You win or you die. There is no middle ground.

Avis sur Game of Thrones

Avatar Plug_In_Papa
Critique publiée par le

Adapter l'oeuvre de George R R Martin n'était pas chose aisée. Avec ses nombreux personnages, ses lieux monumentaux, son intrigue dense et sans concession le pari était aussi excitant que casse-gueule. Un pari qui réclamait du talent, de l'argent et une paire de burnes. Un pari que seule HBO était en mesure de relever.

Mais Game of Thrones, qu'est ce que c'est ? C'est une saga de fantasy dans un univers rappelant l'Europe médiévale et dans laquelle la magie et le fantastique ont une part minime (quasiment absente dans la première saison), en effet l'accent est surtout mis sur les enjeux politiques et les relations entre les personnages. Plusieurs maisonnées (les Barathéon, les Lannister, les Stark, les Greyjoy, les Tully) se font face dans une lutte pour le pouvoir ou pour l'honneur suite à une mort suspecte d'un haut dignitaire de la cour. Parallèlement à ça les derniers descendants de la maison Targaryen (dynastie déchue du Trône suite à une révolution menée par les autres familles) essaye de rallier à leur cause l'armée barbare de Khal Drogo pour reprendre le pouvoir.

La grande force de Game of Thrones est de proposer une galerie de personnages complexes et crédibles. Des plus vénéneux aux plus honorables ils bénéficient tous d'une vraie psychologie et de traits de caractères plus ou moins nobles. Fort heureusement le casting est globalement à la hauteur des personnages.
Jaime Lannister par exemple est aussi charismatique qu'il est odieux, Eddard Stark (incarné par un Sean Bean simplement parfait) transpire la classe autant que la lassitude, de Catlyn Tully émane une noblesse qui semble naturelle, Robert Baratheon pue la décadence au moindre plan et c'est avec un grand plaisir que l'on retrouve Aidan Gillen dans la peau de cette fouine de Petyr - Littlefinger - Baelish.
Et puis il y a Peter Dinklage, simplement parfait dans le rôle de Tyrion Lannister, nabot libidineux, sarcastique et manipulateur. Un personnage incroyable qu'on ne peut s'empêcher d'aimer sans que l'on sache vraiment le situer (est-il un salaud ? est-il simplement lucide ?).
L'histoire fait aussi la part belle aux gamins et adolescents et là encore la série s'en sort parfaitement. Le charisme de Jon Snow ou de Robb est parfaitement restitué et la jeune Maisie Williams impressionne dans le rôle de la farouche Arya. Mention spéciale aussi à Jack Gleeson qui incarne parfaitement le côté horripilant du Prince Joffrey Baratheon, un personnage qu'on a envie d'étrangler dès la première apparition.
Seul Harry Lloyd peine à convaincre en Viserys Targaryen tant il est caricaturale et il en va de même pour le personnage de sa soeur ( Daenerys ) campée par une Émilia Clarke sans relief.

Tout ce beau (ou pas) monde se débat dans une histoire complexe où les tenants et les aboutissants sont flous, où les menaces sont partout et nulle par à la fois. Les scénaristes ont fourni un travail colossale pour fluidifier les multiples ramifications sans sacrifier le fond de l'histoire. En résulte une série dense en évènements et en sous-entendu qui demande une certaine attention pour ne part perdre le fil. Basée principalement sur les dialogues et le jeu des acteurs la série arrive à captiver grâce à la solidité de l'écriture et à un rythme parfaitement dosé. On navigue d'un endroit à un autre avec souplesse et sans être largué.

En terme d'adaptation la série est un modèle du genre puisqu'elle reste collée au livre dont elle s'inspire et qu'elle a su faire les bons choix. Les puristes bornés (et parfois un peu idiots) pesteront contre la disparation de telle ligne de dialogue par ici ou de telle description par là, bien sûr certains aspects on été simplifiés (tant mieux parfois) mais le coeur du récit a été parfaitement préservé et la complexité de l'ensemble est bel et bien là.
On peut d'ailleurs noter que toute la partie concernant Daenerys s'intègre bien mieux au récit globale dans la série que dans le livre. Merci le montage alterné qui permet de mieux tenir la continuité globale que les chapitres trop isolés du livre.

Outre le respect du texte (qui est donc assuré) la grosse inconnue à propos de cette adaptation était le respect du ton. Game of Thrones ne lésine pas sur la violence comme sur le sexe et ce ne sont pas forcément le genre de choses facile à faire admettre. Mais comme on est sur HBO il n'y a pas de retenue sur un point comme sur l'autre. Les viols, les pressions psychologiques, les éxécutions spectaculaires, les coucheries en tout genre, les égorgements, etc... tout est là et la caméra ne s'en détourne pas.
Ainsi la série possède un ton cru qui sied parfaitement à un récit où tout est possible et où tout (et n'importe qui) peut être sacrifié. Le côté épique ou poignant des situations n'en est que plus fort, les nombreux retournements de situations n'en sont que plus marquants.

Puisqu'on est dans l'épique on saluera le travail impressionnant de la production concernant les décors, les costumes et les effets spéciaux. Quand on y pense 60 millions de budget pour 10 heures de programme costumé ce n'est pas tant que ça comparé à certaines bouses hollywoodiennes. Pourtant la "justesse" du budget ne se ressent que très rarement : les costumes sont somptueux, les décor sont crédibles, les figurants sont nombreux, les armes étincellent et les nombreux ajustements numériques (indispensable pour certains lieux comme le Mur) sont vraiment très bien fait et ne parasitent pas l'immersion.
Un faste qui se retrouve dans une mise en scène de haute volée à la fois esthétique et dynamique qui épouse parfaitement son sujet. Les combats à l'épée, par exemple, sont remarquablement réglés. Ils sont chorégraphiés juste ce qu'il faut, il possède tous une certaine bestialité et sont montés sans hystérie.
Dernier mot, enfin, sur la splendide musique de la série qui habille parfaitement les séquence et participe énormément à la solidité des ambiances. Game of Thrones se paye d'ailleurs le luxe d'avoir un générique particulièrement réussi aussi bien terme de composition musicale que d'inventivité visuelle.

En un mot comme en cent (et je crois en avoir écrit un peu plus, désolé) HBO fait carton plein avec cette adaptation de Game of Thrones. La série est captivante et intense grâce à un soin méticuleux apporté aussi bien à l'écriture qu'à la réalisation. La saison 2 accuse un coup de mou, la faute à des enjeux que l'on peine à cerner suffisamment clairement (contrairement à la saison 1 où la mort de Jon Arryn permet de focaliser l'attention dès le début). Pourtant les qualités de production autorise désormais des décors plus vaste comme les magnifiques paysages enneigés de l'autre côté du mur ou certains plan large à Port Réal. Les acteurs sont toujours présents et certains épisodes envoient vraiment la sauce. Un petit passage à vide un peu regrettable mais pas suffisant pour entamer le potentiel d'une série qu'on espère toujours plus grandiose.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 14094 fois
387 apprécient · 11 n'apprécient pas

Plug_In_Papa a ajouté cette série à 3 listes Game of Thrones

Autres actions de Plug_In_Papa Game of Thrones