Et pas plus...

Avis sur 3 %

Avatar kassleb
Critique publiée par le

Critique après 2 saisons:
En préambule, évacuons la problématique de la logique du Monde futuriste présenté.
Il y a 2 entités : le continent, une mégapole populeuse dans un cratère, et l'autre rive, une ile luxuriante séparée par un chenal qui se traverse en sous-marin.
On se demande comment la nourriture est produite pour le continent, sachant qu'il ne semble y avoir nulle agriculture (le plateau au dessus du cratère est désertique).
On se demande comment l'autre rive produit sa technologie car il ne semble y avoir nulle usine... et même si la société est évolué, il ne semble pas y avoir de robotisation et on n'a pas l'impression que la population de l'autre rive travaille comme ouvrière.
En dehors de ces 2 entités, le monde est vide.
Passons ces incohérences structurelles, et laissons nous guider par la série.

Contrairement à ce que j'ai pu lire ici et là, ce n'est pas un nouveau 'Hunger Game' (même tout le contraire), une critique sociale (ou dans un niveau de lecture induit) et il y a une cohérence plutôt forte dans les personnages, ce à quoi il croit fondamentalement.
Les acteurs jouent plutôt bien, à part quelques excès pour amener le drama nécessaire.

En fait, ma lecture est que la 1ère saison nous décrit un processus de recrutement pour une 'entreprise' (l'autre rive) qui cherche sur la base de ces principes fondateurs, à faire venir des jeunes avec des capacités et des valeurs proches des siennes.
Ce Processus est géré par un responsable Ezequiel dont on se rend compte qui le pervertit.
On y retrouve l'auditrice qui parce qu'elle voit les défauts, pense qu'elle peut mieux faire.
L'ancien responsable, qui promu dans le conseil d'administration, pense quand même que son remplaçant ne fait pas bien son travail et veut reprendre son poste.
La présidente du conseil, qui a recruté le Responsable, et qui le soutient au-delà même de ce qui devrait être fait. Tout cela dans un jeu de pouvoir dont les candidats ne se rendent pas compte quand ils passent des épreuves (qu'ils ne comprennent pas) de plus en plus biaisées...
En dehors de cela, la Cause représente une forme de syndicat qui veut infiltrer l'Autre Rive, et qu'il faut éradiquer (tâche qui revient au Responsable du Processus).
Il faut bien comprendre que le processus veut identifier les bons candidats qui s'intègreront à travers des entretiens, des travaux de groupe, des tests de leadership ou de sacrifice.
Et la perversion du processus vient dans la volonté d'Ezequiel à ne pas reproduire ce qui s'est passé avec sa femme, et donc à limiter l'empathie au profit de la dureté, le résultat peu importe les moyens, etc...
Au final, des bons candidats ayant réussi le processus le quitte (et donc n'intègre pas l'autre rive) et des candidats qui n'ont pas pour objectif d'intégrer l'autre rive y parvienne.
Le fond ou la forme. La rentabilité ou la qualité. La fin ou les moyens. Le Groupe ou l'Individu.Les types de Leadership.

Tout ces points sont abordés en filagramme du processus de recrutement.

La deuxième saison se passe des deux côtés de la barrière.
Mais on y retrouve du côté de la cause les questionnements sur la fin et les moyens avec les oppositions des écoles.
On voit aussi ce que la logique d'Ezequiel poussée à bout avec Marcella peut donner quant au renoncement aux valeurs.
On comprend aussi combien les principes fondateurs ont été construits dans une sorte d'idéolgie, loin de la réalité des faits (comme c'est souvent le cas dans les sociétés de ce type ou dans les régimes dictatoriaux).
...
Au final, pour ne pas lasser mon éventuel lecteur, on retrouve dans la série beaucoup de références à de notions psychologiques, à des questionnements sur les principes de fonctionnements ou de valeurs (dans les entreprises ou organisations). Et pour autant, on est dans une série netflix, dynamique, entrainante et qui a un bon rythme et qui affiche aussi ces valeurs (le héro est un handicapé). Beaucoup de scènes sont très bien trouvées ou documentées.

La saison 2 a quelques perles mais le dernier épisode est malheureusement extrêmement mauvais sur plusieurs sujets.
- Toute la trame scénaristiques de l'infiltration de Joana et Fernando ne tient pas. (On peut se demander comment Rafael aurait été capable de leur indiquer les points névralgiques du réseau!!!).
- Michele voit son monde s'écrouler pour la deuxième fois, mais cette fois-ci de manière définitive. Et dans la même journée de cet évènement, elle s'échappe et met en place un plan machiavélique!
- Je veux bien que Marcella soit extrême mais elle est prête à réduire à néant ce pourquoi elle sacrifie tout?
Et pour finir, la cerise sur la gateau, Netflix introduit clairement un trans (homme habillé en femme) dans les héros (l'ami de Gloria)... qui se retrouve habillé en garcon dans les derniers plans quand il intègre le processus?

Mais ne nous laissons pas gâché cette très bonne série par un épisode, fut-il le dernier.
Espérons que les saisons 3 et 4 relèvent le défi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 23 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de kassleb 3 %