Avis sur

Un certain M. Piekielny par François CONSTANT

Avatar François CONSTANT
Critique publiée par le

Livre marquant de cette rentrée littéraire automne 2017, « Un certain Monsieur Piekielny » de François-Henri DESIRABLE est, à plus d’un titre, un roman étonnant ! L’idée de départ est plaisante, assez originale et en parfaite adéquation avec notre époque qui veut tout comprendre et qui, quand elle ne peut prouver, invente ; le public étant moins frustré d’un mensonge que d’une question sans réponse !
Les thématiques abordées relèvent d’un mécanisme à tiroirs qui donne à croire aux lecteurs que le sujet de l’enquête est celui annoncé alors qu’en fait, le moteur de recherche est ailleurs.
« Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilmo, habitait un certain Piekielny … »
Voilà le point zéro de l’enquête dans laquelle F-H DESIRABLE va se lancer. Cette phrase tirée de «La promesse de l’aube» signée Romain Gary est une énigme pour l’auteur. Gary a-t-il vraiment connu cet ‘homme - triste souris ‘ alors qu’il vivait sa vie de gamin sous son vrai nom, Roman Kacew ? Pour le savoir, il doit partir à sa recherche. Mais, si Piekielny a existé, a-t-il vraiment formulé cette demande ? Il faut donc soulever l’épais voile psychologique qui recouvre toute vie. S’il l’a formulée, Romain Gary s’est-il, comme il le dit, acquitté de sa promesse auprès des Kennedy, De Gaule, Churchill et autres grands de ce monde ? La recherche bascule, le sujet n’est plus Piekielny, ni même l’œuvre de R. GARY, c’est la vie de ce dernier, son époque, les jeux de pouvoirs et de relations qui tressaient alors les commandes de la société en place. Et si oui, R. GARY s’est bien ouvert auprès des grands quant à l’existence de ce Monsieur Piekielny habitant au 16 de la rue …, quel sens faut-il donner à cette demande d’une souris triste et à la promesse tenue par Romain GARY ? L’auteur doit quitter le fait divers et se plonger dans les moteurs fondamentaux qui édictent les conduites universelles à tenir dans nos vies personnelles en recherche d'équilibre.
Sous le prétexte d’une enquête d’identité (Mais qui est donc ce Monsieur Piekielny ?), F-H DESIRABLE mène une véritable enquête littéraire et relit pour nous une part de ‘La promesse de l’aube’. Il revisite, et nous rend accessible, l’œuvre et la vie de Romain Gary, écrivain, pilote de chasse, diplomate, lauréat du Goncourt et ‘fumiste’ pour l’acquisition d’un second prestigieux titre. Le lecteur suit, pas à pas, les questions de l’enquêteur, les éléments de réponse qui infirment ou confirment l’existence de ‘l’homme’. L’auteur devient lui-même un de ses personnages, Le lecteur se prend à le considérer comme un de ces commissaires qui font le bonheur des polars de notre temps.
Mais, même si son humour, parfois décalé, nous rend le personnage sympathique, le sujet du roman n’est pas là. Pas plus, selon moi, que dans l’évocation de la vie tumultueuse de Romain Gary, de son époque et de son œuvre littéraire. Le sujet serait plutôt, de mon point de vue, l’interrogation à propos des fondements même d’une écriture littéraire, la part de hasard dans ce qui est traité comme sujet et, surtout, la question du droit au mensonge que tout écrivain se donne lorsqu’il prétend relater la vérité.

Avec finesse, puissance de persuasion et puissance égale de perversion, F-H DESIRABLE nous donne de découvrir la vérité, toute la vérité, rien que la vérité … et le doute qui ne peut que l’accompagner !
Renvoyant au lecteur la responsabilité de trancher sur le fond, il propose une forme de ce que peut être une création littéraire, une enveloppe aussi bel écrin qu’écran !

Une joyeuse découverte de cette rentrée littéraire automnale. A lire !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 612 fois
4 apprécient

Autres actions de François CONSTANT Un certain M. Piekielny