Avatar Ray Harryhausen

Critiques de Ray Harryhausen

Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.3

Critique de Incident au Loch Ness par Ray Harryhausen

Je ne suis définitivement pas fait pour les documenteurs; malgré ses qualités, malgré W.Herzog dans son propre génial rôle, malgré la critique du milieu du cinéma, ce film m'a laissé au bord de la route, l'ennui grandissant au fil des minutes... Lire l'avis à propos de Incident au Loch Ness

Avatar Ray Harryhausen
3
Ray Harryhausen ·
Bande-annonce
4.6

Critique de Une vie à t'attendre par Ray Harryhausen

Aperçu sur une chaîne franco-allemande un soir de détresse audiovisuelle: le pire de la production française: des pseudos stars, des dialogues qui sonnent creux et une photo qui oscille entre horrible et incohérente (admirez une des scènes de cuisine où la lumière -d'un verdâtre bien gerbant- semble sortir des murs et des meubles !); la preuve par mille de la nécrose d'un certain cinéma français. Lire la critique de Une vie à t'attendre

1
Avatar Ray Harryhausen
1
Ray Harryhausen ·
7.9

Death is not the end

C'est ce que prouvent les anciens membres de Joy Division, devenus quelques mois auparavant les New Order; Après le suicide de Ian Curtis, ils sortent un premier album, Movement, puis se produisent chez le mythique John Peel; leurs prestations (1981 et 1982) sont retranscrites ici; dépouillée et bileuse, à la fois glaçante et dansante, leur prestation représente l'exact mitan entre ce qu'a été... Lire la critique de The Peel Sessions (Live)

Avatar Ray Harryhausen
9
Ray Harryhausen ·
7.4

Critique de Smart Monkey par Ray Harryhausen

Du Winshluss classique, mais d'une telle beauté au niveau graphique, d'une telle simplicité mais à la fois d'une telle intelligence dans la manière dont il mène son récit (sans parole, hormis dans son dernier quart), qu'on ne peut qu'adhérer, malgré la vision amère, voire désespérée qu'à l'auteur de l'Humanité. Lire la critique de Smart Monkey

Avatar Ray Harryhausen
8
Ray Harryhausen ·
6.8

Critique de L'homme qui aimait les fesses par Ray Harryhausen

Recueil d'histoires courtes par Tezuka, il faut reconnaître qu'il contient du bon et du moins bon, voire de l'anecdotique; Ne vous attendez d'ailleurs pas contrairement à ce que laisse entendre le titre à des histoires coquines (oui, oui, j'ai été déçu !), la sexualité, ou la nudité étant traitées de façon satirique, satire dont la portée m'a sans doute parfois échappé, faute de connaissance... Lire l'avis à propos de L'homme qui aimait les fesses

2
Avatar Ray Harryhausen
5
Ray Harryhausen ·
Bande-annonce
7.4

Critique de Inglourious Basterds par Ray Harryhausen

Inglourious Basterds confirme le virage vers un cinéma plus dépouillé de la part de Quentin Tarantino, après le Boulevard de la Mort, film presque expérimental, et au final un peu austère; réinjectant les leçons de son précédent métrage, il orchestre en maestro son film en 4 ou 5 grandes scènes, sa maîtrise devenant presque palpable aux yeux du spectateur, pour son plus grand plaisir cinéphile;... Lire l'avis à propos de Inglourious Basterds

1
Avatar Ray Harryhausen
8
Ray Harryhausen ·
Bande-annonce
6.4

Critique de Ricky Bobby, roi du circuit par Ray Harryhausen

Allez, c'est quand même un peu plus drôle que Frangins Malgré Eux, autre "oeuvre" dudit McKay; je me souviens de quelques éclats de rire, du personnage excellent de Sacha Baron COHEN qui vient sauver le film de l'ennui; par contre, ça reste au moins cent coudées en dessous de ce que peuvent proposer par exemple les Frères Farelly Lire l'avis à propos de Ricky Bobby, roi du circuit

Avatar Ray Harryhausen
4
Ray Harryhausen ·
Bande-annonce
6.3

Critique de Frangins malgré eux par Ray Harryhausen

L'idée de départ (2 pré-quarantenaires se comportant comme des pré-ados se retrouvent beau-frères suite au re-mariage de leurs parents) va être systématiquement déclinée scène par scène; c'est drôle lors des 20 premières minutes (et encore), ça devient rapidement lourd, comme l'ensemble du film malheureusement, qui ne m'a fait décrocher que quelques sourires... Lire la critique de Frangins malgré eux

1
Avatar Ray Harryhausen
3
Ray Harryhausen ·
6.4

Critique de 30 Jours de nuit 2 par Ray Harryhausen

J'ai tenté de poursuivre la lecture de la série après un premier tome décevant, me rappelant de la semi-déception à la lecture du premier tome de Walking Dead; Bilan: la forme me gène toujours autant, et encore une fois, l'idée de départ qui n'est pas mauvaise et pourrait relancer la série, tombe à plat; pour être parfaitement honnête, je n'ai pas fini ce volume, c'est dire mon intérêt... Lire la critique de 30 Jours de nuit 2

Avatar Ray Harryhausen
4
Ray Harryhausen ·
6.9

Critique de 30 jours de nuit par Ray Harryhausen

Je pense que mes prédécesseurs senscriticiens ont bien résumé la force/faiblesse de ce comics: le graphisme est terriblement clivant; personnellement, sur ce plan, je n'ai pas accroché: l'action est noyée dans le flou, idem pour les personnages qu'on a beaucoup de mal à distinguer; rajoutez sur cela un scénario extrêmement classique sur une pourtant bonne idée de départ, des personnages peu... Lire la critique de 30 jours de nuit

3
Avatar Ray Harryhausen
4
Ray Harryhausen ·