Fan inconditionnel des deux premiers volets de la série Bioshock, je me suis précipité sur cet ouvrage, le pensant adressé aux collectionneurs. Et je ne me suis pas trompé. Rédigé avec beaucoup de soin, le livre s'apparente à n'importe quelle autre étude sérieuse et approfondie d'une œuvre littéraire ou cinématographique. Sauf que pour une fois, il s'agit d'une œuvre vidéoludique, et pas des moindres ! Il semble que petit à petit le jeu vidéo soit reconnu comme un art à part entière, à la fois divertissant et invitant à la réflexion. L'analyse des trois jeux est passionnante et parsemée de références à d'autres jeux, livres ou films que les auteurs donnent envie de tester, lire ou regarder. En particulier System Shock 1 et 2 des mêmes concepteurs, sortis à la fin des années 90 et le livre Atlas shrugged d'Ayn Rand sur lequel s'est fondé Ken Levine pour écrire le scénario du premier Bioshock autour du concept d'objectivisme incarné par Andrew Ryan (fuite des cerveaux du monde entier afin de créer une société élitiste idéale à l'écart de la bêtise humaine et des carcans moraux). J'ai apprécié en particulier la première partie de l'ouvrage qui retrace dans le détail la trame narrative des jeux prenant place à Rapture. Elle permet de comprendre en détails les tenants et les aboutissants de l'histoire, difficile à suivre en cours de partie. En effet, je félicite tout joueur ayant réussi à se concentrer sur tous les enregistrements audios trouvés dans les décors de Rapture tout en admirant les paysages océaniques et en dégommant à tout va du chrosôme et du Big Daddy à coups de plasmides et de shotgun !

Malheureusement, quelques points négatifs viennent un peu gâcher le plaisir :

1) Comme l'a signalé un autre lecteur, l'encre dorée utilisée sur la couverture pour imprimer en relief scintillant les lettres du mot Bioshock s'efface après quelques heures de manipulation. Là ou votre main se sera posée pour tenir la couverture les lettres auront partiellement disparu ! Dommage, car tout le design du livre tient dans sa couverture, l'intérieur étant tout à fait banal.

2) En effet, je m'attendais à recevoir un livre richement illustré, regorgeant de screenshots et d'artworks représentatifs. Or il n'en est rien, l'intérieur du livre ne contient que du texte, de grande qualité et en quantité certes, mais quelques illustrations colorées auraient égayé l'ensemble. Le jeu vidéo est après tout un art visuel avant tout.

3) La fin du livre, qui traite de Bioshock Infinite, m'a semblé un peu bâclée. Elle a été rédigée avant la sortie du jeu ; par conséquent l'étude proposée ne concerne que les quatre premières heures du jeu dévoilées aux journalistes du monde entier par les développeurs début 2013. Les commentaires ne sont donc que pures spéculations. J'ai fini Infinite (assez en-dessous des précédents soit dit en passant) il y a deux jours et j'ai pu me rendre compte que certaines suppositions des auteurs étaient fausses. Par exemple, il n'y a dans le jeu aucun choix moral (ce qui faisait pourtant en bonne partie l'intérêt de Bioshock 1 et de Bioshock 2, via le sauvetage ou le sacrifice des Petites Sœurs) et une seule fin (autre déception). Il me semble que les auteurs ont voulu surfer sur la vague Bioshock au moment de la sortie d'Infinite sans même avoir pu tester le troisième jeu en entier. Je pense que s'ils avaient attendu quelques mois de plus le livre serait plus abouti.

4) Une petite référence m'a manqué dans le chapitre traitant des PNJ accompagnant le joueur tout le long de l'aventure dans certains jeux (Elizabeth indissociable de Booker dans Infinite) : Farah accompagnant le Prince dans Prince of Persia : Les Sables du temps... Mais ce n'est qu'une remarque très personnelle. La saga PoP est d'ailleurs évoquée dans le livre, mais au sujet d'un autre épisode à mon sens mon marquant.

En conclusion, un livre incontournable pour tout aficionado des deux premiers Bioshock et de l'univers fascinant de Rapture. Fans exclusifs d'Infinite, passez votre chemin. Attention à la couverture à encre éphémère (indépendamment de la volonté de Pix'n Love j'imagine). N'hésitez pas à couvrir le livre si vous souhaitez le conserver en bon état. L'intérieur n'est pas illustré, mais propose un contenu exhaustif et bourré de références passionnantes liées à Bioshock 1 et 2, Infinite étant en position beaucoup plus marginale. Prochaine lecture bioshockienne prévue en ce qui me concerne : Rapture de John Shirley, roman racontant la fondation de la ville et ses premiers remous.

Bon jeu et bonne lecture à tous !
Nairolf
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 25 septembre 2013

3 j'aime

BioShock, de Rapture à Columbia
Gallyh
7

De Rapture à... Rapture.

La richesse de l'univers développé au sein de la saga Bioshock méritait en effet qu'on s'attarde dessus, et ce livre le fait de fort belle manière. On y re-découvre les thèmes, les influences, les...

il y a 9 ans

8 j'aime

BioShock, de Rapture à Columbia
Nairolf
8

Très bon malgré quelques défauts majeurs.

Fan inconditionnel des deux premiers volets de la série Bioshock, je me suis précipité sur cet ouvrage, le pensant adressé aux collectionneurs. Et je ne me suis pas trompé. Rédigé avec beaucoup de...

il y a 9 ans

3 j'aime

BioShock, de Rapture à Columbia
DavidRumeaux
8

Bioshock : De rapture à Columbia !

Qui a joué à la saga Bioshock sait à quel point elle est complexe, dense, et à quel point l’expérience est marquante. Ce livre revient donc sur les 3 jeux qui la compose… Imaginez : Dans les années...

il y a 7 mois

Silo
Nairolf
9
Silo

Un passionnant récit post-apocalyptique !

J'ai découvert "Silo" de Hugh Howey totalement par hasard en fouinant dans les rayons d'une grande enseigne dont le nom commence par un F où, attiré par la quatrième de couverture, j'ai cédé à la...

il y a 9 ans

24 j'aime

1

L'Autoroute sauvage
Nairolf
9

Simple, mais très efficace !

Première petite remarque avant de commencer, contrairement à ce qu'annonce Senscritique, "L'Autoroute sauvage" a été publié pour la première fois en 1976 et non en 1993. Ce détail mis à part, ce...

il y a 8 ans

14 j'aime

9

The Strangers
Nairolf
1

Affligeant...

Comment ce "film" a-t-il pu être à ce point encensé par les critiques (presse et spectateurs) ? 2h36 d'inepties. Un récit sans queue ni tête. Le jeu des acteurs est grotesque, il n'y a à la fin...

il y a 6 ans

10 j'aime

19