Avec celle-là, on ne fera jamais de vieux os

Avis sur Bones

Avatar Arkeniax
Critique publiée par le

12 saisons.
Je me suis tapé les 12 saisons de Bones d'une seule traite. 250 épisodes en un peu plus d'une semaine.
Je sais pas pourquoi, j'avais juste découvert par hasard 1 ou 2 épisodes de la série à la télé, j'ai trouvé ça sympatoche alors j'ai voulu en voir plus. Et une chose en amenant une autre, j'ai enchainé les saisons. Et je comprends pas tout à fait pourquoi j'ai fait ça.

Bones, c'est la série policière ultra-classique, avec du meurtre, des personnages stéréotypés, un peu de sang, un peu d'action et un soupçon d'intrigues amoureuses en pagaille.
Des séries calquées sur ce modèle-là, je peux en citer une dizaine sans réfléchir.
Du coup oui, la structure des épisodes est toujours la même, on a l’enquête qui commence et se termine dans le même épisode, avec quand même des fils rouges pour créer une petite continuité et quelques épisodes reliés entre eux. Et évidemment, chaque saison se termine par une grosse enquête aux terribles conséquences avec option cliffhanger pour être sûrs d'avoir de l'audimat à la saison d'après. Et la science est parfois très approximative, les procédures judiciaires souvent floues, et le coupable est toujours celui auquel on s'attend le moins, sans compter 3 dernières saisons où l'on sent bien le ras-le-bol de toute l'équipe de la série.
Bref, Bones, c'est du déjà-vu, c'est parfois pataud voire tire-larme pour rien (l'épisode sur la petite cancéreuse, oh pitié...) et c'est hyper-répétitif.

Mais malgré tout j'en garderai un bon souvenir !
Et ce pour 2 raisons principales :
Les débuts d'épisode, d'abord, lorsque l'équipe de Bones arrive sur les lieux du crimes et découvre le cadavre. Il y a quand même des épisodes où ils font preuve de beaucoup d'originalité pour les situations dans lesquelles se retrouvent les corps : fondu dans une baignoire d'acide, retrouvé dans une capsule temporaire vieille de 20 ans, broyé dans un compresseur à carton, emprisonné dans une tablette de chocolat géante, haché par une broyeuse, coupé en morceaux et expédié par colis ou servi en ragout à la cantine,...
C'est presque toujours des moments bien funs, on s'éclate à découvrir des corps en décomposition dans des situations plus cocasses les unes que les autres (même si les dernières saisons sont moins inventives à ce niveau-là).

Et l'autre raison, ce sont les personnages. Il arrive un moment où l'on ne s’intéresse plus vraiment aux enquêtes (enfin, quand les restes de la victime sont retrouvés dans un pinspotter de bowling, on est quand même attentifs :P), on a juste envie de suivre Bones, Booth, Hodgins, Angela et toute la bande. Alors certes, les relations entre les personnages finissent par tourner au soap-opera, avec Madame X qui sort avec Monsieur X mais finalement le quitte pour partir avec Mec W, et ça a tendance à se répéter, mais l'humour, l'alchimie entre les acteurs et les personnalités de chacun font qu'au final, bah je me suis attaché à tout ce petit monde ! Booth et Bones sont clairement au centre de la plupart des épisodes, mais chaque personnage a son petit moment à lui également, et même s'ils ne connaissent pas vraiment de grosse évolution, les voir faire des blagues en étudiant des os humains ou parler de leur vie sexuelle juste avant d'aller interroger un suspect, ça a quand même son petit charme.
Et tous ces moments où Booth et Bones débattent sur des sujets comme la religion, les émotions ou la société, lui avec son fort patriotisme, sa foi et son instinct, elle avec son intelligence, son pragmatisme et sa rationalité exacerbée, ça offre des dialogues assez fendards.
Par contre, un truc qui m'a un peu déçu, c'est qu'au début de la série, Bones est montrée comme une femme forte et combattive, elle met au tapis plusieurs mecs grâce à sa maitrise de 3 arts martiaux, ce que je trouvais vachement cool, mais ça disparait presque totalement passé la moitié de la série. Dommage dommage...

Et y'a quand même des moments qui arrivent à taper juste, comme l'épisode où Bones doit enquêter sur le meurtre de sa propre mère, émouvant, ou les quelques arcs narratifs mettant en scène des tueur en série bien fichus (même si le dernier avec le Marionnettiste s’avère très décevant...).

Ah, et il faut noter les apparitions de Billy Gibbons, le guitariste de ZZTop, qui incarne le rôle du père d'Angela, et dont chaque scène est juste mythique !

Bien sûr, Bones ne remportera pas la palme de la série du siècle, mais elle est très sympathique.
Par contre, ne soyez pas aussi cons que moi, et regardez la épisodiquement, pas d'une seule traite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 287 fois
2 apprécient

Autres actions de Arkeniax Bones