Sous le charme

Avis sur Californication

Avatar Noru-Desque
Critique publiée par le

Excellente série en tout point.
Mais personnellement, si je suis attaché à Hank ce n'est pas pour ses frasques sexuelles. Hank, c'est un peu cet homme dont nous parle Freud, toujours hanté par des pulsions de destructions et des pulsions d'envie. Hank c'est aussi cette nouvelle figure de père célibataire, tout ces nouveaux divorcés qui ont renforcé les rangs des célibataires endurcis ces dernières années. Et sûrement les femmes ont-elles raison de souligner à mainte reprises qu'il n'est pas complètement homme. Car Hank Moody, au delà d'un charme ravageur auprès des femmes, reflète un homme un peu enfant, avec un potentiel énorme, un talent caché, une tendresse paternelle dissimulée et surtout un amour conjugal résistant. Ainsi on voit dans cette série un homme très ambigu, et le personnage est là très intéressant car il est loin d'être prévisible. Cet homme essaye par tout les moyens de tout maintenir en ordre, alors même que ses pulsions détruisent tout.

Au début de la série on remarque bien qu'il ne peut s'empêcher de déconner, puis on souris, et finalement on ris de voir que bien souvent les évènements arrivent sans prévenir, comme conséquences bien lointaines des actes de l'écrivain maudit, ce qui en lui retirerait presque toute culpabilité. D'ailleurs l'écrivain est lui-même particulier. Adepte de la page blanche, il a pourtant une écriture presque irrésistible, dure, qui parle à des lecteurs avides d'aventures sexuelles, d'introspections. Mais l'homme peine à créer ses merveilles.

Ainsi on en est à la saison 4 et il n'a toujours écrit que deux romans. Néanmoins, la série est aussi un peu une critique du système hollywoodien d'aujourd'hui qui se réapproprie de nombreux romans (droits d'auteur etc.) pour en faire des produits de vente virtuels et visuels. Hank est lui-même bien méprisant et éloigne de tout cet univers. Son œuvre aussi a un rôle particulier, il ne parvient pas à la contrôler, elle le dépasse, remettant ainsi en jeu la notion de la responsabilité de l'auteur dans le livre qu'il écrit. Fucking and Punching lui appartient vraiment il? Enfin que dire de ces prouesses sexuelles? Ce n'est pas ce qui fait la force du personnage pour moi, mais le sexe est moteur de l'action. On aborde de nombreux thèmes qui sont souvent sujets à tabou, ou encore des modes modernes (épilations masculines etc.). Cependant ce que j'apprécie particulièrement c'est comment la série en joue, c'est-à-dire que chaque scène de sexe a une utilité bien particulière, tantôt démontrer un trait du personnage, tantôt créer une situation avec un potentiel comique. En somme vraiment bonne série qui se lit à plusieurs niveaux, autant pour les jeunes Dom Juans en recherche d'identification que pour les chercheurs de sens et de thématiques dont Californication est riche.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 321 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Noru-Desque Californication