It's showtime, folks!

Avis sur Fosse/Verdon

Avatar Plume231
Critique publiée par le

Une mini-série dont j'ai découvert l'existence que très récemment, après sa diffusion en intégralité. L'avantage de ce fait, c'est que j'ai pu enchaîner un épisode après l'autre, rapidement, sans temps d'attente entre les deux. Oui, je dis bien enchaîner, car j'ai été captivé par le tout.

Bon, le sujet me passionnait de toute façon. Enfin, ce qui m'a attiré dans un premier temps, c'est Bob Fosse. Artiste complet à la personnalité aussi fascinante qu'au talent immense, et ayant eu une carrière absolument exceptionnelle. Bon, je ne peux pas dire que j'ai appris quelque chose de nouveau sur lui, enfin du moins sur sa personnalité (sur quelques faits biographiques, si !), sur sa vie de bâton de chaise. Après tout, pour savoir qui était Bob Fosse, il suffit de regarder le très brillant et très autobiographique All That Jazz (un de mes films musicaux favoris, et l'œuvre que je préfère du réalisateur !).

Par contre, j'étais loin de connaître le rôle essentiel, pour ne pas dire vital, qu'avait joué dans sa vie son épouse (dont il était séparé, mais avec laquelle il a conservé, vraiment jusqu'à la mort, une relation affective fusionnelle !), Gwen Verdon. Personnalité qui se révèle tout aussi fascinante, et à qui cette mini-série rend autant un bel hommage qu'à son mari.

Quand j'écris cela, hommage oui, mais sans virer nullement dans l'hagiographie. Bob Fosse pouvait être un connard (ce qui n'est pas du tout caché !), adepte de l'autodestruction, mais cela ne fait que le ramener à sa dimension humaine. Dimension qui provoque évidemment l'empathie du spectateur.

Mais pour en revenir à Bob Fosse ET à Gwen Verdon (le titre est plus que judicieusement choisi !), il faut signaler que dans la peau de ces deux personnalités fascinantes, se sont glissés deux comédiens incroyables, Sam Rockwell et Michelle Williams. Ils sont carrément bluffants. On oublie même totalement les deux acteurs. On a vraiment l'impression qu'on est en train de voir Fosse et Verdon jouer leur propre rôle. Les autres comédiens sont très bons, mais Williams et Rockwell sont magistraux. J'ai été très impressionné par eux.

Pour évoquer Fosse/Verdon dans sa globalité, il y a quelques petites fautes de rythme (mais rien de vraiment gênant !) et j'aurais aimé, personnellement, voir plus les deux protagonistes lors des tournages de film. Mais, à part cela, la réalisation, très soignée, et le scénario nous plongent vraiment dans l'univers du réalisateur-chorégraphe-acteur-danseur-metteur en scène de comédies musicales-scénariste, par le truchement du lien affectif indéfectible avec son épouse, et en ayant recours à une narration qui casse souvent la chronologie tout en allant, néanmoins, vers une fin implacable, à savoir la mort (ce qui n'est pas sans rappeler la structure qu'utilisait l'artiste dans la plupart de ses films !). Il en ressort une œuvre forte, profonde, immersive, et le plus souvent, captivante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 371 fois
20 apprécient

Autres actions de Plume231 Fosse/Verdon