"I'm not going there to die, I'm going there to find out if I'm really alive."

Avis sur Cowboy Bebop

Avatar Flocox
Critique publiée par le

Quand je dis Science-Fiction, vous pensez à quoi ?
Probablement à un monde futuriste, rempli de technologies improbables. Des hologrammes, des voitures volantes, la téléportation...
Mais est-ce que vous pensez à un monde rempli de mercenaires, accoudés au comptoir d'un bar, un verre de whisky dans une main, une cigarette dans l'autre, tout en écoutant du Jazz ?
Est-ce que vous pensez à des personnages en tenue d'époque jouer dans un casino d'une station spatiale ?

C'est totalement improbable et c'est pourtant ce que fait Cowboy Bebop !
Et qu'est-ce que ça fait du bien, qu'est-ce que c'est rafraîchissant et original !
Série culte des années des 90, (et l'une des mieux notées de tous les temps si je ne m'abuse), Cowboy Bebop nous plonge dans son univers aux allures de film noir où on y suit les péripéties du chasseur de primes Spike Spiegel, traquant pour gagner sa vie tout en étant lui-même recherché.
Et de bien d'autres personnages, Faye Valentine l'escroc, Jet Black l'homme aux nombreux talents, Edward Wong Hau Pepelu Tivrusky IV (Oui, oui, c'est bien son nom), hackeuse professionnelle à 13 ans et surtout Ein. Le corgi.
Chacun porte en eux le poids du passé, un passé qu'ils tentent de semer avant qu'il ne les rattrape.

Donc oui, les personnages principaux, plutôt clichés au début vont rapidement subir un énorme développement au fur et à mesure des 26 épisodes.
Ils sont tous attachants, émouvants et totalement barrés mais c'est ce qui fait leur charme, ainsi que celui de l'oeuvre.

Et l'univers... quel univers !
Comme dit plus haut c'est extrêmement original et rafraichissant mais surtout magnifique et cohérent.
Parce qu'il a été déjà prouvé à de trop nombreuses reprises que les univers inventés de toute pièce souffrent de ce défaut, de ces petits éléments qui ne le rendent pas crédibles et qui nous font sortir de l'immersion. Cowboy Bebop n'en a pas, ou du moins je n'en ai remarqué aucun, tout semble parfaitement collé et lié (d'autant plus étonnant puisque la science-fiction n'a pas l'excuse "C'est magique" comme le médiéval fantastique).
Et puis il est beau, vraiment beau.
Un village mexicain, Une ville-fantôme sous la neige, une cité sur l'eau ou même des ruines habitées (et tout en gardant cette esthétique 50's s'il-vous-plaît !), Cowboy Bebop réussit le tour de force de créer un univers comme aucun autre.

Le scénario est vraiment... particulier ?
Sa structure l'est tout du moins, beaucoup d'épisodes ne se suivent pas et ne sont qu'une chasse à la prime. Ces épisodes sont vraiment en dent de scie (dommage puisqu'ils représentent la moitié de la série) et alternent entre l'excellence (Pierrot Le Fou) et le passable (Bohemian Rhapsody). A vrai dire, leur qualité dépend principalement du traqué. Parfois il est intéressant et bien écrit, c'est un personnage à part entière (L'épisode "Sympathy For The Devil" en est un bon exemple) mais d'autres fois... il n'est juste qu'un traqué, sans aucune personnalité.
Et c'est dommage que tant d'épisodes suivent cette structure narrative, parce qu'elle allait rapidement s'épuiser, on ne peut pas faire 15 personnages attachants et originaux qui servent tous le même rôle.
En revanche, une autre grosse portion d'épisodes suivent la trame principale et croyez-moi, c'est un tout autre niveau.
Pas d'écriture en dent de scie, tous sont des chefs d'oeuvre (les meilleurs sont mêmes divisés en deux parties). Ballad Of The Fallen Angel, Jupiter Jazz et The Real Folk Blues (pour ne citer qu'eux) sont vraiment puissants, et méritent à eux seuls le visionnage entier de la série.
Si la majorité des épisodes qui ne se suivent pas arborent le genre "Action-Comédie" (certains tentent une approche thriller psychologique, c'est surprenant mais étonnamment réussi), alors les principaux sont de vrais drames.
Mais que serait de bons héros sans un bon méchant ?
Vous aimez Final Fantasy VII ? Ca tombe bien ! Sephiroth est de retour !
Plus sérieusement (même si il ressemble trait pour trait à Sephiroth), l'antagoniste n'est là que pour servir son objectif : être méchant. (Je veux dire, il s'appelle Vicious. Il n'y a rien de subtil).
Presque aucune justification logique de ses actions, il est juste méchant.
Et même si il n'est pas si important que ça (oui, l'antagoniste principal ne joue qu'un rôle mineur au final) il est dommage d'avoir un ensemble de personnage en nuances de gris, qui même s'ils servent la bonne cause ont du sang sur les mains, et un méchant juste tout noir pour satisfaire les gens souhaitant un personnage "trop sombre et torturé".
Et je le redis, ce n'est au fond pas si important que ça, juste un regret.

La mise en scène est souvent bonne, parfois superbe.
Les affrontements entre Spike et certains personnages au corps-à-corps sont superbement chorégraphiés, c'est toujours lisible et toujours agréable à regarder tant ils sont fluides.
On notera également beaucoup de jeux de lumière et d'ombres du plus bel effet.

Maintenant, les musiques...
Est-ce que ce ne serait pas l'une (si ce n'est LA) meilleure bande-son jamais créée ?
Du Jazz, Du Blues et même un peu de rock.
La bande-son à elle seule peut vous convaincre de regarder la série (c'était l'un des facteurs déterminants pour moi).
Je ne m'y connais cependant pas assez en musique pour me permettre une analyse plus poussée mais je vous invite à écouter ces morceaux (ou plus) pour vous faire un avis :

https://www.youtube.com/watch?v=UFFa0QoHWvE (Tank!)
https://www.youtube.com/watch?v=satDkS4qB34 (Words That We Couldn't Say)
https://www.youtube.com/watch?v=d_3fBxVewj8 (Gotta Knock A Little Harder)

Que retenir de Cowboy Bebop ?
On peut lui reprocher son antagoniste, on peut lui reprocher sa structure plutôt confuse... mais c'est tout.
En dehors de ça, la série est presque parfaite du début à la fin, sa façon de traiter la science-fiction comme un film noir est incroyablement original.
Son univers est bien construit et entièrement cohérent (probablement mon préféré toutes oeuvres confondues), ses personnages sont vraiment attachants et bien écrits et ses musiques relèvent du chef-d'oeuvre.
Son titre de série culte est entièrement justifié et c'est également l'une des rares séries à s'être arrêtée au bon moment. Une saison, 26 épisodes (et un film). Le réalisateur n'a pas tenté d'en faire plus par avidité mais s'est lancé dans d'autres projets grâce à sa visibilité.
Franchement, chapeau.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 121 fois
1 apprécie

Flocox a ajouté cet anime à 4 listes Cowboy Bebop

Autres actions de Flocox Cowboy Bebop