans incommoder le lecteur, sans trop le décevoir.

Au final Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon est un roman touchant, qui n'a peut-être pas l'aura d'un chef d'œuvre dont la qualité mériterait un prix littéraire prestigieux (mais là on remettrait plutôt en cause l'intérêt de ces fameux prix littéraires) ; mais j'ai aimé son humilité justement, à travers sa volonté de nous raconter une histoire sans teneur précise, sans grandes phrases pompeuses, mais touchante tout au long de ces remémorations.

Et c'est déjà très bien.

ngc111
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2019 Mon année de lecture

il y a 2 ans

2 j'aime

2 commentaires

La Pierre et le Sabre
ngc111
10

Critique de La Pierre et le Sabre par ngc111

Musashi, du nom d'un célèbre samouraï, est bien plus qu'un roman ; c'est un récit initiatique, un parcours auquel on assiste, et dans lequel chacun pourra puiser inspiration, force, et même, si cela...

Lire la critique

il y a 11 ans

39 j'aime

6

District 9
ngc111
4
District 9

Critique de District 9 par ngc111

Toute la partie en forme de parabole sur la ségrégation raciale et communautaire est intéressante, on assiste presque mal à l'aise à l'étalage de la barbarie humaine avec une variété d'attaques qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

29 j'aime

2

Mémoires d'outre-tombe
ngc111
10

Critique de Mémoires d'outre-tombe par ngc111

Je suis finalement arrivé au bout des Mémoires d'outre-tombe. Cela aura été un plaisir quasi-permanent malgré l'importance de l'œuvre et sa densité. Des milliers de pages réparties en 42 livres,...

Lire la critique

il y a 11 ans

29 j'aime

9