👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La rythmique du premier tiers, empressée, heurtée, mais déterminée, évoque une fuite. Au-dessus, une mélodie triste, qui n'en finit pas d'affleurer et de s'estomper, comme une âme qui doucement pleure. Puis, quelque chose, ou quelqu'un, se brise, trébuche. Le rythme chute brutalement, épuisé, sur cinq des plus belles secondes de l'histoire de la musique, tandis que la peine devient plus intense, plus désespérée, plus vespérale aussi. La rythmique se reprend quelque peu, et dans un effort désespéré, claudiquante, elle se remet en marche. Mais contrairement au début, c'est la mélodie, l'immatériel qui domine. Le physique, par ses mouvement répétitifs, fait plus penser aux ultimes gesticulations mécaniques d'un corps que l'intelligence et la vie ont déjà quitté. Brutalement, l'âme se retrouve seule. Entourée de néant, elle lui exprime une dernière fois son chagrin, puis disparaît, emportant avec elle des rêves qui n'auront jamais vu le jour.

Peu de musiques m'émeuvent comme celle-là.
Rae
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 9 ans

7 j'aime

Aucun résultat

Rae
Rae
10
Rae

Critique de Rae par Rae

La rythmique du premier tiers, empressée, heurtée, mais déterminée, évoque une fuite. Au-dessus, une mélodie triste, qui n'en finit pas d'affleurer et de s'estomper, comme une âme qui doucement...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

Le Retour
Rae
1
Le Retour

Le retour du jebi

Bon, on va torcher tout de suite la mise en scène, comme ça ça sera fait. Oui elle est étudiée, mais elle est surtout impersonnelle et académique, sans aucun rapport avec le sujet. Ca pose problème...

Lire la critique

il y a 9 ans

5 j'aime

3

Les Oiseaux, les Orphelins et les Fous
Rae
8

Plus on est de fous, plus on vit.

Ce film est un renversant pied de nez, grisant mais éperdu, à la véritable folie des hommes que sont la guerre, la violence, la dictature. Une révolte absolument prodigieuse, une insurrection inouïe...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime