Début poussif pour le détective

Avis sur Une étude en rouge

Avatar Basique
Critique publiée par le (modifiée le )

Je dois avouer que j'ai découvert Sherlock Holmes avec la série et les films récents et que j'ai trouvé les personnage intéressants (je me souviens avoir lu quelques Sherlock étant plus jeune mais sans plus vraiment de souvenir, à part que la bande tacheté c'est un serpent peut être ?). Et là je vois un bouquin avec toutes la première moitié des œuvres du détectives dans une librairie à Jakarta et comme c’était soit ça soit 50 shades of gray je suis reparti avec, pour voir.

Première impression après la première nouvelle, j'aime pas le style de l'écriture, et puis j'aime pas tout court en fait. Le mystère est un peu intéressant (un peu, j’étais pas accroché à mon siège non plus), mais le déroulement est pathétique. Je tourne les pages et je me demande quand est-ce que ça finis, pas ce qui se passe ensuite.

En fait ce qui m'a le plus déçu c'est que la moitié de la nouvelle n'est pas sur l'affaire en tant que telle mais sur le passé du meurtrier. On a donc en première partie l'exposition et la résolution de l'affaire, et en deuxième une longue fresque sur le mormonisme. On a tout le même droit à une conclusion par Sherlock qui nous révèle comment il l'a résolut. Le problème c'est que tout ça est très chiant et à aucun moment on se soucie du sort d'un quelconque personnage, surtout quand on sait déjà se qui va se passer pour les 30 prochaines pages.

Décevant en général sont tous les personnages à part Sherlock qui est le seul à avoir une personnalité (ou au moins une personnalité plus développé que bou je veux me venger). Tous sont complétement con et facilement étonnés, comme des enfants. J'aurais compris que quelques personnages soient étonnés face au génie de Sherlock mais faut pas abusé non plus. Watson par exemple est insupportable, c'est incroyable l'admiration qu'il a pour Holmes pas longtemps après l'avoir rencontré. Devant des gens comme ça le premier qui fait disparaitre une pièce, il fonde un religion.

Bref un rythme bizarre, un style chiant, une structure louche achève de rendre la nouvelle raté. Pour sa défense cependant, Sherlock, quand il est là, est génial, bien péteux et vaniteux comme il faut, et je connaissais déjà la résolution de l'affaire (à cause de la série télé), du coup j'avais moins de surprise. Mais même avec surprises incluses, je suis pas sur que ça soit bien mieux.

A lire car c'est un passage obligé si l'on veut découvrir le détective.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 798 fois
3 apprécient · 5 n'apprécient pas

Basique a ajouté ce livre à 1 liste Une étude en rouge

  • Livres
    Illustration Lectures de cet hiver

    Lectures de cet hiver

    Alors que je me baladais dans l'Asie du Sud-Est, j'ai lu à l'ombre du soleil qui essayais de me tuer.

Autres actions de Basique Une étude en rouge