"Il ne comprend que l'argent et le théâtre." - Florilège de citations


C'est des hommes et d'eux seulement qu'il faut avoir peur, toujours. (P20)



-



La grande défaite, en tout, c'est d'oublier, et surtout ce qui vous fais crever, et de crever sans comprendre jamais jusqu'à quel point les hommes sont vaches. Quand ont sera au bord du trou faudra pas faire les malins nous autres, mais faudra pas oublier non plus, faudra raconter tout sans changer un mot, de ce qu'on a vu de plus vicieux chez les hommes et puis poser sa chique et puis descendre. Ça suffit comme boulot pour une vie entière. (P28)



-



Dans ce métiers d'être tué, il faut pas être difficile, faut faire comme si la vie continuait, c'est ça le plus dur, ce mensonge. (P35)



-



C'est à cause de ça que les guerres peuvent durer. Même ceux qui la font, en train de la faire, ne l'imagine pas. P38



-



On mentait avec rage au-delà de l'imaginaire, bien au-delà du ridicule et de l'absurde, dans les journaux sur les affiches, à pied, à cheval, en voiture. P50



-



La meilleure des choses à faire, n'est-ce pas, quand on est dans ce monde, c'est d'en sortir?



-



Engraisser les sillons du laboureur anonyme c'est le véritable avenir du véritable soldat ! P61



-



Ce monde n'est, je vous l'assure, qu'une immense entreprise à se foutre du monde. P61



-



Il avait le vice des intellectuels, il était futile. P63



-



La poésie héroïque possède sans résistance ceux qui ne vont pas à la guerre et mieux encore ceux que la guerre est en train de d'enrichir énormément. C'est régulier. P69



-



L'art exige que l'on situe l'intérêt de l'oeuvre dans les lointains, dans l’insaisissable là où se réfugie le mensonge, ce rêve pris sur le fait, et seul amour des hommes. P69








  • Je n'avais pas encore appris qu'il existe deux humanités très différentes, celles de riches et celles des pauvres. Il m'a fallu, comme à tant d'autre, vingt années et la guerre, pour apprendre à me tenir dans ma catégorie, à demander le prix des choses et des êtres avant d'y toucher, et surtout avant d'y tenir. P69





Tout ce qui n'est pas gagner de l'argent le dépasse décidément infiniment. Tout ce qui est vie ou mort lui échappe. Même sa propre mort il la spécule mal et de travers. Il ne comprend que l'argent et le théâtre. P70



-



Dans le grand abandon mou qui entoure la ville, là où le mensonge de son luxe vient suinter et finir en pourriture, la ville montre à qui veut le voir son grand derrière en boîte à ordure. P78



-



où l'air d'alentour se refuse à puer d'avantage. P78



-



La trique finit par fatiguer celui qui la manie, tandis que l'espoir de devenir puissant et riches dont les blancs sont gavés, ça ne coûte rien, P113



-



La négrerie pue sa misère, ses vanités interminable [...] tout comme les pauvres de chez nous mais avec plus d'enfants encore et moins de linge sale et moins de vin rouge autour. P114



-



Faire tout ce qui se fait en Europe semblait obsession majeure, la satisfaction, [...] en dépit de l’abominable température et de l’avachissement croissant, insurmontable. P115



-



D'ailleurs les fleurs c'est comme les hommes... et plus c'est gros plus c'est con. P122



-



Parce qu'ici c'est tantôt parce que c'est la lune qu'ils en jouent, et puis parce que c'est plus la lune... Et puis parce qu'on l'attend la lune... Enfin c'est toujours pour quelque chose ! P131



-



Il y a, c'est exacte, beaucoup de folie à s'occuper d'autre chose que ce qu'on voit.



-



Faire confiance aux hommes c'est déjà se faire tuer un peu. P140



-



(Les fourmis rouges) Y'a pas plus communiste. P142



-



C'est triste des gens qui se couchent, on voit bien qu'ils se foutent que les choses aillent comme elles veulent, on voit bien qu'ils ne cherchent pas à comprendre eux, le pourquoi on en est là. [...] Ils dorment n'importe comment, c'est des gonflés, des huîtres, des pas susceptibles, Américains ou non. Ils ont toujours la conscience tranquille. P157



-



Une ville sans concierges, ça n'a pas d'histoire, pas de goût, c'est insipide, telle une soupe sans poivre ni sel, une ratatouille informe. P166



-



La guerre avait brûlé les uns, réchauffé les autres, comme le feu torture ou conforte, selon qu'on est placé dedans ou devant. P169



-



C'est très compressible les gens qui cherchent du boulot. P174



-



Rien n'importait plus que la continuité fracassante des mille et mille instrument qui commandaient les hommes. P178



-



Décidément j'avait une âme débraillée comme une braguette. P183



-



Les habitudes s'attrapent plus vite que le courage et surtout l'habitude de bouffer. P214



-



Tandis qu'une rente c'est comme la misère, ça dure toute la vie. P249



-



Etre riche, c'est une autre ivresse, c'est oublier. C'est même pour ça qu'on devient riche, pour oublier. P249



-



Et puis des artistes en plus, de nos jours, on en a mis partout par précaution tellement qu'on s'ennuie. P262



-



A la fin on ose à peine pisser dans le lavabo, tellement que tout s'entend d'une chambre à l'autre. P265



-



Si vieilles, si déchues qu'elles soient, les choses, elles trouvent encore, on ne sait d'où, la force de vieillir. P274



-



En tue-t-on assez des pauvres? C'est pas sûr... C'est une question?



-



C'est cependant rien que des phrases mal foutues et prétentieuses, mais astiquées alors comme des vieux meubles. P294


loutralep
8
Écrit par

Le 9 août 2020

Sense8
loutralep
3
Sense8

Les placement de produit LGBT font perdre un temps fou.

L'intrigue est très bien, mais c'est trop long. 4 à 6 épisodes au lieu de 12 suffiraient amplement pour la même intrigue plus approfondie et mieux expliquée. Beaucoup trop d'introspection dans des...

il y a 7 ans

4 j'aime

1

Kingdom
loutralep
5
Kingdom

d'indéniables qualités, mais la narration peine à s'imposer.

Mon avis sur cette série est assez ambivalent, Clairement la série présente des qualités forte et qui me semble salutaire pour le genre. Notamment de déplacer l’intrigue loin du traditionnel...

il y a 2 ans

3 j'aime

Black Mirror
loutralep
5
Black Mirror

ça vaut le coup d'oeil, avec un très bon raport qualité/durée

Série qui se sert de sa forme pour développer une réflexion philosophique sur les dérives, ou caractéristiques sociales, des nouvelles technologies. C'est très intéressants, mais c'est parfois trop...

il y a 6 ans

3 j'aime