👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Désenchanté ? Non, pas spécialement... !

Une série Netflix par Matt Groening, cela ne se refuse pas. Même si les différentes opinions des premiers spectateurs ont été loin d'être très positives.

Bon alors, est-ce une série qui mérite d'être critiquée d'une manière négative ou l'ensemble est digne de l'humour (du moins de celui des premières saisons !) des Simpson (je ne parlerai pas du tout de Futurama, pour la simple raison que je ne connais pas très bien l'univers de cette série, désolé !) ?

Ben, ni l'un, ni l'autre...

Je comprends les jugements négatifs que Désenchantée a pu avoir. Il faut bien attendre le sixième épisode pour voir l'ensemble démarrer, les rebondissements sont, pour la grande majorité assez prévisibles (en toute franchise, on devine dès la première seconde qui a tenté d'empoisonner le roi !), la protagoniste semble juste se résumer à être une princesse rebelle et ivrogne, et on ne rigole jamais à gorge déployée.

L'aspect, qui a gêné plusieurs personnes, à savoir qu'il n'y a pas vraiment de critique sociale, si ce n'est un ou deux éclairs de féminisme, contrairement aux Simpson (du moins des premières saisons !), ne m'a pas embêté plus cela je l'avoue. J'ai accepté de prendre l'ensemble comme un divertissement sans prise de tête.

Ce qui fait que j'ai assez apprécié l'ensemble dans sa globalité. Si certes, on fait du surplace du point de vue scénario lors des premiers épisodes, le rythme, qui ne comprend pas le moindre temps mort, permet de ne pas s'ennuyer une seconde. Et on a aussi deux personnages secondaires pleinement réussis et qui sont très drôles, donc valant largement le détour : Zog, le père de l'héroïne et le monarque pleinement incompétent de son royaume, et surtout Luci, petit démon, dont le goût pour les répliques cyniques et un stoïcisme à toute épreuve font souvent sourire.

Bon d'accord, tout cela peut paraître beaucoup trop peu venant de la part d'un artiste comme Matt Groening, mais si on fait abstraction de cela, on peut réussir à passer un très bon moment devant les épisodes de cette série. Donc désenchanté ? Non, pas spécialement...

Plume231
7
Écrit par

il y a 4 ans

45 j'aime

7 commentaires

Désenchantée
Sytarie
5

Au final pas très enchanteresse...

[Critique sans spoilers] Comme beaucoup de personnes, j'attendais la nouvelle série de M. Groening avec énormément d'impatience. Étant une fan inconditionnelle des Simpson et surtout de Futurama,...

Lire la critique

il y a 4 ans

54 j'aime

12

Désenchantée
Plume231
7

Désenchanté ? Non, pas spécialement... !

Une série Netflix par Matt Groening, cela ne se refuse pas. Même si les différentes opinions des premiers spectateurs ont été loin d'être très positives. Bon alors, est-ce une série qui mérite...

Lire la critique

il y a 4 ans

45 j'aime

7

Désenchantée
CineSerie
4

Le papa des Simpsons s’essaye à l’heroic fantasy

Ce n’est pas sur le plan de l’humour que la série va remporter l’adhésion. La majorité des ressorts comiques tourne autour de situations absurdes ou de petites blagues transgressives. Mais tout cela...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

68

The Batman
Plume231
4
The Batman

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.] Le meilleur moyen de faire du neuf,...

Lire la critique

il y a 3 mois

110 j'aime

29

Promising Young Woman
Plume231
7

The Nice Guys!

L'ère #MeToo est passé par là et on ne peut pas parler de ce film sans l'évoquer. C'est impossible, car ce mouvement imprègne l'ensemble jusqu'au plus profond, jusqu'au titre même. Ce dernier est un...

Lire la critique

il y a 1 an

109 j'aime

10

Adieu les cons
Plume231
7

Les Temps modernes !

Le nihilisme décomplexé des premiers films de Dupontel a totalement laissé la place à l'humanisme généreux, mais pour voir une œuvre aussi sombre et aussi désespérée (on a envie de dire réaliste dans...

Lire la critique

il y a plus d’un an

100 j'aime

7