Créer un post
2

Journal de bord du Festival Lumière 2018 - jours 6 à 9

À propos de Tigre et Dragon A Touch of Zen One Day Since Yesterday: Peter Bogdanovich & the Lost American Film Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'anneau Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du roi On achève bien les chevaux Barbarella 12 hommes en colère Scènes de la vie conjugale

Un seul post pour les 4 derniers jours, parce que la nuit Seigneur des Anneaux m'a un peu éclaté.

Jour 6

14h45, Cinéma Opéra : Tigre et Dragon (présenté par Cheng Pei-Pei)

Encore un film que je n'avais pas vu depuis longtemps et que j'ai eu plaisir à revoir. Belle mise en scène, BO épique et scénar haletant, sans oublier les chorégraphies de combats si poétiques. La séance était présentée par l'interprète de Jade "la Hyène", légendaire actrice chinoise.

20h, Comoedia : A Touch of Zen

Je ne pense pas être le public cible, et ça s'est ressenti. Les deux premières heures et demie étaient tout à fait honorables même si je ne suis pas du tout client du rythme du film, beaucoup trop mou, même lors des combats. Et puis la dernière demie heure est arrivée, amorcée par cette scène de fou rire assez gênante, et le film a sombré dans le nawak le plus total. Des persos rajoutés au dernier moment, des séquences quasi nanardesques et j'en passe... Pas du tout convaincu par King Hu pour l'instant, je retenterai peut-être l'expérience si l'envie m'en prend, mais j'ai été déçu par ce soi-disant chef d'œuvre du wu xia.

Jour 7

14h45, Villa Lumière : Peter Bogdanovich et le film perdu (One Day Since Yesterday)

Docu fort intéressant sur la carrière de Bogdanovich et particulièrement sur le tournage de Et tout le monde riait, marqué par le meurtre d'une des actrices, Dorothy Stratten. Très bien rythmé par les différentes interventions de Jeff Bridges, Tarantino ou Wes Anderson pour ne citer qu'eux. Le sujet est très émouvant, et les protagonistes se livrent sans tabou. Quel plaisir de revoir Ben Gazzara tout sourire, même s'il a cette phrase terrible, qui me restera longtemps en tête : "J'étais dépressif pendant le tournage de Jack le Magnifique, et j'ai vaincu un cancer. Avec le cancer, au moins, tu peux te battre".

19h, Halle Tony Garnier : Nuit Seigneur des Anneaux

Je n'avais vu que le dernier opus au cinéma, du coup c'était l'occasion. Les 3 à la suite et en version longue, ça pique un peu. Super expérience, même si je ne trouve pas que les versions longues rajoutent des choses cruciales, du coup si je me refait les 3 ce sera les versions ciné. Mais grosse ambiance sinon, c'était fun.

Jour 8

19h, Pathé Bellecour : Barbarella (présenté par Jane Fonda)

Immense privilège que de voir Jane Fonda présenter cette séance, le temps de donner quelques anecdotes dans un Français parfait. J'appréhendais un peu le film du fait de sa réputation kitchissime, en me disant qu'au moins ce serait marrant. Et au final, j'ai vraiment bien apprécié le délire SF rétro et l'érotisme ambiant. Certaines idées (l'orgue de torture par exemple) sont vraiment bonnes et le comique volontaire ou involontaire est très plaisant.

22h, Institut Lumière : On achève bien les chevaux

Journée Jane Fonda pour moi, avec un de ses films les plus connus. Assez lent malgré le sujet, l'intensité monte jusqu'à un final poignant (même si spoilé par l'affiche), dommage que les persos ne soient pas plus approfondis.

Jour 9

14h30, UGC Confluence : 12 hommes en colère

Incroyable de pouvoir revoir ce chef d'œuvre sur grand écran, je n'ai pas grand chose à ajouter que ce qui à déjà été dit, la mise en scène incroyable ou les acteurs parfaits. Immense.

17h15, Comoedia : Scènes de la vie conjugale

Toujours chaud pour un Bergman de 3h, en plus sur grand écran. On tourne autour des thématiques habituelles mais c'est une fois de plus exécuté avec un brio et une verve dans les dialogues tellement percutants. Liv Ullmann est une fois de plus prodigieuse et Erland Josephson n'est pas en reste. Il faudra que je regarde la série un de ces 4 aussi.

Petit bilan perso de cette 10ème édition : de plus en plus d'ampleur, des nouveaux lieux, des ambitions grandissantes, des invités prestigieux et des séances archi pleines. J'ai hâte de voir comment ce festival va évoluer, s'il durera un jour deux ou trois semaines, et surtout ce que Thierry Frémaux nous réserve pour l'année prochaine, et ce dixième anniversaire.

Un petit bémol, les soirées à la Plateforme déclinent petit à petit au fil des éditions, avec notamment un deuxième samedi soir trop grand public, de la musique dégueulasse pour attirer les jeunes. Mais l'ajout des planches de saucisson et de fromage (pour par cher en plus) est fort apprécié.

  • 13 vues
  • 0 réponse
· signaler
Avatar Ronald  Frangipane
Voir tous ses posts

0 réponse

Si vous voulez parler de l'actualité BD,
c'est l'endroit idéal.
Créer un post