"A Terrible War..."

Avis sur Gotham

Avatar Lucas MARTIN
Critique publiée par le

Gotham était certainement la série de 2014 que j'attendais le plus, car celle-ci surfe sur la mode du super-héros, tout en prenant une direction différente, c'est-à-dire nous présenter le passé de Gotham City avant Batman, au lendemain du meurtre de ses parents. Le pari est à peu près relevé, car si la série n'est pas fondamentalement mauvaise, elle possède quand même beaucoup de défauts, sans être toutefois dénuée de certaines qualités.

L'ambiance est une très bonne : on sent que Gotham est une ville sale, où les puissants sont corrompus, et où la loi en rigueur est surtout celle de la jungle. Tout est sombre, on ne voit jamais le soleil, mais des nuages gris, on voit très rarement de la verdure, comme si la ville était trop étouffante pour que la flore puisse pousser et vivre. Cependant, on voit des ordures, des ruelles vides, des crimes, la misère... Cependant, il est vrai que la série n'est pas excessivement violente, ainsi l'ambiance est certes sale, mais elle n'est pas non plus glauque, oppressante.

Venons-en ensuite à l'écriture, que je trouve très inégale. Trois histoires vont majoritairement être suivies : le combat contre la criminalité et la corruption du détective James Gordon, interprété par Ben McKenzie, l’ascension d'Oswald Cobblepot dit Le Pingouin, joué par Robin Lord Taylor, sous fond de guerre de territoire par deux mafieux rivaux, et l'enquête de Bruce Wayne (David Mazouz) sur le meurtre de ses parents. La première et la dernière ne sont pas très intéressante, du moins sur les 2/3 de la série, car l'une va se résumer par une enquête/un épisode, et l'autre va prendre du temps à se mettre en place avant de s’accélérer par diverses révélations. De plus, la série nous propose de nous présenter le passé de nombreux personnages de l'univers de Batman, et si certains sont logiques et réussis, comme Selina Kyle/Catwoman ou Harvey Dent/Double-Face; d'autres sont vraiment, mais vraiment nazes, car soit clichés soit complètement ridicule.

Par exemple, le personnage potentiellement identifié comme étant le Joker vivait dans un cirque avec sa mère qui servait d'entrepôt pour tous les hommes dans un rayon de 10 kilomètres, et qui le traitait mal. Du coup, il l'a tué. Voilà. Le Joker, le méchant le plus mythique de l'histoire des comics est réduit à être un fils de pute aux sens littérale du terme. Voilà.
Autre exemple, avec L’Épouvantail. Si on retrouve l'idée du gaz horrifique, on nous sert comme acteur un ado blasé qui sait pas jouer aux cheveux trop longs et qui est aspergé par le gaz sous un épouvantail. Donc il a peur. Donc il va devenir l’Épouvantail. Voilà.

Venons-en aux personnages et aux acteurs qui les interprète. Il y en a beaucoup, et je vais en citer une bonne partie, car selon moi, c'est un des points forts de la série. Commençons par Gordon, ce détective voulant nettoyer sa ville de la corruption et de la criminalité. Si Ben McKenzie nous incarne bien cet incarnation de la justice, force est de constater qu'il n'est pas très charismatique, alors qu'il est le personnage principal. Je préfère son collègue, Bullock (Donal Logue), flic ripoux, qui se fout des lois et qui s'est arrangé avec de nombreux criminels de la ville.

Mais évidemment, avant, il était une tête brûlée comme James. Relation père-fils, tout ça tout ça...

Avant de quitter le commissariat, je veux m'attarder sur Edward Nygma (Cory Michael Smith), qui est selon moi, un des deux personnages ayant une des meilleurs évolutions au cours de la saison. D'abord discret, juste à poser des énigmes au lieu de s'exprimer correctement (parce que c'est l'Homme-Mystère t'as vu), et à se faire bâcher par les autres membres de la police; il devient plus important lorsqu'on commence à nous présenter son amour qu'il porte Kristen Kringle, et c'est cette amour qu'il va le faire vraiment évoluer.

J'ai juste adoré la représentation de sa folie dans le dernier épisode de la saison, par son dialogue intérieur, avec des phrases prononcés par d'autres personnes que lui. De plus, l'idée de couper très rapidement les différents plans et de rajouter un certain flou, et de dédoubler son image rendent à cette scène un certain cachet.

Ensuite viennent les criminels. Le deuxième meilleur personnage de la série selon moi n'est autre que Oswald Cobblepot :le teint blafard, les cheveux noirs et gras, un nez crochu, un smoking mal taillé, et une démarche claudicante. Ce personnage, assez faible physiquement, nous rappelle souvent à quel point il est intelligent et cruel, par le biais de diverses manipulations et meurtres. Au début de la série, il est le valet de Fish Mooney (Jada Pinkett Smith), femme aux grandes ambitions, très persuasive et dangereuse. On pourrait citer aussi Selina Kyle (Camren Bicondova) dans cette catégorie, adolescente agile et SDF, dont la relation avec Bruce Wayne (David Mazouz) au cours de la série nous laisse imaginer la fameuse relation amour/haine qu'auront Batman et Catwoman à l'âge adulte. Enfin vient Alfred, le majordome de Bruce, dont l'interprétation par Sean Pertwee n'a selon moi, pas grand chose à envier à ceux que l'on a pu voir au cinéma.

Que dire-de plus ? Les quelques effets spéciaux utilisés ne sont pas de très bonne qualité, mais la réalisation est honnête, même si les épisodes sont assez inégaux (les derniers sont vraiment bons). Quand à la musique, elle est assez discrète. Le thème du générique, des notes lentes aux cuivres, nous donne une idée de justice et d'univers sale. Pour conclure, je ne déconseille pas la série, hormis aux fans hardcores de l'univers du Chevalier Noir. Cependant, n'en faites pas une priorité et prenez le temps pour des séries que vous jugez de meilleure qualité. Mais ne la laissez pas non plus sur le côté...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 468 fois
1 apprécie

Lucas MARTIN a ajouté cette série à 2 listes Gotham

  • Séries

    Une série, une saison

    Dans cette liste, je n'ai choisi uniquement des séries ayant au moins 3 saisons. Ceci est bien évidemment une liste totalement...

  • Séries

    Abandonnées sur une aire d'autoroute

    Quand je commence une série, j'essaie dans la mesure du possible de la terminer. Mais il y a des exceptions, par manque de...

Autres actions de Lucas MARTIN Gotham