Avis sur

Wild, marcher pour se retrouver par Bono Chamrousse

Avatar Bono Chamrousse
Critique publiée par le

" WILD " de Cheryl Strayed, traduit par Anne Guitton

Lorsque sa mère décède à l'âge précoce de 45 ans, la vie de Cheryl Strayed déraille pendant quelques années... la cohésion familiale avec sa soeur, son frère et son beau-père n'existe plus, elle interrompt ses études et trompe son mari avec des inconnus ce qui l'amènera très vite à divorcer, son dernier boy-friend l'initie à l'héroïne... Bref, sa vie part à vau-l'eau et Cheryl doit réagir si elle ne veut pas sombrer complètement. Le salut viendra par un guide de randonnée sur le Pacific Crest Trail qu'elle achète par hasard.

Le Pacific Crest Trail est un chemin de grande randonnée, parallèle à l'océan Pacifique, qui va de la frontière mexicaine à la frontière canadienne sur un peu plus de 4200 km et qui traverse plusieurs parcs nationaux (Kings Canyon, Yosemite, Crater Lake, ...). Son point le plus haut se situe à 4009m d'altitude dans la Sierra Nevada et le plus bas à 42m dans l'Oregon...

Bien que totalement inexpérimentée dans la grande randonnée, Cheryl décide de le parcourir, toute seule, sur près de 1800 km pendant trois mois. Elle achète son matériel sur la bonne fois des vendeurs, s'envoie des colis de ravitaillement à des adresses pré-définies grâce à son guide de papier et la voilà partie...

Pendant la lecture de "Wild", il faut faire abstraction du livre de Bill Bryson ("Promenons-nous dans les bois") concernant une expérience similaire sur l'Appalachian Trail. Car si but de Bryson est de nous faire rire, Cheryl, elle, entreprend sa marche dans le but de retrouver un sens à sa vie.

Au final, j'ai adoré ce livre et je tire mon chapeau à Cheryl Strayed... elle a accompli un exploit incroyable ! Se lancer seule, comme ça, sur un chemin de grande randonnée avec les dangers que cela représente : chutes, mauvaises rencontres (les animaux sauvages certes, mais plus particulièrement les bipèdes humains). Son sac est tellement lourd qu'elle le surnommera Monster, ses chaussures lui font tellement mal aux pieds qu'elle perdra plusieurs ongles pendant sa marche et, malgré tout ça, chaque matin Cheryl repart sur le chemin... Et bien ça force le respect ! Je ne suis pas sûre que je serais capable de faire un dixième de ce qu'elle a fait, pourtant j'habite à la montagne et je pratique la randonnée. C'est vrai que sa naïveté peut agacer par moment mais sans cette inconscience elle n'aurait jamais entrepris cette expérience du dépassement de soi et n'aurait jamais découvert qui elle est : une femme forte, capable d'aller au bout d'elle-même et qui réussi coûte que coûte.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 51 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Bono Chamrousse Wild, marcher pour se retrouver