Génération Ouin-ouin

Avis sur White

Avatar Beberthecat
Critique publiée par le

Le nouveau Ellis a un fil rouge: celui de la montée inexorable d'une certaine gauche libérale de plus en plus sectaire, qui ne supporte plus la diversité d'opinion politique et qui mène des campagnes médiatiques transformées en véritable procès en sorcellerie. Encouragée en cela par des réseaux dits "sociaux" ou les gens ne se regroupent qu'avec d'autres gens issus du même moule politique et social, ou l'altérité a disparu complètement. Toute pensée considérée comme déviante déclenche immédiatement des réactions de pleurs outragés et de victimisation permanente, et Ellis a pu le vivre dans sa chair.

Mais attention, ce n'est pas non plus un essai politique on reste bel et bien dans du Ellis, celui de moins que zero et de Lunar Park puisque on parle du cinéma d'horreur, de la déchéance de Charlie Sheen, de l'exubérance de Kanye West, du cinéma gay, du Hoolywood bien-pensant, de Patrick Bateman échappant à son auteur, de drogues et de déprimes.

C'est souvent drôle, parfois hilarant ou déprimant, quelque fois agaçant aussi.

Car Ellis, bien que tirant contre son propre camp, reste une star de la littérature américaine, riche, bien portante, une icône gay et un chouchou d'Hollywood. On peut donc se demander à quel point il ne s'est pas lui-même auto-censuré histoire de ne pas perdre 90% de ses "amis" ( déjà le titre devait être White Male privilège et il a accepté de le changer sous pression de sa maison d'édition)

Bref, parfois on se dit " Dites donc M.r Ellis vous vous foutriez pas un peu de notre gueule??"

Cependant White fait bel et bien partie de l'oeuvre d'Ellis, ceux qui en sont fan, et j'en suis, y trouveront leur compte. Ce n'est certes pas au niveau de Lunar Park ou American Psycho mais c'est au dessus du très bâclé Suite(s) Impériale(s).

Un bon moment de lecture.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 234 fois
7 apprécient

Autres actions de Beberthecat White