👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est la distribution qui m'a attirée, de prime abord. Tim "Les évadés" Robins et Holly "La leçon de piano" Hunter, dans une série à tendance fantastiquisante, ça pouvait intriguer. Première impression positive : une plongée dans une famille "arc-en-ciel" américaine, d'anciens babas cool ayant adopté des enfants de toutes les couleurs pour expérimenter concrètement leur idéal de partage et de générosité sans frontières. Lumières flatteuses, petite touche discrète de surnaturel, problèmes existentiels pas dénués d'intérêt, malgré quelques longueurs sur la fin, je ne peux pas dire que je me sois ennuyée. Le père est philosophe mais se paie une jolie crise de la soixantaine, la mère a bouffé du lion et ne se pose pas souvent pour s'interroger sur le sens de la vie, il y avait de quoi instaurer une dynamique intéressante. Les enfants ont tous un petit chantier psychologique sur le feu, et hop, ça tourne comme une horloge. Dénonciation de l'intolérance d'une société américaine tiraillée entre un conservatisme bas du front et une liberté parfois encombrante. Couplet homophile de bon ton. Réflexion sur l'adoption. Plaidoyer pour l'acceptation des musulmans et de leurs drôles de coutumes. Dithyrambe incontournable de la technologie (tout le monde pianote à longueur d'épisode). Coup de canif en passant aux milliardaires récents qui pensent pouvoir modeler le monde à leur image cool/friquée/branchouille. De quoi s'occuper la tête. Et un final qui me laisse complètement songeuse et dont je ne peux pas dire grand-chose sous peine d'éventer le peu de suspense que les scénaristes sont parvenus à instaurer. Mais en fait, ça n'était visiblement pas la spectaculaire scène finale leur propos, parce qu'elle tombe comme un cheveu sur la soupe et interrompt toutes les intrigues en cours. J'imagine donc qu'une deuxième saison sera indispensable tout en sachant déjà qu'elle ne mènera probablement nulle part non plus; à la fois, ça n'est pas là l'essentiel dans ce genre de bouillon de culture destiné à faire fermenter les caractères pour voir ce que font les gens quand on les pousse dans leurs derniers retranchements.

il y a 4 ans

2 j'aime

6 commentaires

Here and Now
wasabi
8
Here and Now

Nouvel American Beauty

Pour l'instant j'ai vu les trois épisodes réglementaires pour se faire une idée sur une série. Ca commence comme un peu toutes les productions actuelles de séries / films à savoir une surexposition...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

3

Here and Now
SimmonsMZC
9
Here and Now

Un bijou de justesse

Je ne m'échine que rarement à rédiger. Du moins une critique sachant qu'elle sera peu lue. Mais je constate avec déception que cette série n'est pas gratifié des notes qu'elle mérite. Sa justesse -...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

Here and Now
salta
6
Here and Now

Géniale et ratée

Une caméra qui aime d'amour ses acteurs qui le lui rendent bien. Une critique aussi hilarante que crispante des problèmes de riches, des crises existentielles, du sens de la vie, de la réussite, de...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime

3

Watchmen
ChristineDeschamps
5
Watchmen

Critique de Watchmen par Christine Deschamps

Il va vraiment falloir que je relise le somptueux roman graphique anglais pour aller exhumer à la pince à épiler les références étalées dans ce gloubiboulga pas toujours très digeste, qui recèle...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

3

Chernobyl
ChristineDeschamps
9
Chernobyl

Critique de Chernobyl par Christine Deschamps

Je ne peux guère prétendre y entendre quoi que ce soit à la fission nucléaire et, comme pas mal de gens, je présume, je suis bien contente d'avoir de l'électricité en quantité tout en étant...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

3

La Vérité sur l'affaire Harry Québert
ChristineDeschamps
2

Critique de La Vérité sur l'affaire Harry Québert par Christine Deschamps

Un livre que j'avais vraiment dévoré adapté en minisérie par le maître Jean-Jacques Annaud. Il y avait de quoi être impatiente, même sans avoir vu le moindre teaser indécent de TF1, chaîne dont je...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

3