Une oeuvre hésitante

Avis sur Better Call Saul

Avatar Antichrist
Critique publiée par le

Cet avis ne reviendra pas sur chaque saisons de façon indépendantes mais parlera de la série dans son ensemble (pour l'instant de 3 saisons).
Nous attendions tous cette série la boule au ventre, à la fois impatients de voir une série sur l'un des meilleurs personnages de Breaking Bad et à la fois craintifs de voir un personnage secondaire fascinant devenir sans saveur une fois aux premières loges. Au final il n'en est rien, Jimmy MacGill fascine constamment, l'écriture est aussi soignée que l'interprétation de Bob Odenkirk est émouvante. Le personnage de Jimmy se voit offrir une backstory à la hauteur de nos espérances (pour l'instant). Malgré tout la série s'empêtre constamment dans de multiples obstacles pourtant facilement évitables. La saison 1 possède un rythme bancal entre le passé de Jimmy et le temps présent, parfois intéressant, mais souvent coupant tout investissement du spectateur dans l'histoire principale. Ce rythme en dent de scie est aussi du à une deuxième backstory installée par la série, celle de Mike Ehrmantraut, qui essaye à tout prix de rendre son parcours tragique mais n'arrive qu'à nous proposer une histoire assez banale de corruption policière, tout à fait dispensable. La série semble trop ambitieuse avec une histoire centrale couplée à 2 Backstory.
La saison 2 était censée lancer le tout mais continue sur le même chemin. Alors clarifions de suite, les choses se sont clairement améliorées, l'histoire de MacGill passionne toujours autant malgré une ambition largement réduite par rapport à Breaking Bad. Cela fait plaisir à voir d'avoir une préquelle qui ose calmer le jeu par rapport à son ainé avec un rythme plutôt lent dans la progression. Mais Better Call Saul continue pour mon plus grand désarroi à vouloir couplé l'histoire de Jimmy avec une préquelle à Breaking Bad. L'histoire de Mike ne m'intéresse guère et n'arrive pas à se justifier à mes yeux. Surtout qu'il y à de quoi faire avec le monde des avocats dans lequel entre Jimmy, j'espérais voir la série partir dans cette direction et le fait par moment avec le personnage Kim Wexler mais se retrouve toujours bloquée par les relents "Breaking Badien" incarnés par Mike Ehrmantraut (puis Don Hector) qui deviennent de plus en plus importants.
Il y a 2 série en une : une série sur Jimmy MacGill fascinante et une préquelle à Breaking Bad greffée sur le côté qui amoindrie le tout. L'exemple le plus fragrant est le caméo de Tuco Salamanca dans la saison 1 qui était assez grossier.
On se retrouve donc avec 2 histoires concomitantes qui ne se rejoignent jamais (toujours pas en fin de saison 3, à croire qu'elles resteront parallèles jusqu'à la fin de la série). La saison 3 va encore plus loin dans la préquelle à Breaking Bad en incluant maintenant Gus Fring et Don Hector, toujours totalement parallèle aux agissements de Jimmy. Certes Mike Ehrmantraut sert de lien entre les deux mondes mais ne suffit pas à m’intéresser. Pour conclure je trouve dommage qu'ils n'osent pas jusqu'au bout la préquelle concernant Jimmy MacGill sans vouloir à tout prix inclure de même toute la préquelle à Breaking Bad car elle empiète largement sur la première, avec environ un bon 50/50 et n'est de plus pas très passionnante (que ce soit l'histoire de Mike ou le développement des tensions entre Gus et Don Hector). Le potentiel est grand mais à trop vouloir en mettre la série se perd.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 245 fois
1 apprécie

Autres actions de Antichrist Better Call Saul