Et si on c'était arrété à la saison 1? (plus un point de vue qu'une critique, pour les fans et atten

Avis sur Californication

Avatar Jonas Rodriguez
Critique publiée par le

"Rooooh... Comme il abuse lui, la deux est bien aussi". Mouai,mouai... Reste que quand j'ai commencé californication par hasard en tombant sur une rediff tard le soir sur M6, j'ai accroché instantanément, c'était le mélange parfait d'humour bien senti et de tire larme rock'n roll ce qu'il faut. Les répliques étaient bien écrite, les situations à la foi comique et crédible, le personnage de Hank tout bonnement jouissif. Charlie, dans son rôle de faire valoir pathétique et touchant, n'était pas en reste. L'histoire en elle même était captivante et profonde (enfin aussi profonde que peut l'être une série j'entends) l'écrivain en panne d'inspiration cherchant désespérément à retrouver le controle de sa vie et l'amour de la femme qu'il aime mais constamment mis en échec par ses propres pulsions. Ca avait de la gueule, mine de rien, pour peut que l'image de l'écrivain maudit vous fasses rêver un minimum. Des moments de rire, des moments d'émotions, deux trois monologues de Hank par ci par la pour vous rappelez qu'il est écrivain, une embrouille littéraire à scandale et une fin heureuse et rock'n roll. Parfait, stop, rideau. Mais non, il fallait en faire plus... Et c'est là que les choses se sont gâté, lentement mais surement. Oui la saison 2 n'est pas abominable et reste dans le coeur de beaucoup de fan comme la seule aussi bonne que la première, mais pour moi elle est le début de la fin d'un des éléments qui avait fait le charme de la première : l'histoire. Ou plutôt un de ses aspects primordial: la relation avec Karen. C'est en effet le point de départ du jeux du "je t'aime moi non plus" qui sera ensuite sans fin tout au long de la série. "Mais c'est ça, la série" me direz vous. Oui, voila pourquoi il ne fallait pas continuer. La conclusion de la saison1 était parfaite, dans le ton et satisfaisante.Car autour de cet aspect qui se détériorera, tout se cassera la gueule petit à petit. La saison 3 déjà essaye de resté crédible mais sent déjà le tournage en rond et l'ennuie. Vous m'enverrez alors en pleine gueule toute l'embrouille avec Mia et l'arrestation de Hank pour justifier ces deux saisons et la quatrième, et je vous répondrez que pour moi ça n'a jamais était capitale étant donné que Hank lui même s'en fou pas mal, la aussi la fin de la première saison aurait suffi, en suivant la logique de notre héro le fait qu'il ait retrouvé sa famille vaut tout les best seller du monde. Mais revenons à l'histoire... Le centre de celle ci est censé être la quéte de Hank pour l'amour de sa belle et la réunification de sa famille, partons du fait que depuis la saison 2 cela ne nous passionnes plus vraiment, que dire une fois passé à la saison 5... Et 6... C'est la que la série opte clairement pour un changement de registre, l'humour gras et abusé (qui en fera rire certains, moi même pour les meilleurs moment) et où l'histoire ne sert au fond que de prétexte à faire continuer tout ce beau monde à baiser, merder en beauté et souvent les deux à la fois. Ce n'est pas nul, c'est même agréable à regarder, mais ce n'est pas ce que j'avais aimé dans les premiers temps de mon histoire avec californication. Le côté touchant, crédible et intéressant au delà du sexe et du délire à clairement disparue. La saison 6 par contre est réellement difficilement défendable, les nouveaux personnages sont absurde et horripilant (la groupie/ femme fatale/ accoucheuse de talent est un cliché juste énervant et factice, faut dire qu'à force de nous sortir des justement "femme fatale" à chaque saison on commence à se lasser) l'humour n'a jamais était aussi gras et sans subtilité, les personnages déjà connu deviennent eux aussi absurde ( karen qui couche avec Eddie on y croit bof, l'histoire perd la encore un peu plus en crédibilité) et l'ambiance rock n roll est dépeinte si vulgairement et avec tant de cliché qu'elle en devient infecte, sans oublié Becka qui veut se mettre à écrire, plus prévisible tu meurs. Je regarde en ce moment la saison 7, qui est censé être la (vrais) dernière (il était temps), même si je me surprends à passer en avance rapide toute les sessions émotions entre karen et Hank qui tourne à l'absurde. L'existence de Levon elle même est absurde (mais il est marrant donc ça va), la fassons de Hank de réagir aussi mais passons, aprés la saison 6 tout bonnement indigeste d'excès, l'ambiance plus posé de celle ci reste plus agréable et les répliques de Hank sont redevenu fendardes. L'idée qu'ils sont en train de nous faire miroité comme quoi Hank finirait la série en l'écrivant elle même est excellente pour conclure (comme quoi je suis pas chien, quand c'est bien trouvé je l'admet). Bizzarement je dirais que si la saison 7 est la plus absurde concernant l'histoire globale, c'est la plus agréable à voir depuis 3 ans, le personnage de Levon y est pour beaucoup, Heather Graham ( La milf suprême selon moi) aussi, son personnage de mère célibataire trés jovial et terre à terre étant rafraichissant après toute ses groupies, chanteuse à problème, actrice nymphomane et autre porno girl de la valley...
Pour conclure, je ne renie pas complétement l'intégralité de la série, je regrette seulement son changement de cap qui pour moi n'est qu'une baisse de qualité et soutiens l'hypothèse que la saison 1 forme à elle seule une histoire qui peut être indépendante et bien plus consistante. Quiconque se verra offert un coffret de cette première saison et oubliera de voir la suite gardera un bien meilleur souvenir de Hank Moody que moi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 628 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jonas Rodriguez Californication