condensé de politiquement correct

Avis sur Collateral

Avatar wasabi
Critique publiée par le

Une histoire classique d'enquête policière faite en 4 jours suite à un meurtre où on multiplie les pistes et où les personnages s'entrecroisent un peu à l'image du film "collision". C'est bien cadré, bien lisible, le rythme est lent mais suffisamment rapide pour susciter l'intérêt en continu.

Cependant il y a un énorme problème, c'est le paroxysme des thèses à la mode hollywoodienne actuelles, on est dans de la propagande en permanence. Alors certes le traitement est fait avec un point de vue plus ambivalent que les classiques versions gauchisantes mais ça gonfle tant tout repose sur ça et tant les autres possibilités sont marginalisées. Donc du féminisme à outrance, de la minorité, les migrants sont nos amis, de la propagande LGBT...Alors en vrac : les policiers qui mènent l'enquête sont un noir et une femme, le tueur est une femme militaire qui souffre de PTSD, les hommes blancs sont forcément des gros porcs soit un politicard roublard qui retourne sa veste en permanence et est infidèle au possible, soit un gars qui fait de la traite de migrant, soit une barbouze raciste du MI5, soit un vieil évêque homo avec son minet qui condamne l'affichage de l'homosexualité, soit des racailles dealeuses white trash, soit un militaire weinsteinesque. Le clergé est homosexuel, les hommes sont gay, les femmes lesbiennes, mais les sales croyants ils peuvent pas comprendre ils sont trop cons, donc on le leur cache. Les clandestins / migrants sont des pauvres choses exploitées par les passeurs puis par les employeurs locaux. Les décideurs politiques sont des femmes. Le système est vilain avec les femmes arabes / noires / asiatiques. La femme blanche qui fait n'importe quoi et finit dans une benne l'a forcément fait pour les bonnes raisons pour aider sa mère malade car c'est une femme au grand cœur qui a besoin de voir des religieux pour expier sa culpabilité. A un moment on voit une pizzeria, forcément les salariés de base sont des mecs et le manager une femme. Les passeurs et les commanditaires d'assassinat sont forcément blancs, vu que le caucasien mâle hétéro à la culture chrétienne c'est le nouveau nazi.

Le combo total quoi. Jusqu'auboutiste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3145 fois
15 apprécient · 16 n'apprécient pas

Autres actions de wasabi Collateral