Accrocheuse, palpitante, réaliste...

Avis sur Antidisturbios

Avatar Eric ROBINNE
Critique publiée par le

Certains réalisateurs étrangers comme l'espagnol Rodrigo Sorogoyen dont le dernier long-métrage Madre a marqué les esprits dans son pays, s'est tourné vers la télévision pour réaliser cette série de six épisodes dont le personnage principale est un groupe anti-émeute de six personnes.
Cette série est d'un réalisme bluffant, au suspense étouffant, terriblement d'actualité chez nous comme en Espagne au moment où les violences policières font la une des titres.
Ce groupe anti-émeute est chargé de procéder à une expulsion dans un quartier populaire de Madrid. Mais un comité d'accueil composé de militants du Droit au logement (équivalent de l'association française) va s'opposer à cette intrusion. Débordé par le nombre, par des personnages provocateurs, par des intrus curieux, et agacé par les portables braqués qui filment tout, la situation dégénère, la violence, développée par les deux parties, s'immisce inexorablement, et le contrôle échappe à tout le monde jusqu'au drame.
Les Affaires Internes de la police (équivalent à notre police des polices) s'empare de l'enquête. Une jeune enquêtrice, interprétée par la parfaite Vicky Luengo, vraie fouille-merde va remuer ciel et terre pour faire éclater la vérité. Mais ce n'est pas si simple, et elle met les pieds dans une affaire de corruption immobilière qui mouille juges, flics, politiciens au détriment des petites gens... Je n'en dirai pas plus tant cette série dérange, interpelle, manipule, vous laissant exsangue et assez amer.
J'ai avalé les six épisodes en deux soirées, tant le suspense et la crédibilité des scènes d'action est vraisemblable et accrocheuse. Les mécanismes d'introduction de la violence sont habilement démontés, et on comprend très vite que les attitudes des uns ou des autres vont inévitablement provoquer des réactions violentes, plus ou moins disproportionnées par rapport à la situation.
La mise en scène millimétrique appuyée par la musique enveloppante et étouffante de Olivier Arson, et conduite par un scénario brillant de Isabel Peña, vous broie et vous asphyxie, et quelque part vous donnant envie d'expulser une sourde colère.
Les acteurs sont parfaits et semblent habités par leur rôle : Hovik Keuchkerian, vu dans La Casa de Papel, Raul Arévalo, Roberto Alamo et Raul Prieto.
Quelques longueurs pourtant nécessaires dans la conduite des interrogatoires ou dans les réunions du groupe autour d'une table, d'un vestiaire ou d'un verre mettent mal à l'aise.
Cette série espagnole est une véritable bijou qui ouvre les yeux sur les mécanismes de la violence et vous bouscule dans vos a priori...
C'est brillant, c'est indispensable, c'est à voir sur Polar+ !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 628 fois
13 apprécient

Eric ROBINNE a ajouté cette série à 1 liste Antidisturbios

Autres actions de Eric ROBINNE Antidisturbios