Créer un post
1

Juste un endroit

À propos de Nul homme n'est une île

Illustration Juste un endroit

par Camille Lotteau © ACOR (photo © Camille Lotteau, 2016, sur le tournage de Nul homme n'est une île)

*S'il s'agissait toujours de chercher à établir des raccords entre des lieux comme le puzzle liminaire et émouvant, comme le film une fois monté le suggérera, la méthode avait évolué et à nouveau je ne m'en étais pas aperçu. Je lançais tous azimuts des contacts pour proposer des voix au film : aménageur de ZAC, déblayeur pour TGV, nettoyeur de ruisseaux, logisticien, archéologue, animateur écolo, élu. Je pensais documenter, Dominique lui cherchait un terrain. On plissait les yeux sur des cartes pour démêler tel nœud où semblaient se retrouver une autoroute, le fleuve, la voie ferrée et des éoliennes.

Et je voyais apparaître le manifeste, jamais déclamé, d'un cinéma qu'on pourrait dire sans sujet. Ou plutôt, mieux, l'apparition d'une écriture opposée, inversée : là où le film documentaire réduit le monde en tournant son regard vers un endroit, une histoire, un personnage, un problème ou une merveille, Dominique s'échinait à dédocumenter le mouvement d'approche, c'est-à-dire uniquement faire apparaître des relations, à créer des conditions de conjonction, des conjugaisons, une réunion. Peut-être pour retrouver un sens au mot réaliser : faire advenir, représenter comme une fiction*.

Un récit de Camille Lotteau, assistant réalisateur sur trois films de Dominique Marchais, dont NUL HOMME N'EST UNE ILE.

Lire le texte de Camille Lotteau

  • 6 vues
  • 0 réponse
· signaler
Avatar AcorBailhache
Voir tous ses posts

0 réponse

Vous êtes amoureux de Lara Croft ? Déclarez-lui votre flamme ici
Créer un post