Carbone mieux modifié !

Avis sur Altered Carbon

Avatar Clashkart
Critique publiée par le

Alors voilà, la critique qui suit vient contredire ce que j'ai écrit il y a plus d'un an. Pourquoi ? Parce que la saison 2 de Carbone modifié ("altered carbon" en bon marketing langage) vient redonner des couleurs à cette série, là où la saison 1 avait planté un décor pauvre et à oublier.
En effet, les concepteurs de cette série ont sans doute tiré les leçons du fiasco initial.
D'abord, ils ont su garder la meilleure idée de l'opus n°1 : Poe ; celui-ci reste égal à lui-même et donne à la série une dimension originale en incarnant une IA qui, pour une fois, ne veut pas détruire le monde entier passqu'elle en a envie.
Ensuite, Takeshi Kovacs est maintenant incarné par un acteur dont la capacité à exprimer des émotions va au-delà du froncement de sourcils ou des cris quand il n'est pas content (voir saison 1 pour saisir le propos). De même le casting additionnel est à la hauteur.
Enfin, le scénario est de meilleure facture et les dialogues moins bricolo-pompeux.
Bref, vous pouvez faire abstraction de la saison 1 et passer directement à celle-ci.

Et pour vous permettre de faire la comparaison, je vous laisse la critique de la saison 1 :
"Ami lecteur d’altered carbon, qui n’a pas encore visionné la série « dont tout le monde parle », écoute-moi : ne regarde pas ! Fuis, pars, oublie, débranche !
Car si cette série peut plaire à du monde (après tout, pourquoi pas) il est impossible qu’elle puisse plaire à qui a apprécié le bouquin dont elle est issue.
Pourquoi ?
- Parce que le livre était prenant et que la série ne l’est pas vraiment (tu dors un épisode sur deux) ;
- Parce que le livre était peuplé de personnages secondaires consistants, que ce soit au sein de l’action ou dans le passé de T. Kovacs : Virginie Vidaura, Irène Eliott, Trepp. Or dans la série, ils ont disparus !
- Parce que les personnages secondaires présents dans la série sont pâles, sans épaisseur et franchement caricaturaux : La sœur de Kovacs est du genre samouraï de la mort avec l’esprit d’un bisounours ; Victor Eliott est du genre papa inquiet mais bon, pas trop ; sans parler du fils Bancroft, qui ne sert à rien si ce n’est à introduire une dimension psychologique de bazar dans un scénario qui n’en avait pas besoin (papa est méchant, ouin !).
- Parce que QuellCrist Falconer parle beaucoup trop et que sa love story avec Kovacs (oui, oui, tu as bien lu), est à la limite du ridicule (je dis "limite" car je suis gentil)
Franchement, la seule bonne trouvaille, soulignée par la plupart des critiques, est le personnage de Poe. L’acteur qui plus est, est excellent, ce qui n’est pas franchement la règle concernant de nombreux autres, sans doute sélectionnés sur leur physique.
Bref, mieux vaut relire le livre.
Quant à la saison 2, s'ils en font une, ce sera sans moi (à moins que Morgan - l'écrivain -, qui a participé à l'adaptation pour un résultat aussi faible, se reprenne et retrouve le mordant qu'il avait dans sa jeunesse - le livre date de 2002)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1536 fois
6 apprécient

Autres actions de Clashkart Altered Carbon