Soufflé (parce que génial mais un peu soufflé au fromage en parallèle aussi)

Avis sur Fate/stay night: Unlimited Blade Works

Avatar Masuku Eijuu
Critique publiée par le

Critique de la saison 1:

Ufotable. TYPE-MOON. C'est un peu ce qu'on peut appeler un combo gagnant. Ayant déjà collaboré sur Kara no Kyoukai et Fate/Zero, cette association a prouvé qu'ils étaient capables de porter des seinens avec un style graphique juste superbe pour des oeuvres qui m'auront définitivement marqué. L'équation revient sur la table une troisième fois pour le remake de Fate/Stay Night. Alors que les hordes de fans (dont je fais partie) priait pour enfin voir arriver la route Heaven's Feel (Fate/Zero ayant posé les bases de cette route, celle-ci étant proche du seinen et la seule jamais animée), Nasu a fait le gros troll et a dégainé la carte du remake de la route Unlimited Blade Works. Déclenchant un certain paquet de réactions assez variables. Mais l'annonce d'un film Heaven's Feel a calmé un peu les ardeurs. Mais revenons en à UBW. Pour l'heure, on ne parlera que de la partie 1.

Fate/Stay Night est un VN possédant trois scénarios différents mettant en avant trois aspects différents de son univers. Le premier est une romance, le second un shonen bien épique et le troisième un seinen. Découvrant l'anime de 2004 un peu par hasard via des pubs en fin de manga, j'avais assez bien apprécié l'anime malgré son esthétique vieillotte. Puis je suis tombé sur le film d'UBW. Sympa moui... Et Fate/Zero qui m'a fait conchié tout ce que je venais de voir. Et j'ai trouvé ensuite le visual novel que j'ai lu en trois quatre mois de pur bonheur (ce qui m'a encore plus fait conchié le travail du studio DEEN).

Et ça parle de quoi? Tous les dix ans dans la ville de Fuyuki a lieu la guerre du Saint Graal, un rituel magique permettant de faire apparaître le Saint Graal, un artefact magique qui accomplira un unique voeu. Sept mages, les Master, se battent donc pour le Graal en invoquant un des septs Servants: Saber, Archer, Lancer, Caster, Rider, Berserker, Assassin. Ces septs Servants sont les réincarnations dé "héros" ayant marqué l'histoire de l'humanité comme le roi Arthur, Jack l'éventreur ou Alexandre le Grand. Shiro, jeune homme ayant été marqué part une terrible tragédie dix ans plus tôt (coïncidence? JE NE PENSE PAS) et élevé par un mage, assiste un soir à un combat entre deux Servants où il manque de se faire tuer. Et alors qu'un des Servants le retrouve pour éliminer l'encombrant témoin, il invoque un peu par hasard Saber, le septième Servant. Analysons donc!

L'adaptation est excellente pour l'instant. Elle suit parfaitement bien le VN avec quelques ajouts agréables (le combat Rin contre Illya dans la forêt par ex) mais on ne pouvait pas en attendre moins d'ufotable qui apprécie énormément le travail de TYPE-MOON aux dernières nouvelles. Cela pose cependant des problèmes. Fan de seinen, les scènes scolaires m'ennuient. Peut-être que je veux trop faire le lien avec Fate/Zero ou Heaven's Feel mais le ton globalement plus léger pendant certaines scènes est relativement déstabilisant je trouve. Ca ne surcharge pas mais... C'est moyen. Ca se retrouve aussi dans la volonté de TOUT adapter. Quand on a un épisode 0 qui traite les chapitres Prologue puis un épisode 1 qui traite le début de l'histoire aka EXACTEMENT LE MÊME CONTENU D'UN AUTRE POINT DE VUE... Ouais on apprécie l'animation mais putain ça fait terriblement répétitif quoi... Même moi qui suis fan je me suis forcé à regarder passé un certain point.

L'animation elle est... Bah c'est ufotable quoi! Beau, superbe, divin! Bordel de merde, ufotable justifie à lui seul le titre de la chronique. Le budget que possède ce studio est juste astronomique et chaque image est juste une débauche budgétaire, permettant d'obtenir quelques unes des meilleures scènes d'action qu'il m'a été possible de voir à la télé (coucou l'usage du sakuga). Le seul défaut réside dans la lisibilité. Par rapport au côté réaliste de Fate/Zero où les duels sont faciles à suivre, la trop grande fluidité d'image et les mouvements rendus surhumains dans le cadre du shonen, c'est galère à suivre par moment. Mais sinon c'est juste superbe et je ne me lasse pas de revoir ces duels dantesques.

La musique est bonne. Ouais là je la déifie pas. Une seule raison. Où es-tu Yuki Kajura? Ayant travaillé sur les deux précédents projets, son absence se fait sentir. Pas que les compositions actuelles soient mauvaises loin de là. Mais il manque un petit quelque chose en fin de compte. Dommage donc. Mention spéciale pour l'opening et l'ending (surtout l'ending vu qu'on a quand même du Kalafina).

Dans l'ensemble, une série excellente sur le plan technique (mange ça studio DEEN). On sent qu'ufotable veut rendre grâce à son matériau d'origine via ses moyens surdimensionnés (cmb; et l'annonce de 40 minutes d'épisode supplémentaires dans le Bluray ne fait que le confirmer) mais le fait d'être dans le référentiel du shonen peut créer un décalage qui pourra déplaire à certaines personnes. Reste une excellente série d'action à ne pas manquer. On peut donc dire que j’ai été soufflé par cette première saison.

Critique de la saison 2:

Et après avoir été soufflé par cette première saison, c’est le moment du soufflé au fromage aka le moment où la série a commencé à se casser la figure un peu. Je reviendrais pas sur l’animation, ça a pas évolué, idem pour la musique (le thème du combat de Berserker et le nouveau EMYIA étaient des tueries cela dit, idem pour les openings et endings).

https://www.youtube.com/watch?v=EJQWdhx6iPs
Voilà le plus gros défaut de cette saison à mon goût : BLABLABLA. Ufotable a choisi d’adapter plus frontalement le VN. Mais ce qui passe bien dans un livre passe moins bien à la télé. Cela est flagrant lors de l’affrontement central de cette saison. Et donc là spoiler alert !

Je parle du combat Archer VS Shiro. Premièrement, un épisode sur le passé d’Archer. Pas mal de notions techniques du Nasuverse qui peuvent être un peu hard pour le profane mais intéressant (ça avait complètement été envoyé à la trappe dans le film de DEEN). Deuxièmement, le début du combat… 20 minutes d’épisodes quand même. Et là on trouve LE gros défaut : on traîne en développements psychologiques parfois aux limites de l’inutilité tant ça commence à tourner en rond. Trois passes d’armes, blablabla pendant 5 min, 3 passes, etc. Très mauvaise gestion de rythme qui rend le combat presque chiant. Alors que DEEN avait fait un combat de dix minutes sans temps d’arrêt quasiment, très bien chorégraphié où les persos parlaient pendant le combat, exposant la même chose que la version ufotable en plus succinct et plus aisé/agréable à suivre. Même défaut sur le début de l’épisode qui suit et clot le duel. Bon par contre pour ce qui est de la mise en scène ils se sont surpassés. J’aime beaucoup le moment où Shiro et Archer se retrouvent dos à dos tandis qu’Archer immobilise Shiro car c’est totalement la situation de Shiro. Ils se font dos, en opposition, mais malgré les propos de Shiro, il est dans l’impasse, bloqué par l’avenir représenté par Archer qui semble inévitable. Une position qui nous présente toute la situation, c’est assez bien foutu je trouve. C’est juste dommage qu’ils tiennent cette position 3 minutes en papotant quoi… Et ces développements parfois servent, entre autre à tout justifier, un grand principe du Nasuverse : pas de power up de derrière les fagots, tout est logique. Si Shiro est devenu un maître épéiste, c’est car il a acquis l’expérience d’Archer (pas comme dans le film de DEEN où là c’est littéralement « bitch please, je deviendrais Archer donc c’est évident qu’à 16 ans je sois un putain de technicien de l’épée »).

A mon sens, cette saison a été donc gâchée par une mauvaise gestion de rythme : trop de blabla et pas autant d’action que dans la saison 1. Reste globalement une série cohérente et toujours aussi belle en plus d’un épilogue sympa (c’est con mais très peu d’animes nous montrent le futur des héros après les événements, c’est plutôt original et une bonne initiative, teinté d’une dose de fanservice avec Luvia et de continuité avec Waver dix ans après Fate/Zero). Ce qui fait un 7/10 pour la saison 2.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4241 fois
6 apprécient

Autres actions de Masuku Eijuu Fate/stay night: Unlimited Blade Works