Gotham est elle la série qu'on mérite, ou celle dont on a besoin ?

Avis sur Gotham

Avatar Benoit Dechaumont
Critique publiée par le

Début Septembre, nous voila prêts à savourer non sans impatience le premier épisode de cette série tant attendue Gotham. Et pour cause, les visuels, et autres rumeurs et infos leakées semblaient alléchantes. Alors voila, on enfile son masque de fanboy de l'univers du rongeur volant et on se lance à corps perdu dans ce pilote... qui fait déja polémique. Conséquence largement prévisible, vu que l'on touche à l'un des univers les plus populaires, et comptant une fanbase des plus exigentes (à l'instar des débats suscités par le trailer de Star Wars VII).
Mais que dire de ce pilote ? Que dire de la tournure prise par la série en suivant ?

Le pilote :
l'immersion dans l'univers visuel fonctionne bien, on retrouve une Gotham plutt moderne mais décidément bien "crade et sombre", ambiance que l'on retrouve bien chez Nolan, on s'y sent un peu mal à l'aise, ça craint, c'est bien !
Les personnages sont "physiquement crédibles" dans la mesure où ils correspondent bien à l'image qu'on se fait d'eux. Mais Physiquement juste.
L'un des problèmes de ce pilote est axé sur la personnalité des personnages. La série est un poil trop manichéenne à mon goût. Oh le tout gentil Gordon, qui ne pète jamais de travers, Bouh la très méchante Fish Mooney, avec un air méprisant/agressif,... j'y reviendrai après.
Ceci est un témoin du principal défaut de la série Gotham, que l'on voit très clairement dans le pilote, pour s'atténuer ensuite, mais restant trop présent : Le manque de subtilité.
Lors du pilote on nous introduit les personnages avec la discrétion d'un Hippopotame ayant l'idée malvenue de secouer son croupion au milieu de la galerie des glaces.
On y fait la rencontre d'une fille très féline, courant sur les toits et que tout le monde appelle "Cat", un légiste très bizarre qui balance une énigme dès sa première apparition pour se faire envoyer paître à coup de "Dégage Nygma !", un homme à l'allure gauche tenant un parapluie, que l'on désigne comme Pingouin, bref on a compris, et des dizaines de critiques en parlent mieux que moi.
Le problème c'est que ce défaut est tenace et revient régulièrement, notamment dans des points clés de l'intrigue (on nous balance un bon gros flashback sorti de nulle part qui nous explique tout par exemple).
La série nous fait donc suivre 2 trames de fond : on suit le détective Gordon, qui est attéré par la corruption et la non réactivité de la police de Gotham, et qui oeuvre pour le changement, et de l'autre Oswald Cobblepot qui essaie tant bien que mal de se faire un nom dans le paysage mafieux de Gotham.
En parallèle, chaque épisode apporte une nouvelle enquête pour Jim Gordon, à l'image d'un NCIS, ou les enquêtes s'enchaînent sans forcément être liées, bien qu'on y retrouve avec joie des références à l'univers du comic (le Venin, l'asile d'Arkham, l'électrocuteur,...).

Pour moi il y a 2 types de séries :

- celles plus "grand public" avec des épisodes indépendants du type les experts, Dr House, NCIS, ... ou il y a une légère trame de fond, mais en dehors des enquêtes elle avance très peu.
- les séries plus "scénaristiques" ou la trame se suit au fil des épisodes : breaking bad, Game of thrones, V, etc

les 2 fromats sont pour moi très différents dans la construction des épisodes. Cependant Gotham essaie de mélanger les 2 en faisant dans chaque épisode une partie sur l'enquête en cours, et en même temps d'avancer la trame principale. le problème est qu'en 40 min si on veut faire les 2 on a beaucoup moins de temps.
Ce qui nous donne une enquête très souvent baclée, ou très simpliste. En général Gordon ne tarde pas à trouver une piste décisive, et se retrouve très vite confronté au coupable. peu de rebondissements donc. Dommage...

Coté personnages nous avons 2 cotés :
- les personnages vraiment travaillés et mis en valeur par l'acteur
- les personnages qui le sont un peu moins.

Dans la 1ère catégorie on retrouve :

- le pingouin de Robin Taylor, qui se démarque clairement du lot, en incarnant un Pingouin sournois, détestable mais au final assez attachant.

- Alfred Pennyworth dans une version plus "militaire" du personnage, plus imposant. Fini le maigrelet à la moustache, bonjour l'ex militaire qui met la rouste aux criminels avec ses gros bras musclés. Ca raffraichit vraiment le personnage et c'est une très bonne idée.
- Edward Nygma, que l'on aperçoit de temps en temps, qui joue sur le coté socialement décalé, mais très intelligent.

Dans la 2ème on retrouve hélas :

- James Gordon, certes pas dénué de charisme, le personnage est bien trop lisse, car trop moral, trop droit. Certes ça fait un contraste avec le contexte de Gotham, et surtout avec son compagnon Harvey Bullock, mais paradoxalement, Gordon est le seul personnage qui évolue très peu voir pas durant la série.

- Fish Mooney, la pauvre en fait des caisses, et du coup elle est peu crédible, on voit dès le début qu'elle est fourbe et méchante, et chacune de ses apparition nous le fait comprendre.

Qu'en est il de notre futur encapé ?
l'acteur (David Mazouz) ne s'est pas démarqué dans le pilote, peinant à nous faire croire à sa détresse après la mort de ses parents. Il se ressaisis néanmoins par la suite, en prenant une carrure un peu plus impérieuse et assurée, et en arrivant même à s'imposer face à Commando Alfred. On sent bien la destinée faire son chemin !

Pour conclure,

Gotham est remplie de bonnes idées, la trame de fond tient bien haleine, les manipulations du pingouin et la révolte de Gordon contre le système sont plutôt bien acheminées.
Les acteurs même s'ils ne sont pas tous au même niveau, sont tout de même convaincants
Les références à l'univers de Gotham (en dehors du pilote ou c'était un peu scandaleux) sont bien faites au long de la série, on prend plaisir à retrouver des éléments clés disséminés et des petites accroches qui présagent de la suite des évênements.
Cependant ce n'est pas toujours très subtil, et les enquêtes pourraient être mieux travaillées, en réduisant le nombre et en les faisant durer sur 2-3 épisodes par exemple.

A l'heure ou j'écris nous avons 14 épisodes sur 23, nous en sommes à plus de la moitié donc et la série est assez fournie en évênements et prometteuse sur la suite.
Après des débuts un peu timides, Gotham se met en place.

On note toutefois que la série est basée sur le principe de réalisme (comme les films de Nolan, ou la série Arrow)
vont ils prendre des risques avec des personnages surnaturels tels que Killer Croc, Poison Ivy, ou Gueule d'argile ? ca pourrait être intéressant...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2405 fois
12 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Benoit Dechaumont Gotham