Ce livre, il commence vraiment vraiment mal. Dans la version que j'avais (celle avec une couverture différente de la fiche SC), ça commence par une préface écrite par je sais pas trop qui. Cette préface est un condensé de masturbation intellectuelle assez hallucinant. En gros, Clouscard est le meilleur, tous les autres sont des gros connards qui n'ont rien compris à la société/sociologie et que de toute façon, il a été victime d'un complot pour être amené au silence. Voilà, le monde est injuste et si on a essayé de le faire taire, c'est forcément parce qu'il avait raison. D'habitude je suis pas trop sensible à ça mais là, le truc est tellement exagéré que ça ne met pas forcément très à l'aise pour débuter le bouquin.

Je vais déjà parler de la forme du livre, ou plutôt de l'écriture. Clouscard c'est un badass, un marginal un vrai. Le genre de gars qui remplace les virgules par des points. Mais genre, tout le temps. Et c'est juste trop casse-couille à lire. Ah et il adore les tirets, il les aime tellement qu'il n'hésite pas à en foutre partout en plein milieu des phrases. Je sais pas trop, ça doit être une manière de montrer qu'il en a rien à foutre du lecteur, ou alors une sorte d'épreuve initiatique : si t’arrive à lire ça, tu fais parti des vrais bonhommes.

Plus sérieusement, j'ai trouvé l'analyse de Clouscard assez limitée, et d'ailleurs avec 30 ans de recul, on peut voir toute la limite de ce qu'il dit. Genre son idée selon laquelle les flippers c'est le totem du capitalisme, ça montre bien à quel point il s'est gourré vu que plus personne actuellement ne joue à ça. Son idée globale c'est qu'on utilisait la technologie et le savoir technique pour distraire les nouveaux mondains plutôt que pour aider les travailleurs et rendre leur tache plus supportable. Sauf que non. Désolé mais ça marche pas son truc. La technologie a été mise au service du travail et n'a pas tellement été utilisée pour le loisir, pas autant que ce qu'il pense le démontrer en tout cas.

Puis sa manière de dire qu'on vit dans une société de divertissement immorale et qu'on s'en fout de ceux qui travaillent tant qu'on a du loisir, c'est con. Dans les faits, c'est vrai, mais il présente ça comme si c'était une caractéristique exclusive au capitalisme alors que durant l'antiquité et globalement à toutes les périodes de l'histoire les gens avaient des loisirs oisifs et s'en foutaient de la souffrance des classes inférieurs.

Puis v'là les généralités de fou qu'il peut faire. Un exemple simple : après la libération sexuelle (qui n'en est pas vraiment une mais passons), les filles qui se permettaient de coucher avec pleins de gars n'étaient que des prostituées. En échange de sexe, elles pouvaient avoir des sorties au resto etc. Voilà le genre de débilité qu'on peut trouver. Sa réflexion sur le féminisme qui en réalité vient soutenir la domination masculine n'est pas dénuée d'intérêt mais elle est fausse car incomplète. Et c'est quasiment tout le temps comme ça.

Est-ce que je conseille ce livre ? Non. Il y a trop de choses à lire et à apprendre pour perdre son temps sur une analyse dépassée et grandement erronée. Allez lire Bourdieu tiens, même si le mec de la préface a dit qu'il était nul à chier.
Naoki38
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Cheminement intellectuel personnel

Le 9 avril 2014

7 j'aime

16 commentaires

Le Capitalisme de la séduction
Titiwilly
6

L'envers du décor de la machinerie libertaire

Michel Clouscard est un marxiste « à l'ancienne ». C'est à dire, resté insensible aux élucubrations freudiennes et libertaires, et qualifié en conséquence de vieux réac, ou de...

il y a 7 ans

16 j'aime

7

Le Capitalisme de la séduction
Naoki38
5

Bienvenue dans l'univers des généralités !

Ce livre, il commence vraiment vraiment mal. Dans la version que j'avais (celle avec une couverture différente de la fiche SC), ça commence par une préface écrite par je sais pas trop qui. Cette...

il y a 9 ans

7 j'aime

16

Le Capitalisme de la séduction
Blackfly
5

Péril jeune pour le rouge-brun ?

Pour introduire cette critique, je vous accorde une petite explication sur ce titre quelque peu racoleur : "Péril Jeune" est ici une référence au film de Cédric Klapisch qui se déroule...

il y a plus d’un an

6 j'aime

2

A Boy and His Atom: The World's Smallest Movie
Naoki38
7

Oubliez tout ce que vous connaissez du cinéma

Ce film est pour moi le renouveau du cinéma. Deux personnages frais à la personnalité forte. Ce garçon jeune, dynamique, intéressé par le monde qui l'entoure, curieux de jouer avec son copain...

il y a 10 ans

15 j'aime

Le Temps de l'innocence
Naoki38
9

Une oeuvre originale mais ultra fidèle

La première chose qui frappe en voyant Le Temps de l'innocence est son immense fidélité à l'œuvre originale de Wharton. Le moindre détail, la plus petite description est retranscrit par Scorsese dans...

il y a 11 ans

13 j'aime

4

Antichamber
Naoki38
9
Antichamber

Enfin !

Enfin un jeu innovant, enfin un jeu qui apporte de la fraicheur, enfin un jeu qui apporte du renouveau dans ce paysage vidéoludique bien terne, monotone et répétitif. Quand j'ai commencé le jeu, je...

il y a 10 ans

11 j'aime

3