♪ La la la! ♫

Avis sur Esprits Criminels

Avatar RaoulDeCambrai
Critique publiée par le

Esprits Criminels possède les caractéristiques principales des séries policières américaines lambda (montage rapide et efficace, ordinateurs qui font le boulot pour vous en faisant des bip-bip improbables, etc), avec un ton un poil plus sombre qu'à l'ordinaire : on remplace les chansons pop de fin d'épisode par des citations plus ou moins bancales et on surfe sur le succès des thrillers à base de psychopathes. Les personnages assez caricaturaux sont parfois de vraies têtes à claques - encore plus en VF - mais peuvent étonnamment se révéler pour certains si typés qu'ils en deviennent sympathiques. Quoique cela dépendra finalement surtout de vous.

Je pense au Dr Reid là, l'intello socialement un peu à côté de ses pompes (quand je vous parlais de caricature). D'une façon générale, je l'aime assez, mais parfois les répliques que lui donnent les scénaristes pour montrer sa supériorité intellectuelle sont affligeantes. Ex : l'équipe entre dans une pièce où flotte une ignoble odeur de moisie. Réplique : "Respirez normalement par le nez, c'est le sens le moins développé chez l'être humain". OK mais c'est aussi celui qui transmet les odeurs, donc si t'es pas con tu respires par la bouche, andouille. Je passe sur l'experte en informatique forcément geek et excentrique ainsi que sur le beau gosse noir over cool qui a failli me rendre raciste (quoique depuis que je suis passé en VO il passe plutôt bien).

Bref, ce n'est pas très reluisant. Et pourtant je lui accorde volontiers un indulgent 6. Parce qu'au-delà des épisodes vus et revus, on a droit parfois - généralement en deuxième partie de soirée - à un épisode un peu moins consensuel et généralement encore plus morbide. Certains des réalisateurs sortent la tête de l'eau, notamment Matthew Gray Gubler* (qui joue par ailleurs le fameux Dr Reid), que je remercie de tout cœur pour cet épisode de la saison huit : la scène se passait dans un petit théâtre, sur l'estrade duquel une marionnette humaine (droguée, membres cassés reliés à des fils) effectuait en contre-jour une chorégraphie sur une reprise de Where is my mind (banal me direz-vous) au xylophone, ou un autre instrument rigolo (ce qui était super cool).

*dont le site est trop cool : http://www.matthewgraygubler.com/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 938 fois
3 apprécient

RaoulDeCambrai a ajouté cette série à 1 liste Esprits Criminels

  • Séries
    Cover Collection de séries

    Collection de séries

    Liste de toutes les séries passées devant mes yeux ayant pour but de renseigner quiconque s'intéressant à mes goûts sans qu'il...

Autres actions de RaoulDeCambrai Esprits Criminels