👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Une fièvre autodestructrice arborescente

Première approche avec ce livre : je ne l'ai pas ressenti. J'étais dans ma chambre. Je n'étais pas encore allé en Enfer.
Deuxième approche : je l'ai lu en même temps que Léo Ferré le racontait (ou hurlait, ou chantait ; un peu de tout en fait) dans son dernier album anthume. Là, je lui ai déjà reconnu de plus belles qualités, mais je ne l'ai pas ressenti non plus, et je n'ai pas compris l'Art du voyant. Je n'étais pas encore allé en Enfer.
Troisième approche : je suis parti à Caulnes, village Cost-Armoricain sur la route de Dinan, pour dire au revoir à mon lycée comme à mes derniers amis restés là-bas. J'étais parti avec ce livre. J'avais dans mon sac une boite de nuggets, qui fut tous mes repas pendant 3 jours. Je dormais dehors, avec juste un sac de couchage, à deux reprises sur le terrain privé d'un vieil homme qui n'allait jamais voir au fond de son jardin. Je me suis servi de mon téléphone uniquement pour prévenir mes potes quand j'infiltrais dans l'établissement. Je suis allé en Enfer il y a deux ans.
C'est donc sur l'herbe, sous un orage menaçant, avec pour seuls sons des oiseaux et le frémissement des arbres, que j'ai enfin ressenti "Une saison en Enfer". Là, j'ai compris sa fièvre autodestructrice, son jusqu'au-boutisme (en fait, il a précédé toutes les rock star, dont Jim Morisson qui a appliqué sa philosophie à la lettre !), et effectivement la résurgence de toute la substance de la Condition Humaine qui en découlerait. Les excès "lyrisent" l'incendie qui nous consume dans la Vie ; il s'y est jeté à corps perdu, courageusement, comme personne d'autre n'a osé le faire. Quitte à tous nous dérouter. Sa vie ressemble à un bras d'honneur à tout ce que nous connaissons ; il fallait quelqu'un pour le faire, ce fut lui. Tant mieux. L'ouvrage en lui-même, le seul publié de son vivant, le livre qui a eu la lourde tâche de lui sauver la vie, qu'il a pourtant voulu détruire comme Georges Lucas veut détruire son "Holiday Spécial"... Il est maudit, de la première à la dernière page, dans la tradition la plus décadente et la continuité la plus romantique. Bien sûr, le verbe Rimbaldien, bien sûr, la vision fiévreuse de son auteur, bien sûr, l'insinuation constante à Verlaine, pourtant jamais cité...
Mais il s'en dégage surtout, et c'est là qu'il touche à l'unicité, un sentiment d'appel à une rédemption impossible. Comme s'il savait qu'il était allé trop loin dans son Art, que le titre était trompeur : l'Enfer sera désormais permanent. C'est, selon moi, le point le plus fort de ce livre. Parce que ses différents constituants restent quand même assez inégaux : si "Les Délires", en particuliers le 1er, sont magnifiques, j'ai trouvé "L’Éclair" et "Le Matin" vraiment inférieurs au talent naturel de Rimbaud. Ça altère l'équilibre, et j'ai trouvé que les derniers vers de "l'Adieu" manquent beaucoup de solennité pour un livre pareil.
Mais il n'empêche que ce livre est une Leçon. Un Enfer à portée de main, une poignée d'herbes folles, un brasier qu'aucune source d'eau ne peut éteindre. Donc Immortel, à jamais. Comme disait Luchini, Rimbaud est un Événement ! Et moi, dans mon Caulnes, j'ai enfin compris pourquoi je suis allé en Enfer, il y a deux années-lumière.

Billy98
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs titres de livres

il y a 4 ans

5 j'aime

2 commentaires

Une Saison en enfer
NadineSarah
9

« Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère. »

Quand les sens se mêlent aux mots, la poésie devient réelle. Et quand l'intimité spirituelle touche les vers, la poésie devient loyale. C'est sous la plume de Rimbaud que naît la sincérité des...

Lire la critique

il y a 10 ans

21 j'aime

1

Une Saison en enfer
ShadowPuppet
9

Critique de Une Saison en enfer par ShadowPuppet

" cortège de Souvenirs, de Regrets, de Spasmes, de Peurs, d'Angoisses, de Cauchemards, de Colères et de Névroses " cette phrase que j'ai moi même tiré du Spleen de Paris de Baudelaire ( source...

Lire la critique

il y a 11 ans

15 j'aime

Une Saison en enfer
binnie
10

Critique de Une Saison en enfer par binnie

J'ai lu « Une saison en enfer » à 14 ans, pour terminer mon cycle rimbaldien (je voulais tout lire de cet auteur avant d'entrer au lycée, question d'emo-cred.) Mais blague à part, à l'époque, mon...

Lire la critique

il y a 12 ans

8 j'aime

1

Il était une fois dans l'Ouest
Billy98
10

MA BIBLE

Mon film préféré. La plus grosse claque artistique de ma vie. Une influence dans ma vie. Un éternel compagnon de route. Le cinéma à l'état pur et au summum. Oui, vraiment ma Bible à moi. Je connais...

Lire la critique

il y a 6 ans

29 j'aime

12

Lulu
Billy98
10
Lulu

Jamais été aussi désespéré, et jamais été aussi beau (attention: pavé)

Le Manifeste... Projet débuté par un court-métrage majestueux, accentué de poèmes en prose envoyés par satellite, entretenant le mystère, son but semble vraiment de dire: prenons notre temps pour...

Lire la critique

il y a 5 ans

26 j'aime

10

The Voice : La Plus Belle Voix
Billy98
2

Le mensonge

Je ne reproche pas à cette émission d'être une grosse production TF1. Après tout, les paillettes attirent les audiences, et plus les audiences augmentent plus les attentes montent, c'est normal. Je...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

6