Parle plus bas (car on pourrait bien nous entendre)

Avis sur Corleone

Avatar egovox
Critique publiée par le

Un titre peut parfois se révéler bien trompeur. Dans le cas qui nous occupe, on aurait pu croire à un spin-off du Parrain. Il n'en est rien, même s'il est question de mafia et que le héros du livre de Mario Puzo (qui inspira le film de Coppola) est originaire du village dans lequel débute la mini-série. Ce point étant éclairci, on ne saurait qu'inciter un public assoiffé d'images tape-à-l’œil à se pencher sur le cas de cette production italienne au cachet authentique.

Avec son esthétique sobre et ses allures de téléfilm de luxe, Corleone vient nous rappeler qu'il est possible de produire un contenu fictionnel de qualité à la fois en Europe et à la télévision, double gageure. S'appuyant sur une trame avérée, le récit prend quelques libertés pour mieux impliquer le spectateur et l'accrocher tout au long d'une histoire dense en évènements et en personnages.

Sans effets de manches ou autres tics de narration, on revient ainsi sur une période hautement troublée qui débute après-guerre et s'achève au milieu des années 1990. Au-delà des faits, c'est le portait d'un peuple déchiré qui se dessine. La pauvreté, l'injustice, les choix cornéliens entre le crime et la droiture, l'entêtement de certains, les trahisons des autres, les drames des individus, le silence puis la colère des foules... Une vraie belle photographie, garantie sans clichés.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 759 fois
1 apprécie

Autres actions de egovox Corleone