👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Est-ce que vingt quatre heures peuvent changer la vie d'une femme?

Telle est la question de ce court roman de Stefan Zweig, qui relate comment une femme honorable, veuve et seule au monde, a pu s'éprendre d'un jeune homme en ayant simplement observé ses mains dans un casino, et ressenti toute la détresse dont elles étaient détentrices.

S'en suivra une grande confusion entre fièvre du jeu, affres de la solitude, instinct maternel et passion amoureuse.
La puissance de ce texte, c'est que jamais Zweig ne se fait juge ou moralisateur, malgré les déboires de son héroïne. Il conte avec justesse et délicatesse la mince frontière qui existe en raison et déraison, folie et amour.
La force de ce récit provient également de son enchâssement dans un premier: dans un hôtel les hôtes réalisent qu'une femme mariée est parti avec un jeune français arrivé la veille.
C'est au milieu des pires sentences que s'élève humblement cette confidence.

On ne peut s'empêcher de rappeler que Stefan Zweig divorcera d'avec sa première femme avec qui il était depuis plus de quinze années pour épouser sa toute jeune secrétaire, celle là même qui décidera de l'accompagner par delà la mort dans son suicide.

Le ton doux du roman pose donc un regard compatissant sur la nature humaine, dans ces élans de folie, rarement épargnée par la société bien pensante, et nous rappelle que nul n'en n'est à l'abri. En matière de sentiment et de subjectivité il n'est pas de bienséance.
madamedub
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 11 ans

31 j'aime

4 commentaires

Vingt-quatre Heures de la vie d'une femme
madamedub
10

Critique de Vingt-quatre Heures de la vie d'une femme par madamedub

Est-ce que vingt quatre heures peuvent changer la vie d'une femme? Telle est la question de ce court roman de Stefan Zweig, qui relate comment une femme honorable, veuve et seule au monde, a pu...

Lire la critique

il y a 11 ans

31 j'aime

4

Vingt-quatre Heures de la vie d'une femme
amarie
8

La passion toujours et encore

Faut-il que Stefan Zweig soit un passionné pour écrire de telles nouvelles, Faut-il qu'il ait une sensibilité à fleur de peau pour conter avec autant de passion les relations amoureuses. Fait-il...

Lire la critique

il y a 7 ans

22 j'aime

Vingt-quatre Heures de la vie d'une femme
DieLorelei
10

Critique de Vingt-quatre Heures de la vie d'une femme par DieLorelei

Il y a parfois des moments brefs de notre vie qui changent notre rapport au monde et restent en nous gravés plus profondément que des années entières. Parfois, vingt-quatre heures suffisent à changer...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime

9

Rien ne s'oppose à la nuit
madamedub
8

Critique de Rien ne s'oppose à la nuit par madamedub

Delphine de Vigan, que l'on avait pu rencontrer avec "Jours sans faim" ou le plus récent "No et moi" signe un nouveau roman, consacré à la vie de sa mère: "Rien ne s'oppose à la nuit", titre emprunté...

Lire la critique

il y a 10 ans

27 j'aime

2

Le Mépris
madamedub
10
Le Mépris

Critique de Le Mépris par madamedub

« Le mépris« , pour beaucoup de gens, c'est avant tout le célèbre film (1963) de J. L. Godard, avec Brigitte Bardot. Mais il s'agit avant tout du livre d'Alberto Moravia, auteur italien réputé entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

12 j'aime

1

Sartoris
madamedub
10
Sartoris

Critique de Sartoris par madamedub

Dans l'Amérique du sud qui lui est familière, William Faulkner narre une nouvelle fois les thèmes qui lui sont chers: les grandes familles du Sud déchues par la guerre de Sécession, les communautés...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

1