Pétard mouillé (critique avec spoils)

Avis sur Clannad

Avatar Pierre Jenczewski
Critique publiée par le

Clannad... Ce n'est pas un animé que je n'oublierais de sitôt... Mais essentiellement pas pour les raisons que j'aurais espéré. J'avais pu lire que cet animé puisait sa force dans sa seconde partie et je m'étais donc mis à le regarder en esquivant les spoils afin de pouvoir profiter pleinement de cette tant adulée seconde partie.
Ma critique se fera donc sur la série dans sa globalité (les deux saisons), et pas uniquement la première. Il me serait difficile d'en parler sans spoiler donc pour ceux qui compteraient visionner l'animé prochainnement je vous conseille de quitter cette page rapidement.

Bref, reprenons. Clannad commence par la rencontre entre Okazaki (le soit disant "délinquant" qui se retrouve avec un coeur pourtant sûrement plus innocent qu'un moine), et Nagisa (la fille ultra timide) qui vont finir par petit à petit, lentement mais lentement mais lentement mais surement : tomber amoureux l'un de l'autre (thanks captain obvious).

Bref, un départ de Shojo à l'envers. Et l'on va suivre tout ce petit monde dans leurs aventures de lycéens. Et que l'on soit clair dans cette première saison qu'est-ce qu'il se passe ? Bah rien. Les arcs inintéressant se succèdent et se ressemblent (normalement ici on rajoute un "pas" mais en fait non), c'est niais, c'est lent, l'évolution de la relation entre les deux protagonistes est hyper lente et on s'ennuie à en mourir.
Il reste bien quelques passages comique pour relever un peu le niveau avec des persos un peu badass, mais rien de bien marquant et cela ne suffit pas à sauver la lenteur de cette première saison.

Vient ensuite la deuxième. Moi qui pensait rentrer enfin dans le vif du sujet je comprends alors que je me suis fais arnaquer et on continue dans le même rythme tranche de vie / niais pendant au moins 8 bons épisodes.
Et là ça commence (ENFIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN) à devenir intéressant. Okazaki quitte le lycée et débute sa vie d'adulte réalisant à quel point les épreuves qu'il a à surmonter à présent sont bien autres que celles insouciantes auxquelles il était confronté au lycée. L'amour entre les deux protagonistes se concrétise et l'histoire se recentre sur eux : Nagisa gagne enfin en profondeur et en intérêt. Celle qui était inutile dans toute la première saison et ne faisait que se reposer sur son bien aimé lui vient enfin en aide dans les moments difficiles. Ils emménagent ensemble, se marient et Nagisa finit par tomber enceinte. Cela reste niais mais au moins on s'attache aux personnages : c'est déjà ça.

Et là intervient la mort atroce de Nagisa durant son accouchement. Nous nous retrouvons 5 ans plus tard à suivre un homme alors complètement perdu et effondré qui néglige son propre enfant. Difficile de retenir ses émotions face aux scênes cruellement tristes qui se succèdent et dont les OST (très réussies dans l'ensemble) amplifient le tout (dango ♪♫).
Heureusement, Okazaki va recevoir de l'aide et va apprendre à surmonter son deuil, apprendre à élever sa fille malgré sa douleur, apprendre à surmonter les obstacles que la vie a dressé sur son chemin. Et par le même biais comprendre les agissements passés de son père qui lui aussi a eu la vie dure et dont finalement Okazaki tend à prendre le même chemin. Il comprend enfin, et il pardonne. Et il se relève. A ce moment là Clannad nous donne une très belle leçon de vie et pendant un moment j'ai eu l'impression de ne pas avoir gâché mon temps sur la première saison pour pouvoir admirer une seconde très forte émotionnellement et psychologiquement.

Mais mon impression fut de courte durée. Parce que les auteurs, dans un élan de sadisme décident de faire mourrir la fille du protagoniste de manière encore plus cruelle que sa mère, cassant alors tout l'espoir qu'Okazaki avait pu ramasser jusqu'à présent.
...
...
...

Pourquoi ? Pourquoi était-ce nécesaire de faire mourir la fille si ce n'est pour faire couler des larmes inutilement ? Quel intérêt si ce n'est du pur sadisme ? La mort d'Ushio n'apporte rien à l'histoire ! Et là n'est pas le ponpon. Le ponpon est quand, alors que l'animé vient de passer une douzaine d'épisodes à nous montrer la difficulté de la vie d'adulte comparé à celle de lycéen et nous donne l'espoir que même dans les cas les plus dur on peut toujours continuer à avancer en prenant sur soi, en se battant et en se faisant aider par ses amis et bien... Non. En fait fallait juste faire un souhait pour remonter dans le temps et tout reprendre à zéro et paf : Ca se réalise.
...
...
...

MAIS BORDEL COMMENT L'ANIME PEUT GARDER UNE ONCE DE CREDIBILITE APRES CA ?

Bref, l'animé finit par se contredire avec une conclusion des plus tirés par les cheveux et irréaliste qui dessert complètement l'oeuvre. L'idée était pourtant bonne : Montrer l'évolution de personnages qui vivaient une vie inscouciante et niaise au lycée finir par être confrontés aux difficultés de la vie d'adulte et aux aléas de la vie. Mais la conclusion gâche tout.

Au final, tout ce qu'il reste de l'animé, c'est environ 35 épisodes chiants à en mourrir et une douzaine de très bons épisodes complètement gâchés par les tout derniers. Je met quand même la moyenne à cet animé parce qu'il aura quand même réussi à me marquer malgré tout et à aborder des sujets intéressant à un moment. Mais à moins d'avoir soi même perdu un proche où d'être en grande difficulté IRL, je ne vois pas de réel intérêt à regarder cet animé à part pour se rendre dépressif à coup sûr.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2040 fois
10 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Pierre Jenczewski Clannad