La machine russe à couper les pommes en 3

Avis sur Chernobyl

Avatar Thekla
Critique publiée par le

J’avais 20 ans en avril 1986. Mon ami de l’époque effectuait son service militaire.
Je déjeunais chez ses parents quand nous l’avons vu débarquer avec un de ses camarades, en uniforme – n’osant pas téléphoner, ils avaient limite déserté la base avec une jeep pour nous prévenir qu’il se passait quelque chose : des gradés avaient enfilé des combinaisons de protection et s’étaient enfermés je ne sais plus où (pas dans un bunker mais une sorte de cabane). Un beau coup de parano inversement proportionnel à la fameuse histoire du nuage arrêté à la frontière.
Et bientôt, il ne fallait plus manger de champignons (en Corse ?) ni boire de lait (dans les Alpes ?), et oui non les problèmes de thyroïde qui ont suivi, et oui non toutes les rumeurs, informations et désinformations indémêlables pour qui n’est pas spécialiste en nucléaire… et même.
Que savait-on vraiment sur ce sinistre mais bien réel exemple de l’incompétence et du déni des apprentis sorciers et des politiciens ?
Et que sait-on de plus aujourd’hui ?
Quand on cherche à se documenter sur le net, ce ne sont encore que chiffres contradictoires, mensonges et démentis à ne pas savoir à qui se fier, scientifiques ou journalistes. Aucune théorie de quelque complot que ce soit, personne ne niant les faits mais se disputant plutôt sur les causes et le montant des effets (par exemple le sort des trois plongeurs). Quant aux responsabilités, c’est un tabou de toute éternité que de les assumer ouvertement, et prendre de la graine d’une telle catastrophe, un rêve amer.
Mais un mort est toujours un mort de trop, que ce soit un pompier, un mineur, un chevreuil, un chien, ou un bébé qui ne naîtra pas.

En mai 1990 j’achetais le n°1 de « L’Autre Journal », une sorte de XXI qui publiait des articles de fond sur des sujets politiquement incorrects (expression alors inusitée). J’y ai lu le témoignage de Lioubov Kovalevskaia : https://www.dissident-media.org/infonucleaire/lioubov_kovalevskaia.html
Ensuite, j’ai lu tout Svetlana Alexievitch – et pressenti son prix Nobel de littérature. En 2016, sa « Supplication » a été adaptée au cinéma. J’ai également vu « La terre outragée » et même le film d’horreur « Chroniques de Tchernobyl ».
Il semblerait qu’il n’existe pas beaucoup d’autres fictions ou documentaires…
Et donc, en 2019, la mini-série « Chernobyl » secoue tout le monde, et je ne m’étonne qu'à moitié. Habitués que nous sommes devenus aux super héros (différents du héros soviétique ordinaire sacrifié de gré ou de force), aux zombies (avec leurs corps d’irradiés) et aux survivals apocalyptiques, nous rassurant de "oui mais aujourd’hui ici…", que pensions-nous avoir appris, que croyons-nous savoir de plus ?
Cet événement n’a-t-il pas suffi à faire travailler notre imagination, qu’il nous faille les images d’une reconstitution (laissant d’ailleurs supposer un maximum de victimes), une mise en situation, une ambiance anxiogène proche de ‘Occupied’ (seule comparaison qui m’est venue) ? Est-ce une découverte pour tant de spectateurs, ou une nécessaire piqûre de rappel au goût d’absinthe ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1340 fois
58 apprécient · 2 n'apprécient pas

Thekla a ajouté cette série à 1 liste Chernobyl

Autres actions de Thekla Chernobyl