L'Élite de Brooklyn

Avis sur Brooklyn Nine-Nine

Avatar Vivienn
Critique publiée par le

Saison 1

Contrairement à ses confrères NBC, CBS ou même ABC, FOX peine depuis quelques années à retrouver des sitcoms de grande qualité - il faut remonter à 2006 et la fin de Malcolm et Arrested Development pour retrouver des séries vraiment marquantes. Car il suffit de jeter un coup d’œil à leurs comédies pour remarquer que si elles sont de qualité, aucune d'ente elle ne fait réellement l'unanimité : New Girl ou Raising Hope (qui vient d'ailleurs d'être annulée) sortent du lot, mais c'est à peu près tout. Alors quand, en décembre dernier, Brooklyn 99 est repartie avec plusieurs Golden Globes (dont Meilleure série comique et Meilleur acteur), c'était effectivement une très bonne surprise pour la chaîne.

Brooklyn 99 c'est le quotidien de flics de Brooklyn, emmenés notamment par Andy Samberg (tout juste parti du SNL) et Andre Braugher, plus habitué à des rôles dramatiques. Là où la série surprend c'est qu'elle ne dépeint pas des "mauvais flics" : les différents protagonistes de "Brooklyn 99" sont tous plus ou moins compétents, ils chassent les bad guys et réussissent presque tout le temps. Et c'est là l'atout principal de Brooklyn 99, car au lieu de se transformer en The Office version flics en abusant d'effets comiques déjà utilisés de nombreuses fois, la série se caractérise véritablement par son ambiance old school, presque 70s, qui sent souvent le bel hommage aux cop-shows de l'époque. Les codes sont réutilisés très souvent, et il est rapidement évident qu'il s'agit de la première source d'inspiration pour la série.
L'autre atout énorme de Brooklyn 99 c'est son casting : même si Brooklyn 99 n'est pas une série qui vous pliera en deux de rire, on a rarement vu un casting de série comique qui dégage une telle alchimie et une telle sympathie dès la première saison. Chaque personnage interagit à merveille avec les autres, chaque acteur se fait plaisir et a toujours droit à son moment de gloire. Andy Samberg, bizarrement en retenue par rapport à ses sketchs du SNL, est très bon, mais ce n'est pas chez lui qu'on trouvera la plus grosse révélation, mais chez Chelsea Peretti. Avant de trouver un rôle principal dans Brooklyn 99, Chelsea Peretti avait écrit quelques épisodes de Parks & Recreation et fait quelques guests discrètes dans différentes séries - dans tous les cas, elle est la révélation du show, dégageant un potentiel comique énorme, chacune de ses répliques est toujours un moment qu'on attend avec impatience. À noter aussi la performance de Terry Crews dans un rôle presque à contre-emploi où il n'arrête pas d'exceller.

Alors oui, Brooklyn 99 n'est pas une série qui vous fera vous tordre de rire - les gags ne sont jamais hilarants mais ce n'est finalement pas ce qui fait son intérêt : Brooklyn 99 c'est une série au capital sympathie énorme, on ne s'ennuie jamais, c'est toujours plein d'idées et on se rend rapidement compte que ce genre de série manque finalement au paysage télévisuel US. Sans être une claque absolue, c'est sans doute l'une des meilleures séries de cette saison, bien avare en terme de comédies de qualité.
★★★★★★☆☆☆☆

Saison 2

Après une première saison très sympathique, Brooklyn 99 revient donc sur FOX : même casting, mêmes scénaristes – on n’est pas dépaysé. Avec la fin de Parks & Recreation et en attendant Superstore, il faut dire que la série de Goor et Schur, tous deux des anciens de Dunder Mifflin et de Pawnee, est bel et bien bien la dernière sitcom entre collègues de la télévision américaine.

Cette saison 2 commence très fort, avec des épisodes se classant parmi les plus mémorables de la série, mais rapidement, malheureusement, l’ennui pointe son nez. Des passages faiblards ponctués de temps en temps par une scène très drôle, les personnages – à l’exception notable du Capitaine Holt – tournant rapidement en rond, s’enfermant dans une écriture répétitive qui peine à faire évoluer caractères et enjeux.
Brooklyn 99 est typiquement l’exemple d’une série pas très bien écrite mais qui brille de par l’alchimie régnant entre les différents membres de son casting. Les scénaristes n’ont aucun mal à les faire interagir entre eux, mais c’est là le plafond qualitatif de la série, qui ne parvient ni à transcender son humour, ni même à faire énormément rire – à peine une ou deux fois par épisode.
La conclusion de cette saison 2 qui voit le départ de l’un de ses personnages principaux – probablement le meilleur, qui plus est – est à la fois inquiétante (la solidité de la structure sera-t-elle menacée ?) et encourageante : Brooklyn 99 va devoir se réinventer et sera dès septembre, dans tous les cas, un minimum rafraichissante, coupant une routine mise en place depuis le pilote.

Un deuxième acte plutôt décevant : si ses glorieuses aînées nous avait habitué à une première saison un peu facile pour ensuite s’envoler dès l’année suivante, Brooklyn 99 continue méthodiquement son chemin, sans s’améliorer, et même sans vraiment régresser. C’est juste que le plaisir de la découverte s’est envolé, et il va désormais être nécessaire de trouver quelque chose à faire ou à écrire si elle veut conserver l’intérêt du spectateur à long terme.
★★★★★☆☆☆☆☆

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2061 fois
25 apprécient · 2 n'apprécient pas

Vivienn a ajouté cette série à 7 listes Brooklyn Nine-Nine

Autres actions de Vivienn Brooklyn Nine-Nine