Créer un post
22

Alain Damasio on en parle ?

À propos de La Horde du Contrevent La Zone du dehors Aucun souvenir assez solide Les Furtifs

Illustration Alain Damasio on en parle ?

Bon c'est dit j'aime énormément Damasio, tant pour son style, ses histoire que les sujets qu'il aborde, du coup je cherche des gens avec qui en parler. Que ce soit dans la Horde du Contrevent ou la Zone du Dehors, cet homme manie les mots comme rares le font, avec un jeu sur la syntaxe, sur le support, la forme... Avec un rythme de parution très lent (entre 5 et 10 ans entre chaque oeuvre) il est difficile de ne pas bouillir d'impatience en attendant ses prochains romans (et dire que le bougre se permet une pause dans l'écriture de Les Furtifs). Toutefois, s'il est principalement écrivain, Damasio ne se limite pas à cela, il a participé au jeu vidéo Remember Me, il donne de nombreuses conférences et est très actif dans le domaine du trans-média.

Interview: https://www.youtube.com/watch?v=OhVP7x2vwXQ Conférence: https://www.youtube.com/watch?v=cR0T5-a6YTc

  • 1436 vues
  • 56 réponses
· signaler
Avatar Mr_Chouette
Voir tous ses posts
Trier par : Pertinence
  • Pertinence
  • Récent

56 réponses

2
Mr_Chouette ·

J'y pense, avez-vous participez au concours de fan-fiction sur la Horde du Contrevent ? Si oui, sur quoi vous êtes vous concentrés ?
Pour ceux qui n'étaient pas au courant voilà des infos, c'est malheureusement terminé si vous voulez participer.
http://www.folio-lesite.fr/fanfiction/


ATTENTION (petit) SPOILER de la Horde !
-----------------------------------------------------------
Je l'ai fait avec un ami (les résultats sont en octobre) et on a parlé de la 31ème Horde, celle du Sixième Golgoth dont on retrouve le symbole à l'extrême amont. On a essayé d'en faire une Horde brisée et paumée une fois arrivée au bout du voyage.

    signaler
Xeno ·

Ah dommage ça aurait pu être marrant de participer.

    signaler
Pelagia ·

pareil !! sympa le thème que tu as choisi Mr_Chouette !

    signaler
1
DocCrabman ·

Je vais citer ce que j'avais écrit dans ma critique de la Horde du Contrevent (ma note : 5/10) :
"Damasio a une connaissance et une maitrise de la langue française qui sont absolument époustouflantes, aussi bien pour son utilisation de termes assez inhabituels, voire pour ses néologismes. J'aurais envie de recommander Alain Damasio pour l'Académie Française, en tant que membre de la Francophonie, ou même à la Délégation Générale à la Langue française, tant il est rare qu'un auteur apporte autant à une langue dans un seul ouvrage, voire même dans une carrière toute entière.

Mais c'est bien là que le mat blesse concernant ce livre : toute cette utilisation de la langue française m'a semblé être un moyen de masquer un vide monstrueux. [...]"

    signaler
5
Mr_Chouette ·

"C'est un grand art que de vendre du vent"

    signaler
F_b ·

Le monsieur a plein de bonnes intentions mais j'ai trouvé aussi ce livre très vain. Grosse déception, surtout pour sa conclusion. Complètement surestimé. :/

    signaler
Xeno ·

J'ai du mal à voir le vide.

    signaler
1
DocCrabman ·

Les 3 pages décrivant le vol de Schist, toute la traversée de la flaque qui est horriblement lente pour finalement pas grand chose. Si tu retires le style très particulier de Damasio (tout en longueur), on arrive à un livre dont l'intrigue tient en quelques pages (à comparer avec les multiples intrigues qui se croisent d'un hauteur comme Peter F. Hamilton, et qui ne donnent pas le temps au lecteur de s'ennuyer).
Et en bonus, Damasio fait une très mauvaise utilisation des personnages (quasiment 15 personnages sont sous-utilisés et font de la figuration).
C'est fou à dire, mais je me suis incroyablement ennuyé en lisant le livre ... (alors que j'ai lu Mars la Rouge de Kim S. Robinson, livre lui aussi lent, mais jamais ennuyant).

    signaler
4
justinva ·

On ne peut pas nier que l'intrigue puisse être aisément résumée. Mais une intrigue très compliquée avec plusieurs arcs narratifs qui se croisent (ce que j'aime par ailleurs énormément) doit-elle vraiment être un impératif d'un bon roman ? Je pense qu'ici le décor (le monde et son évolution, sa philosophie, etc...) est au moins aussi important que l'action. Après je comprends malgré tout qu'on trouve certains passages longs et un peu ennuyeux.
Pour les personnages là aussi c'est indéniable, certain ne sont que figurants. Je ne vois pas en quoi c'est un problème, j'aimerais bien savoir pourquoi ça t'as gêné.

    signaler
1
DocCrabman ·

Le problème, c'est qu'en absence d'une intrigue solide (pas forcement avec plusieurs arc narratifs), le monde dans lequel évoluent les personnages dans LHdC n'est que très finalement assez peu décrit. Or j'avais justement l'impression que le style d'écriture de Damasio n'était réellement que le seul bon point du livre, et que sans ça, le livre n'est que finalement très moyen, et finit même par se contredire (genre l'importance des années d'entrainement au contre pour lutter contre la 7° forme du vent dans la Norska, qui n'est quasiment pas évoqué une fois arrivé là-bas où ça ressemble plus à du Frison-Roche).

Pour les personnages, c'est juste que Damasio insiste tellement sur l'importance de la Horde, sur le lien depuis l'enfance entre les personnages (qui ne se ressent paradoxalement qu'assez peu, les personnages se comportant presque comme des ados), pour voir au final les 3/4 des personnages n'être utilisés qu'un nombre très réduit de fois au cours des 800 pages, c'est pour moi du gâchis. Arval, qui avait un style d'écriture unique, aurait mérité de parler nettement plus pour jouer avec ce style qui lui est propre.

    signaler
1
justinva ·

Oui je suis assez d'accord, peut-être les relations entre les personnages devraient être plus développée, intime, c'est un aspect qui ne m'avait pas sauté aux yeux. Personnellement j'aime bien l'intrigue, cette espèce de quête perpétuelle, finalement un peu vaine, mais c'est une histoire de goût.
Par contre pour le monde très peu décrit, je suis d'accord seulement si l'on parle de l'explicite. J'ai adoré cette impression d'immensité : ces tensions politiques à la capitale qui n'ont que peu d'influences sur la horde, tout une philosophie du corps sur le mouvement, une science différente, une géographie humaine réfléchie en fonction du climat, vraiment je trouve ça assez élaboré.

    signaler
Mr_Chouette ·

Pour ce qui est de la richesse de l'univers qui n'est finalement que très peu décrit je pense que ça fait partie du charme. Au début du livre tu est propulsé dans un monde que tu ne connais et comprends pas avec des mots inconnus, au lieu de te dire exactement le sens de chaque expression (furvent, fer, pack, stase, slamino, chrone, trace...) Damasio nous laisse dans le flou disséminant seulement quelques informations au fil du livre. Personnellement je trouve ça génial un univers où l'auteur te laisse ta part d'imagination, où tout ne passe pas par lui, un auteur qui ne te donne pas toutes les clefs et qui se contente de ne pas trop te "perdre" (sinon ça aurait été chiant). Dans Harry Potter par exemple chaque expression (moldu, quiditch, cracmol...) va être décortiquée à fond pour biiiien que tu comprennes, du coup ça rend la lecture très lisse, et résultat on est plutôt passif dans l'acte de lecture (bon après HP c'est pas le même public j'en conviens).
Pour l'utilisation des personnages je comprends mais je pense que c'est volontaire, il y a des personnages dont on se fout et s'est sous entendu à diverses reprises. Et puis faire exister pleinement +20 personnages ça demande beaucoup de pages.
Mais c'est vrai que pour certains perso/styles c'est dommage.

    signaler
Golgoth LT ·

Dans ce livre on s’imprègne du monde que Damasio créer, non pas avec beaucoup de descriptif, mais avec ce qui en ressort au travers des personnages. En maniant la la langue comme il le fait, il donne une véritable vie à tout ca, si bien qu'au final c'est comme si on avait vécu dans son monde. Je ne suis pas d'accord sur le fait qu'on s'ennuie ou que le livre soit vide, il est tout sauf vide pour moi, parce qu'il est rempli de vie. Et si un moment est long et ennuyant pour le personnage, je pense que ce soit normal qu'il le soit pour le lecteur, après tout c'est un peu le but du livre, de nous mettre complètement dans la peau des personnages. Après je comprends qu'on puisse ne pas accrocher :D

    signaler
Yyrkoon ·

Je suis d'accord avec justinva, on peut pas sortir de critères quantitatifs pour juger un roman. Mais justement on ne retire pas le style de Damasio, on l'adore, mais je comprends que ça puisse laisser de marbre voire agacer. C'est cool dans tous les cas d'avoir des points de vue opposés et pas que des fanboys !

    signaler
1
Kazuoga ·

Quand je lis du Damasio, je ne peux pas m’empêcher de me féliciter que ce type soit français, sinon on serait vraiment passé à côté de quelque chose d'assez fabuleux ; son style est tellement unique, ses idées tellement belles que la tâche pour des éventuels traducteurs (d'ailleurs, a t'il été traduit dans d'autres pays ?) doit s'apparenter à gravir l'Everest pieds nus.
En tout cas, avoir un représentant français aussi doué dans un domaine comme la SF fait vraiment plaisir.
Je n'ai plus "que" la zone du dehors à lire (j'ai lu d'abord la Horde puis son recueil de nouvelles), en attendant la sortie prochaine des Furtifs.

    signaler
Mr_Chouette ·

En effet je me suis beaucoup interrogé sur une traduction éventuelle, pour ce faire il faudrait en fait ré-inventer le texte, le ré-écrire (afin de conserver sa substance) sauf que ré-écrire Damasio... bon courage.
En tous cas je ne suis pas au courant d'une traduction littéraire... mais il sera traduit pour le film Windwalker. Pourquoi traduire ? Aucune idée...

Prochaine, prochaine... il a quand même dit qu'il faisait une pause afin d'écrire un court texte "Fusion", qui servira de base à un projet trans-média avec d'autres auteurs, réalisateurs, scénaristes... Donc moi je me dis que ça sera pas si prochain que ça malheureusement.

    signaler
1
Verywelles ·

Je dois dire que je n'ai rien lu de lui, mais j'en ai très envie. Sinon, il y a aussi ça : https://www.youtube.com/watch?v=Dzrw52pTpso

    signaler
Mr_Chouette ·

Figure toi que je connaissais le morceau bien avant d'entendre parler de Damasio et c'est super drôle de le re-découvrir après la lecture. Et puis ça montre bien l'influence de son roman

    signaler
1
Jules Gee ·

Nouvel entretien d'Alain Damasio, avec quelques informations de plus sur ce que signifie pour lui le voyage de la Horde, et sur ce que contiendra le tome 2 :
https://www.revue-ballast.fr/alain-damasio-1/

    signaler
Xeno ·

"Si ça se trouve, mon tome 2 de La Horde va être de la merde. Je vous dis ça et, en même temps, je suis conscient de pourquoi ça peut merder, donc peut-être pas…"

ok

    signaler
1
Yyrkoon ·

Oh oui ! Faudrait voir à pas oublier "Aucun souvenir assez solide" aussi, quelques petits bijoux là-dedans !

#Jesuisparle

    signaler
Mr_Chouette ·

Le seul que je n'ai pas lu. 3 livres en une vingtaine d'année, si c'est pas malheureux...

Haha je ne m'étais même pas relu

    signaler
Yyrkoon ·

J'attaque la zone du dehors ce soir au passage !

    signaler
Mr_Chouette ·

Bon voyage ! J'ai préféré la Horde mais la dystopie est quand même vachement bien traité ! (et puis il est très cool aussi hein)

    signaler
Halifax ·

Sa Horde du Contrevent ça rentre dans le temple de la grande littérature de SF/Fantasy. Moi, j'apprécie beaucoup cette manière de défendre une vraie idée derrière ces livres. Il y a une vraie critique de fond surtout dans La Zone du Dehors.
Ces petites nouvelles sont aussi sympa, notamment la nouvelle avec les Phare que j'avais trouvé absolument géniale.

    signaler
Mr_Chouette ·

Complètement et puis même au niveau du style c'est assez dingue. Ne serait ce que la "battle" de Caracole dans la Horde avec le passage en palindromes.
Oui dans la Zone il s'est beaucoup inspiré de Deleuze et Foucault et il y a une porté sociologique-philosophique

    signaler
Halifax ·

La battle est un de mes passages préférés tout livres confondus. C'est bien écrit, drôle, recherché, y'a une vraie idée et une originalité.
Voilà, dans la Zone j'avais fais l'analogie immédiate avec Foucault, cette obsession du contrôle, etc. Puis le plus fort c'est qu'il assume la parenté avec Orwell donc il prenait un énorme risque !

    signaler
édouardc ·

Alors perso autant j'ai adoré la Horde (sauf peut être la "deuxième fin" inutile et un peu décevante par rapport à tout ce qui s'était passé avant) mais la battle m'a laissé complètement indifférent. Bon c'est technique et tout mais c'est pas trop poétique, on sent que par moments c'est un peu tiré par les cheveux, bref c'est ludique mais ça n'apporte pas grand chose non plus.
Qu'est-ce qui vous a frappé là dedans?

    signaler
1
Mr_Chouette ·

Ben c'est un exercice de style extrêmement difficile, ça montre à quel point il est à l'aise avec son verbe. Tu peux trouver ça peu poétique mais c'est comme quand Perec écrit La Disparition sans utilisé la lettres e, c'est quelque chose de très impressionnant, c'est l'heure de gloire de Caracole, ça fuse, le rythme est super bien maîtrisé, c'est drôle... bref c'est de la virtuosité.

    signaler
justinva ·

Pour ma part j'ai bien aimé la battle surtout pour le décalage avec le genre de la SF/Fantasy. D'autant que si je me souviens bien, l'épreuve précédente est un combat aérien qui lui colle très bien avec ce type d'oeuvre qui n'est que peu (voire pas) décrit.

    signaler
édouardc ·

Ok, ok, j'essaierai de le relire avec un nouveau regard ;)

    signaler
justinva ·

Pour ma part j'ai vraiment adoré la Horde du Contrevent, même si j'avais mis quelques pages avant de rentrer dedans. C'est un univers que j'ai trouvé assez original et poétique, avec des passages et des thématiques très différentes les unes des autres. J'ai lu la Zone du Dehors ensuite, et même si j'ai plutôt apprécié pour les idées, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que seul le style en faisait une oeuvre vraiment à part dans le domaine de la science-fiction .Je n'ai pas non plus retrouvé le mélange des genres et de leurs codes de la Horde, qui avait été pour moi un vrai plus.
Quant aux nouvelles, je ne les ai pas encore lu, étant a priori plus amateur de roman.

    signaler
Pelagia ·

Je découvre avec plaisir cette discussion car j’aime également énormément Damasio, découvert grâce au top 111 livres de senscritique. J’ai commencé par la Horde et dès la 3ème page je savais qu’elle allait entrer dans mon top 10 (2ème position !), j’étais complètement happée par l’univers et les mots. Je suis d’accord avec ce qui a été dit plus haut, on adhère ou on adhère pas. Ce n’est pas forcément facile à lire mais c’est une expérience de lecture incroyable où les mots ne sont pas utilisés que pour raconter une histoire mais ils vivent aussi par leur sonorité et leur sens.
Que pensez-vous du CD audio fourni dans l’édition grand format ? Je ne l’ai qu’écouté en diagonale mais il ne m’a pas marquée plus que ça. Il y a des passages du livre récités, ça fait bizarre d’entendre ça. Je suis très dubitative sur l’adaptation en film car on perdra une énorme dimension sur les jeux de mots, de sens et de lettres (la battle de Caracole justement perdra énormément en intensité). Mais peut-être qu’il donnera envie de lire le livre ensuite.
Je trouve justement bien que les personnages ne soient pas tous égaux dans la narration car ça serait trop lourd, et ça ferait encore plus mal à la disparition d’un personnage. J’ai d’ailleurs été étonnée par ça : parfois on tourne la page et hop des semaines ont passé, des personnages sont morts. On aimerait avoir des détails, comprendre, vivre ces moments, c’est presque rageant ! Mais c’est ça aussi qui fait un bon roman, tout n’est pas comme on le pense et on est surpris par nos émotions.

J’ai lu la Zone aussi. Très déçue par 1984 j’ai été complètement époustouflée par la Zone ! Dans Aucun souvenir assez solide certaines nouvelles ne m’ont pas trop plu, mais celle des phares est incroyable. Damasio joue en plus sur la police d’écriture cette fois car certains mots sont imprimés différemment.

    signaler
Xeno ·

Je ne sais pas si tu es au courant pour l'adaptation mais ça a muté en une sorte de projet cross-media avec un jeu etc. Ca a l'air assez particulier et ça n'a pas l'air d'avancer très rapidement, et de toute façon étant donné que l'anglais semble être la langue principale je ne l'attends pas avec impatience.

    signaler
Mr_Chouette ·

Il me semble que le projet kickstarté pour la série à échoué il y a peu. Le jeu quant à lui à été relancé une seconde fois en espérant plus de dons.
Tu es sur que le projet film a muté je n'avais pas entendu ? Sur la question du film Damasio a dit lui même que c'était rageant de devoir supprimé de gros passages, du coup le fan du livre risquent d'être déçus de ne pas retrouver tel ou tel moment.

    signaler
Xeno ·

A vrai dire, après avoir attendu des nouvelles pendant plusieurs années, je ne suis plus trop l'actualité vu à quel point le film ne m'intéresse plus.

    signaler
Riisan ·

Ouah, je ne savais pas qu'il avait participé à Remember Me! Je connais quelqu'un de l'équipe de Don't Nod, faudra que je lui demande plus d'info...
Ah mais, maintenant que j'y pense, il y a une référence à la Horde du Contrevent sur un des murs du phare dans Life is Strange!!

    signaler
Xeno ·

Il a commencé à écrire des tonnes de trucs sur l'univers de Remember Me, puis il a quitté et y a notamment Stéphane Beauverger qui a continué. Par contre il n'y a qu'une infime partie de tout ce qui a été écrit qui a été finalement placé dans le jeu.

    signaler
Matt Fox ·

Un vrai écrivain, un pur artiste vraiment exceptionnel. Discret, il écrit beaucoup mais publie peu, mais à chaque fois on est scotché par son utilisation unique des mots, son ambiance unique, son ton inclassable !
Si j'ai eu du mal avec la Horde du Contrevent, il faut bien avouer que ce livre est un vrai classique de la SF. La zone du Dehors est une critique politico- sociale à la fois subtile et bien trouvée, plus accessible, mais reste dans le ton de l'auteur, assez incroyable.
Je dirais presque que certaines de ses phrases marquent, d'autres on dirait un poème, mais je pense que c'est le type "on adhère/ on adhère pas" . Damasio reste un mec à part dans la littérature française, un vrai passionné de SF avec une oeuvre grandiose et des livres riches et denses... ET heureusement qu'on a des écrivains comme lui en france !

    signaler
Mr_Chouette ·

Pour moi La Horde n'est pas de la SF enfin j'ai beau le tourner dans tous les sens je vois mal le lien. Fantasy oui mais SF ? Damasio parle d'imaginaire lui et ça englobe plutôt bien le genre.
C'est vrai que ses phrases sont très spéciales, il a une façon de jouer avec la syntaxe déconcertante aux premiers abords. C'est un mec qui gère tellement bien le rythme de ses phrases on dirait qu'il jongle avec.

    signaler
Mika_Voodoo ·

Bon. J'ai jamais eu beaucoup de doute sur ma sexualité mais après avoir lu ses deux romans, vu ses conférence et surtout après avoir visionné cette vidéo, je crois que je commence à virer de bord...

https://www.youtube.com/watch?v=95kLLHSjCPg

Bon dieu le mec fait un slam magnifique et bourré en plus! Sacré personnage.

    signaler
Jules Gee ·

Salut les fans de Damasio. Je n'ai pas vu de lien vers cette géniale conférence dans les réponses ci dessous. Je le mets là, j'ai trouvé ça passionant : https://www.youtube.com/watch?v=Lt8U0xCTMSE
Pour vous motiver à regarder, il y parle d'une suite à La Horde du Contrevent. De quoi compenser la semi-déception de la fin de ce chef d'oeuvre.

    signaler
Xeno ·

Merci du lien, je materai ça à l'occasion. Ca a l'air bien intéressant (même si je n'ai pas trouvé le fin de la Horde (semi-)décevante et que l'évocation d'une suite m'étonne)

    signaler
Mr_Chouette ·

J'avais déjà vu cet entretien mais très bonne idée de le mettre ici.
Pour ce qui est de la fin, j'ai en effet entendu certains reproches (ici ou ailleurs) pour ma part il n'y a aucune déception car la "fin" ne constitue pas l'essentiel de l'oeuvre, ce n'en est pas l'apogée non plus à mon sens, c'est juste un moment. Il faut éviter de concevoir le livre comme un film de Nolan, façon de dire qu'il ne faut pas voir la fin comme un aboutissement absolu, tout ne se joue pas dans ce "twist" (je mets des guillemets car pour moi elle ne se place pas comme telle).

SPOILER (de la Horde)
Si on suit la logique de l'écriture de Damasio il était prévisible d'avoir une fin comme celle ci. Je m'explique: les pages son numérotés à l'envers et les personnages eux aussi vont à contre-sens, la lecture est donc semblable à l'aventure des protagoniste. Ainsi si on commence le livre par sa fin (dans le sens de la pagination) il est normal qu'on le termine par son début (dans le sens géographique).
Et quand on réfléchi le livre de cette manière (à savoir associer l'acte de lecture au parcours des personnages) on se rend compte de l'intelligence de la démarche.
Ce que je dis n'est que ma lecture de l'oeuvre et n'a pas valeur de vérité, seulement ça donne du sens à cette fin, qui était tellement fantasmée par les personnages comme par les lecteurs, qu'elle ne pouvait sans doute que décevoir.

    signaler
roifingolfin ·

Ah Damasio !! Ah la Horde du Contrevent ! Je suis du même avis que la plupart d'entre vous : c'est un auteur et un bouquin (la horde) incroyable. Ce qu'il m'a procuré à la lecture est quelque chose d'unique.
Certains diront forcément qu'on en fait trop, que c'est bon, mais pas un chef-d'oeuvre non plus, et je peux le comprendre, car il faut être préparé à lire ce genre d'oeuvre. Et puis, on ne peut jamais plaire à tout le monde, évidemment.

    signaler
Percephone ·

Ah oui on en parle et comment ! Perso, j'ai deux regrets en ce qui concerne ce livre :
1/ je l'ai lu trop tôt dans ma vie (moi, prétentieuse, naaaaan !) ...
2/ j'attends (encore) de l'oublier pour le relire

...sinon je peux développer un peu plus pourquoi ce bouquin dépasse (et pas du peu) à peu près tout ce que j'ai lu en SF jusqu'à présent (une grande majorité de mes lectures) mais ce n'est pas l'objet du post (qui était de répondre à "Alain Damasio on en parle ?" ) ... oui, oui je sors par la petite porte, ok , ok ...

    signaler
Vous préférez Damon Albarn tout seul ou Gorillaz ? Discutez-en ici
Créer un post