Une petite douceur nostalgique

Avis sur Fate/Stay Night

Avatar Thalacanthe
Critique publiée par le

Fate/Stay Night est un anime tiré d'une visual novel du même nom comportant certains passages érotiques. Et, par un heureux hasard (j'ai récupéré ce jeu sans connaitre les détails "explicites"), j'avais eu du temps à tuer et je trouvais l'histoire intéressante, malgré ma stupéfaction devant la première scène adressée aux adultes. J'ai donc écumé le jeu et fini par découvrir cette série télévisée en tant que public conquis et connaisseur (des trames des scénarios en tout cas).

Premièrement, la musique est magnifique, la plupart sont tirées du jeu originel et je vous conseille d'écouter celle-ci : kishi ou no hokori, pour ne pas dire toutes. Même celles qui, me semble-t-il, ont été ajoutées (je pense au deuxième opening) s'incorporent bien à l'intrigue. La gamme s'étend de la mélancolie à l'épique en passant par le suspens et l'émerveillement.

Ensuite, je mettrais un point noir sur le héros, Emiya Shiro, pour son côté paternaliste, niais et peu enclin à supporter la contradiction de ses désirs (sa psychologie date de 2004, ne l'oublions pas). Néanmoins, le sujet du stress post-traumatique et la culpabilité du survivant en font un protagoniste intéressant. Taiga est également insupportable par moment à titre personnel (faim omniprésente et exagération systématique des émotions).

Les autres personnages sont plutôt attachants, notamment Saber (candide dans le monde moderne et dévouée à ses devoirs). Tohsaka n'est pas très développée (dans cet arc-ci) mais son caractère reste limpide (distante, condescendante mais généreuse) ; Ilya fait honneur à la lignée des petites filles horrifiques malgré sa rapide métamorphose ; Archer reste en retrait mais quelques éléments permettent de découvrir sa véritable nature. Un petit coup de cœur pour Kuzuki, la conception de ce genre nihiliste au possible me paraissant rare et fascinant comparé aux caractères classiques.

Autre faiblesse, la scène de la maison abandonnée a bien entendu été largement omise par rapport à l'original, mais pourquoi diable incorporer un dragon digne d'un vieil épisode des power rangers ? La symbolique fonctionne efficacement cependant la mise en forme est catastrophique... La fin d'anime avec Sakura est aussi dérangeante, dans le sens où elle empiète sur une autre version de l'histoire et n'apporte rien d'autre que du fan service (la novel ne mentionne pas sa présence).

Pour le reste, malgré quelques différences scénaristiques, l'anime respecte bien le matériau initial. Le dessin n'est certes parfois pas très agréable à regarder lorsque les personnages sont éloignés toutefois, le jeu des couleurs et les différents efforts sur la lumière et le contraste subliment les postures de combat. Les interrogations existentielles parsèment l'anime, chaque personnage ayant une idée différente de la justice et du devoir.

Reste les moments de niaiserie romantique, et ici, c'est une affaire de goût. J'en suis personnellement plutôt friand bien que je comprenne que le côté fleur bleue puisse lourdement agacer. Les dilemmes qui s'ensuivent n'ont alors pas la même saveur selon le point de vue. De même, si la notion de justice n'a pas une valeur particulière pour vous, les tiraillements du héros peuvent devenir rapidement lassants.

Pour conclure, cette œuvre reste plaisante à regarder, en terme d'émotion, d'action, de suspens et de questionnement. Elle évite l'écueil de l'imitation à outrance, du fan service continuel et de la création d'une intrigue totalement contraire à l'élément initial. Les personnages ayant déjà été bien définis, leurs personnalités et leurs évolutions se dévoilent lentement tout au long des épisodes. Un bon moment en perspective, mais n'en attendez pas non plus une claque mémorable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 278 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Thalacanthe Fate/Stay Night