Teenage Dream

Avis sur 13 Reasons Why

Avatar Sinar1107
Critique publiée par le

J'avoue avoir hésité à commencer cette série, victime d'une polémique l'année de sa sortie. La plupart de mes réticences vont être dévoilées dans cette critique mais je tiens néanmoins à encourager les plus sceptiques à lancer le premier épisode. En effet, je pense qu'il est important de regarder 13 Reasons Why, ne serait-ce que pour prendre conscience de notre place dans le lycée, de l'impact que l'on peut avoir sur les autres et de la façon dont on peut aider ceux qui vont mal. Après cette petite introduction, passons à mon avis sur la série phénomène !

Saison 1: Tout d'abord, je tiens à prévenir que son contenu peut être choquant pour certaines personnes, surtout ceux qui ont vaincus les mêmes mésaventures que les personnages. Car c'est vraiment là qu'est la force de cette série, on se reconnait dans chaque lycéen représenté à l'écran. Au début, cela ne semble être que des stéréotypes tels qu'on peut les voir dans les films pour ado mais on se rend compte petit à petit qu'ils sonnent vrais. 13 Reasons Why arrive à être très bouleversante grâce à cela, se rapprochant beaucoup de se qui se passe dans la vie d'un jeune de 17 ans. Elle parvient à atteindre une incroyable justesse dans son propos, notamment en ayant l'idée de montrer les conséquences du suicide sur différentes personnes (la mère, l'amoureux de la victime, l'ancienne meilleure amie). Cela faisait longtemps que nous n'avions pas eu des personnages si développés et crédibles, il n'y a jamais de moments ridicules ou gênants. D'ailleurs, le ton de la série oscille aisément entre des moments de joie et des événements sombres et tristement réels. On peut donc s'accorder à dire que le gros point fort de 13 Reasons why est son traitement des personnages, complexes, réalistes et évoluant de manière complètement maîtrisée.

La qualité de la série ne réside pas seulement dans le développement de ses personnages mais aussi dans sa réalisation, très soignée. Les raccords entre le passé et le présent sont juste parfaits, souvent étonnants et donnent un véritable rythme aux épisodes. Nous pouvons néanmoins constater certaines longueurs qui n'était pas nécessaires à l'intrigue et qui alourdissent le récit.
Le but de ce programme est également très louable et tout le monde devrait la regarder pour cela: montrer qu'une toute petite chose peut embrayer sur une autre et avoir de terribles répercussions sur chaque personnalité. Son contenu entraîne une remise en cause et incite à prendre soin des autres et de ne pas se fier à des rumeurs que peuvent répandre certains jeunes dans les établissements scolaires. Traiter de l'Amour, de harcèlement scolaire, des violences sexuels et du suicide en même temps sans embrouiller le spectateur, il faut avouer que c'est très fort.

Mais malgré toutes ces qualités, ce qui me dérange avec la façon de faire passer le message, c'est l'idée d'Hannah de donner des raisons sur son suicide et donc d'impliquer son entourage en "rejetant" la faute sur eux. On voit d'ailleurs bien les répercussions sur l'état de Clay qui se sent profondément coupable. Certes, ils sont responsables des différentes situations qui lui sont arrivées mais leur distribuer des enregistrements pour leur rappeler est une décision ambigu qui a fait d'ailleurs polémique, surtout quand je pense à des personnages comme Clay, Zack ou Alex. Je comprend donc que le propos général peut être mal interprété car le message est certaines fois assez confus.
Toutefois, la série offre de très bons moments de sincérité, complicité et dépeint une vie adolescente crédible et non-enjolivée. Des épisodes peuvent même choquer par leur contenu. Enfin, il y a un parallèle intéressant entre le contenu de cette série qui montre des adolescents écouter les raisons du suicide d'Hannah sur les cassettes et le visionnage addictif qu'il crée. J'ai effectivement été happé par l'histoire et voulais toujours en savoir plus. Des mystères se déroulant au lycée me donnait encore plus envie de passer directement à l'épisode suivant. Ce phénomène de toujours vouloir en savoir plus d'un seul coup par rapport à ce qui est arrivé à l’héroïne épouse les mêmes envies que les personnages. On peut conclure que nous sommes tous coincés dans un voyeurisme constant, poussés par une curiosité, saine ou maladive, de découvrir ce qui arrivé à autrui, à une personne que nous avons vue, côtoyée, et peut être aimée.

Saison 2: Passons maintenant à la saison 2, il faut dire qu'elle était attendue au tournant après une très bonne saison 1 qui se suffisait à elle-même. D'ailleurs, le titre devient obsolète et dépassé mais bon, on va pas en faire un fromage ! Débutons avec les qualités de ces nouveaux épisodes, qui apportent encore beaucoup plus de développement et donc de complexité à nos personnages préférés. En effet, cette seconde saison corrige les erreurs que je trouvais à la précédente. Les adolescents présents sur les cassettes semblaient être tous montés contre Hannah, lui voulant du mal sans raison. Cette fois, nous avons droit à leurs témoignages lors du procès ce qui permet d'avoir d'autres points de vues sur les événements et donc de voir une autre vérité. Car au fond, elle le dit elle-même à Clay, apparaissant en tant que fantôme hantant le héros pendant toute cette saison, que diffuser ses enregistrements permettait de donner sa vérité des faits et de faire changer les comportements afin d'éviter de futures victimes. Cette simple et rapide explication permet de mettre un terme à la polémique qu'il y avait eu et clarifie clairement les choses, peut être trop clairement d'ailleurs. Avec les versions des faits de chacun des personnages, Clay découvre qu'il ne connaissait pas toute les facettes de celle qu'il aimait. Les spectateurs, eux aussi, s’aperçoivent aussi qu'ils ne peuvent pas apprendre tous les secrets d'une personne en la côtoyant. Les agissements du héros peuvent alors sembler stupides ou étonnants pour certains mais dévoilent parfaitement ce que nous pourrions éprouver à sa place. D'autres personnages évoluent énormément cette saison en essayant de (sur)vivre l'après-Hannah, leurs relations changent de manière maîtrisée et donnent lieu à de beaux et surprenants duo. Les thèmes traités sont eux aussi renouvelés. Les showrunners décident de plus s'attarder sur le harcèlement sexuel et innove en ajoutant l'utilisation légale des armes aux Etats-Unis, thématique très actuelle.

Malgré ses bonnes idées, cette saison 2 échoue dans le rythme de son intrigue et perd donc son côté addictif qu'il pouvait y avoir avec la lecture des cassettes. Le procès sert de fil rouge principal, accompagné de mystères ayant lieu au lycée. Cette partie est résolue beaucoup trop rapidement et les révélations sont dévoilées de manière maladroite. On a l'impression que ces "polaroids" étaient vraiment là pour faire du remplissage. Les longueurs sont également beaucoup plus présentes et la toute fin du dernier épisode sonne comme un teaser, faisant perdre toute l'intensité de la scène à cause d'un cliffangher non-assumé et sorti de nulle-part.

Saison 3: Bon, à partir de là, je tiens à vous prévenir que ça se complique. Déjà que je trouvais que la deuxième saison était dispensable, c'est encore pire pour la troisième. On sent vraiment qu'on bascule dans ce qu'on appelle le pur produit commercial où les scénaristes ne savent plus s'arrêter et rallongent inutilement les séries. Ce n'est pas que cette saison est mauvaise, loin de là, mais elle embraye sur un côté thriller policier trop forcé qui m'a sorti de l'histoire, devenant trop éloigné de l'aspect réaliste que dépeignait la première saison.

Décryptons plus en détail ma pensée ! Le spectateur découvre alors un nouveau personnage narrateur en la personne d'Ani, une jeune africaine nouvelle dans le lycée Liberty. C'est vraiment une bonne idée d'apporter un personnage extérieur qui ne connait personne, cela permet d'envisager un autre point de vue et de tenter de belles choses niveau écriture. Malheureusement ici, Ani est trop effacé derrière les personnages qu'on adore et n'arrive jamais à prendre sa place dans notre coeur. Pire, avec ses nombreux mensonges, on en vient à la détester et à la rejeter, alors qu'il aurait fallu au contraire la rendre attachante comme l'était Hannah. Antipathique, elle finira par sauver tout le monde dans un deus ex machina tout sauf crédible. C'est vraiment dommage car sa relation privilégiée avec Bryce marchait vraiment bien mais même elle semble l'avoir oublié après sa mort.

Effectivement, le personnage de Bryce, véritable démon dans les dernières saisons, est ici plus développé et nuancé. Les scénaristes prennent le risque de flirter sur la limite morale en pouvant parfois faire croire de défendre un violeur mais ce choix de montrer un Bryce en quête de rédemption est également très bien exécuté, ne faisant que rappeler qu'il est avant tout un humain "malade". C'est cette complexité ambigu, qu'il manquait au personnage depuis longtemps, qui provoque aux spectateurs un doute, entre empathie et haine. Gros coup de coeur également pour les personnages de Jessica, réapprenant à aimer son corps tout en se positionnant comme grande féministe après son traumatisme, et Tyler que je n'aimais pas dans les premières saisons mais qui s'est ici révélé comme la meilleure évolution du show. Toute sa reconstruction psychologique est soigneusement représentée et montrée par son acteur, très talentueux, dans des scènes déchirantes.

Néanmoins, ces 13 épisodes sont encore beaucoup trop longs et comportent des longueurs et des détours franchement inutiles qui continuent d'alourdir le récit. Même cette idée de montage à temporalité différente, déjà présent dans les autre saisons, ne fonctionnent qu'à moitié et s'avère confus malgré le jeu sur le format et la colorimétrie. Certaines fois, il vaut mieux opter pour un récit plus linéaire afin qu'il soit plus efficace et percutant... La réalisation est quant à elle soignée mais de moins en moins inventive. J'ai vraiment l'impression que depuis le début de la série, la mise en scène est restée la même, devenant presque un standard de Netflix.

Enfin, petit coup de gueule au niveau de la morale de cette troisième saison. Je ne comprend pas que les adolescents ne soient jamais punis pour leurs mauvaises actions et qu'au contraire, la série semble les poser comme la seule solution à leurs problèmes. Le message peut être très mal interprété, plaçant le mensonge comme outil ultime pour se sortir de tous nos soucis. C'est encore plus choquant lorsque je vois la fin:

Mettre le meurtre de Bryce sur le dos de Monty car il ne pourra plus témoigner puisqu'il est mort lui aussi est très discutable. Au niveau Ethnique et moral, cela me semble très mauvais... D'autant plus que depuis la saison 1, l'importance est donnée à la vérité de chacun et à la recherche de la justice dans la saison 2. Ici, tout semble s'envoler. C'est vraiment dommage car le personnage de Monty avait un bon background pour mériter mieux qu'une mort hors-champ. La série juge moins Tyler pour le crime qu'il a failli commettre mais descend au plus bas Monty et ne permettra donc jamais à son personnage de trouver une échappatoire à son mal-être. On cherchera également la vraisemblance qui place Clay comme tueur dès le début ainsi que la débilité des policiers qui continuent de le suspecter jusqu'à la fin...

Saison 4: Ultime saison pour un dernier sacrifice, celui de passer dix heures à regarder péniblement une série qui s'est complètement perdu en cours de route. Dès l'apparition du générique, on est prévenu que 13 Reasons why n'a plus de raison d'être, résumant à lui seul le cruel manque d'originalité de cette saison. Puis, dès les premières images, on découvre qu'il y a eu un nouveau décès du côté de nos personnages préférés, c'es à ce moment que l'on se rend compte que les scénaristes ne savent plus quoi écrire pour appâter le spectateur afin qu'il regarde bien les dix épisodes. Je trouve cette technique complètement superficielle, on nous prend clairement pour des débiles en nous mettant face à un faux-suspens entretenant ce côté vicieux de la série qui a toujours fonctionner sur une sorte de voyeurisme malsain, auparavant excusé dans les deux premières saisons.

On se met alors à espérer, croire que ça va s'améliorer mais très vite, on constate que rien n'est suggéré, tout est dit par la parole. Certes, les thématiques de la série n'ont jamais été transmis avec subtilité mais dans le cas présent, c'est encore pire: L'écriture de 13 Reasons Why est victime d'une profonde flemmardise. On ne croit plus en rien, plus rien n'est vrai, les personnages et leurs agissements sont soit forcés, soit incohérents. Je pense au personnage de Jessica qui, au delà d'être agaçante par sa façon extrême et maladroite de se proclamer féministe, se perd totalement et fréquente un personnage qui est littéralement le cliché du sportif, soit tout ce qu'elle déteste et dénonce. L'alchimie et les interactions entre les personnages ont complètement disparues, rendant leur soit-disant amitié artificielle et inexistante. Ils ne partagent aucune complicité, tout sonne faux. Les seuls personnages qui tiennent la route sont Zack et Justin, véritable pilier de la série. Ce dernier possédera d'ailleurs une des meilleures évolutions, touchante et juste, de l'histoire du petit écran.

Jusqu'à bien sûr l'épisode final qui vient tout gâcher... Sa mort, en plus d'être beaucoup trop soudaine (SIDA qui apparait trop vite), est terrible au niveau du message qu'il envoie à son spectateur. Justin a vécu l'enfer et toute sa renaissance en tant que "frère" de Clay est une des meilleures choses que la série a pu faire. Son désir de se relever et de devenir quelqu'un de bien motive le personnage toute le saison qui finit purement et simplement par mourir. J'ai bien conscience que la morale de la série est portée disparue depuis la fin de la saison 2 mais tout de même... Toutefois, il restera que ces saligauds ont réussi à nous faire pleurer, artificiellement, mais ils sont toujours aussi forts pour créer du drama.

Parlons maintenant de Clay, dont la psychose devient forcément extrême. Il n'y a aucune surprise dans son développement et la révélation ultra-prévisible tombe comme un cheveu sur la soupe. Ils auraient dû au contraire miser sur un autre personnage et tenter de surprendre son audience. Ce qui est très déroutant avec cette dernière saison, c'est qu'elle ne sait pas sur quel pied avancer, il y véritablement un problème de hiérarchisation. On se concentre tantôt sur une intrigue thriller puis celle-ci est complètement éclipsée pour s'attarder sur la santé mentale de Clay avant d'elle aussi disparaitre sans avoir de réelles conséquences. Vraiment dommage... De même qu'au niveau de la morale, c'est encore pire que la saison précédente. Il n'y a aucune remise en question de la part des personnages ou en tout cas, elles est maladroitement traitée, ils essayent même au contraire de conserver cette impunité, ce que je trouve terrible. Autre exemple, la révolution étudiante au lycée Liberty possède certes un sujet pertinent et d'actualité mais la séquence, en plus d'être très mal réalisée, est traitée de manière trop directe et du coup maladroite, devenant totalement ridicule.

Enfin, je pense surtout que cette ultime saison aurait gagné à réduire la durée des épisodes, beaucoup trop longue. Cela aurait permis d'améliorer ce rythme mal géré qui alourdit le récit. Grosse déception donc pour cette saison 4 qui a pourtant quelques bonnes idées noyées au milieu de mauvaises, je pense par exemple à cette thématique de l'adolescence perdue (la fait que les personnages veulent absolument aller au bal renvoie à une ultime tentative d'être normal et à ce refus de basculer dans l'âge adulte).

Conclusion: A ses débuts, cette série m'a beaucoup fait réfléchir sur ma vie et sur mon rapport aux autres. Cela m'a aussi rappelé le suicide qu'il y avait eu dans mon lycée, une personne que je ne connaissais pas mais sa mort nous avait tous bouleversé. Juste pour ce questionnement moral et cette envie de faire attention aux autres que la série procure, elle devrait être vue par le plus grand nombre de personnes. Après ses deux premières saisons, 13 Reasons Why s'imposait donc comme la série actuelle développant le mieux l'adolescence, faisant passer des messages de manière subtil et intelligente. C'est avec tristesse que je m'avoue déçu par la suite et fin, complètement dispensable et assez douteuse moralement. Je pense que la série aurait dû rester focalisée sur l'adolescence sans trop tomber du côté du thriller et de l'invraisemblable. Dommage...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 170 fois
1 apprécie

Sinar1107 a ajouté cette série à 1 liste 13 Reasons Why

  • Séries

    Top 10 Séries

    Ce classement est subjectif, il a été fait à partir des séries que j'ai visionné jusqu’à maintenant. C'est donc normal si la fin...

Autres actions de Sinar1107 13 Reasons Why