👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Babylon Berlin a pour théâtre une période très particulière dans l'histoire de l'Allemagne, et de l'histoire tout court : après la guerre, avant la guerre, Weimar menacée de toutes parts, on fait la teuf à la berlinoise quand même. Or, si la série a vraiment une qualité, c'est celle de son ambiance : les costumes sont beaux, les scènes sont épiques, c'est divertissant. Par contre, il ne faut pas s'attendre à des commentaires très profonds sur la vie politique ou sur les traumatismes de la guerre ; ce sont des éléments de contexte qui ont leur importance, bien sûr, mais BB ne vous apprendra pas grand chose sur les années 30. Fondamentalement, à la bazouze de la bazouze, c'est une série noire ; le sujet principal est bien la recherche de la vérité et les tourments moraux des protagonistes.

Parlons-en, des protagonistes : Gereon, flic à la vie compliquée et un peu traumatisé, et Lotte, jeune femme qui, tout en tentant de faire vivre sa famille avec divers boulots, caresse l'ambition d'intégrer la force de police. Même si mes descriptions rapides ne le laissent pas voir, ce sont des personnages relativement intéressants et multidimensionnels, avec des interprétations à la hauteur -c'est là une des autres forces de la série.

Malheureusement, là où BB m'a un peu perdue, notamment dans la saison 2 (ou partie 2 de la saison 1, puisqu'apparement il n'y en a qu'une), c'est au niveau de l'intrigue, qui cède à d'énormes facilités scénaristiques. Attention gros spoiler/exemple :

la scène de mort de Charlotte, qui est mauvaise d'au moins deux points de vue : 1. c'est une scène objectivement ridicule, où les incessants plongeons de Gereon sont moins poignants que limite drôles, puis fatigants une fois qu'on l'a vu faire la même chose une dizaine de fois 2. c'est une scène qui est au final presque inutile, puisque Charlotte... ne meurt pas. Ce qui, mécaniquement, semble diminuer la portée des enjeux, dans la mesure où les personnages principaux bénéficient d'une plot armor qui fait aussi troisième poumon.


Cependant, je reste curieuse de voir la troisième saison : il y a encore pas mal d'intrigues qui restent ouvertes et il faut que je bosse mon allemand.


  • remarque comme ça : plusieurs scènes constituent de super exemples de ce qu'on entend par male gaze

bébertnanos
6
Écrit par

il y a 4 ans

4 j'aime

Babylon Berlin
the_stone
8

Critique des 3 premières saisons

Une production digne d'un long-métrage de cinéma. Saison 1 : 8/10 Babylon Berlin est une série relativement courte (8 épisodes de 46 minutes) mais très dense, qui se déroule dans la capitale...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

14

Babylon Berlin
PhyleasFogg
9

"Zu Asche zu staub"

Saison 1, sans spolier. Hitler détruisit la République de Weimar, le cinéma expressionniste allemand- le plus créatif de son temps, et ce Babylone qu'était Berlin. De là à penser qu'une décadence...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

3

Babylon Berlin
Val_Cancun
8

Zu Asche, zu Staub

Adaptation des romans policiers de Volker Kutscher ("Le poisson mouillé" dans les deux saisons initiales, puis "La mort muette" dans la troisième), cette série allemande à gros budget constitue une...

Lire la critique

il y a 2 mois

8 j'aime

1

Une sirène à Paris
bébertnanos
3

Critique de Une sirène à Paris par bébertnanos

Partant du principe que c'est un conte poétique tout ça, on peut excuser la lourdeur de la présentation des thèmes, le manque de profondeur ou de logique interne des personnages, le culcul général...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

2

Leaving Las Vegas
bébertnanos
3

Regardez plutôt Showgirls

Leaving Las Vegas fait l'économie de toute forme de subtilité, de la direction d'acteurs aux dialogues, en passant par la bande son et le montage. C'est un bon exemple de la rapidité à laquelle...

Lire la critique

il y a 2 ans

5 j'aime

Babylon Berlin
bébertnanos
6

Avant la chute

Babylon Berlin a pour théâtre une période très particulière dans l'histoire de l'Allemagne, et de l'histoire tout court : après la guerre, avant la guerre, Weimar menacée de toutes parts, on fait la...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime