Un train-train quotidien pas si facile

Avis sur Hell on Wheels

Avatar Tomas Lopez
Critique publiée par le

Après deux saisons terminées il est désormais tant de faire un bilan.

*Probables Spoilers*

AMC nous propose à nouveau une série qui se veut réaliste, d'une photographie magnifique et de très grande qualité, ça semble être une habitude chez les bonhommes. Et en plus c'est un Western, donc je prend !
On se retrouve donc parachuté peut après la guerre de secession au côté de Cullen Bohannon, homme au passé plutôt trouble et mouvementé puis qu'il est à la recherche des meurtriers de sa femme, une quête qui l'amménera donc sur l'un des premiers chemins de fer en construction dans ces terres vierges et étendues. Le fameux 'hell on wheels'. Nous suivrons donc l'arrivée de rêveurs et de travailleurs qui ne s'attendent probablement pas à galérer autant pour pouvoir vivre, et pouvoir survivre dans ce pays qui est déjà bien plus sauvage que les tribus indigènes qu'elles abritaient.

Le pitch de départ est donné , et est traité par la suite avec une grande classe, le casting est de qualité et de même pour l'intrigue, qui même si elle avance plutôt lentement reussi à nous surprendre et nous captiver.
Certains personnages sont d'ailleurs extrémements bien écrits, pour exemple le famueux "Suedois" , "Mr Durant" ou encore le Pasteur. Tous vont faire leur bout de chemin et évoluer de façon réaliste et prenante.

La saison 1 se serait probablement suffit à elle même, mais cette seconde saison d'une qualité supérieure ne peut que nous faire baver d'impatience pour voir une suite, même si j'ai mes propres inquiétudes de se côté, la moitié du casting principal s'étant fait tué dans les derniers épisodes, les remplacer ne sera pas affaire facile.

Bon courage aux scénaristes, car l'attente est très grosse pour moi et surement plein d'autres concernant l'avenir de cette série.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 403 fois
1 apprécie

Tomas Lopez a ajouté cette série à 1 liste Hell on Wheels

Autres actions de Tomas Lopez Hell on Wheels