👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ecrire sur Le Grand Meaulnes, d'Alain Fournier, une critique totalement objective serait pour moi assez difficile. J'ai pour la littérature du début du XXè siècle une affection assez irrationnelle. Elle un goût d'enfance et je n'y peux rien.

Je crois que c'est le style impeccable, très léger, très prenant, ce style qui, sans lourdeur, fait passer chaque mot compliqué comme une lettre à la poste, qui caractérise les auteurs de cette époque qui me plait tant. Et puis le fait est que j'ai grandi à leur lecture. Donc, même si beaucoup de ces histoires son naïves, je fonds, je cède, et c'est une bulle de bien-être tout au long de ma lecture.

Parce que, oui, le Grand Meaulnes, c'est une histoire naïve. François, un garçon renfermé, ne commence à trouver le bonheur et à entrer dans l'adolescence qu'à l'arrivée chez lui d'Augustin Meaulnes (parce que, il faut le savoir, Meaulnes est un personnage. J'ai toujours cru que c'était un moulin.) Meaulnes est pris de passion pour une fille dont le frère a également des amours éperdues, puis il y a des péripéties, et trois ans après, tout ce beau monde, sans s'être revu, demeure fidèle, amoureux - et le plus fidèle de tous reste François, l'ami qui semble délaissé.

Donc voilà, on pourrait faire des parallèles sur les personnages de Frantz et Meaulnes ou montrer à quel point chacun s'assortit toujours du personnage qui lui causera la plus grande peine sans sembler voir sa paire idéale juste à côté, mais je ne suis pas sûre que le Grand Meaulnes vaille le débat. Dans une conversation, oui (d'ailleurs, si quelqu'un l'a lu...), mais pas dans une critique : ici, il suffira de souligner que le principal charme de ce roman, c'est la plume d'Alain Fournier.
poko
7
Écrit par

il y a 9 ans

8 j'aime

Le Grand Meaulnes
EricDebarnot
8

Découverte d'une institution

"Le Grand Meaulnes", quand on a eu un père instituteur dans les années 50 et 60, c'est une institution, et nul enfant n'a envie de lire une institution. Je connaissais donc "le Grand Meaulnes" par...

Lire la critique

il y a 4 ans

29 j'aime

15

Le Grand Meaulnes
Nananah
9

Alors ce fut un rêve, comme son rêve de jadis.

Je suis encore captivée par l'atmosphère évanescente et profondément mélancolique qui se dégage de ce roman. Comme Seurel, en quelques centaines de pages je me suis sentie seule, je me suis sentie...

Lire la critique

il y a 9 ans

21 j'aime

3

Le Grand Meaulnes
maximbrouss
10

Critique de Le Grand Meaulnes par maximbrouss

Dans un monde idéal, dire que tu as aimé lire le Grand Meaulnes révèle que tu es un jeune idéaliste au cœur pur et fidèle en amitié. un genre de batman sans cape, et qui porte pas son slip par dessus...

Lire la critique

il y a 11 ans

20 j'aime

2

Les Mots
poko
6
Les Mots

Critique de Les Mots par poko

Jean-Paul Sartre, les Mots. Voilà qui sonne comme il faut : listé, connu, classé. Inutile, donc. Les Mots a atterri sur mon étagère avec une pile de livres reçus que je n’aurais jamais lus de...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime

3

Le Grand Meaulnes
poko
7

Critique de Le Grand Meaulnes par poko

Ecrire sur Le Grand Meaulnes, d'Alain Fournier, une critique totalement objective serait pour moi assez difficile. J'ai pour la littérature du début du XXè siècle une affection assez irrationnelle...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

Ben-Hur
poko
7
Ben-Hur

Critique de Ben-Hur par poko

Ben Hur. Parmi les films dont le titre ne laisse rien supposer de l’intrigue, nous avons ici un gagnant. En plus, à cause de la jaquette, j’ai personnellement toujours cru qu’il s’agissait d’une...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime