JJBA Phantom Blood : Le commencement d'une Légende

Avis sur JoJo's Bizarre Adventure : Phantom Blood

Avatar KiruaElric
Critique publiée par le

JoJo's Bizarre Adventure : Phantom Blood

Type : Shonen

Genre : Nekketsu

Réalisateurs : Naokatsu Tsuda et Kenichi Suzuki

Scénariste : Yasuko Kobayashi

Studo d'animation : David Production

Licence : Crunchyroll/Anime Digital Network

Auteur et Dessinateur du Manga Papier : Hirohiko Araki

Compositeur : Hayato Matsuo

Date de Sortie : Octobre 2012

Nombre d'épisodes : 9

CETTE CRITIQUE COMPORTE DE NOMBREUX SPOILERS SI VOUS N’AVEZ PAS FINI DE VISIONNER L'OEUVRE, ABSTENEZ-VOUS DE LA LIRE

C'est le jour d'aujourd'hui que j'ai choisi pour vous pondre une petite critique de ce qui constitue la première partie de mon anime (et manga) préféré : JoJo's Bizarre Adventure Partie 1 – Phantom Blood. Partie considérée comme la moins originale, la moins intéressante et la moins complexe de tout le manga elle n'en est pas moins bonne et même très bonne avec du recul. Ceci dit, commencons le schéma habituel de mes critiques par mon petit synopsis maison.

Jonathan Joestar, apprenti gentleman anglais, candide à ne plus savoir qu'en faire et surtout premier représentant véritable des "JoJo" est le fils unique d'une famille de nobliaux affreusement gentille et naïve. De ce fait, le jeune garçon d'à peine 12 ans est "pourri gâté" depuis sa plus petite enfance, et dans le scénario que lui réserve Araki-sama, cela ne lui portera pas vraiment chance. En effet, l'arrivée d'un certain Dio Brando au manoir fera oublier à notre gentilhomme tout le comfort auquel il avait pu goûter jusqu'à présent. Mais pour en savoir plus sur notre envahisseur, revenons quelques années en arrière ! Dario Brando, un vieux grigou crapuleux dont les desseins sont loins d'être roses, se retrouve témoin aux côtés d'une jeune femme de sa connaissance (sûrement une prostituée qu'il aura récupérer quelque part) d'un accident de calèche désastreux. Loin de lui l'idée d'aller chercher de l'aide ou de tenter de sauver les passagers, il tente sournoisement de leur subtiliser leurs biens croyant qu'ils sont déjà morts, il emporte donc une bague de fiançailles et découvre un étrange et absolument flippant masque de pierre dans une malle qu'il referme immédiatement, Néanmoins si l'une des passagères et le cocher sont bel et bien décédés, le mari de la défunte et son nourrisson sont eux tout ce qu'il y a de plus vivants. Croyant que Dario lui a sauvé la vie et ne voyant pas que celui-ci n'est qu'un pauvre connard avide de marchandises à revendre arrivé là par hasard, Georges Joestar le remercie de tout coeur et lui promets qu'un jour il lui rendra son geste. L'odieux vieillard en profite quelques années plus tard au bord de la mort, pour demander à son obligé, Lord Joestar, d'adopter son fils : Dio Brando. Dio déteste profondément son père, cela étant du à ses conditions de vie proprement médiocres, mais accepte tout de même de se rendre chez les Joestar avec un objectif bien précis : FOUTRE LA MERDE !!! Non plus sérieusement, Dio étant aussi crapuleux que son paternel, il souhaite prendre possession de la fortune des Joestar et ainsi tente d'échapper au schéma de vie indésirable de Dario Brando. Ce qui nous ramène à ce que je vous ai dit plus tôt : Jonathan Joestar va en prendre plein sa gueule. Effectivement, Dio ne se contente pas d'attendre patiemment de devenir le nouveau Lord Joestar mais décide de prendre la place de Jonathan en tant que fils chéri des Joestar, cela en le traumatisant, en le ridiculisant et en le calomniant abondamment auprès de ses proches. Aussi, si le jeune démon, finira par se calmer, devenant même au fur et à mesure de sa jeunesse le "meilleur ami" de JoJo, les choses seront loin d'être finies Dio Brando n'étant pas forcément devenu le jeune homme exemplaire dont il arbore les couleurs... Entre êtres étranges, pouvoirs étranges, poses étranges et évènements tout aussi étranges, les aventures de Jonathan Joestar alias JoJo N°1 ne seront pas de tout repos !

Dès maintenant, entrons dans le vif du sujet ! Premier point à critiquer : Le Scénario. En mettant de côté les descriptions de scènes inutiles de ce cher Speedwagon pouvant casser le suspense et fendre l'émotion à certains moments, le scénario de Phantom Blood est on ne peut plus original. Entre l'arrivée totalement what the fuck des Vampires, la découverte de l'Onde (Hamon en Japonais), la mort du personnage principal, les maléfices plus qu'ignobles de Dio du style : je fais brûler ton chien, j'embrasse la fille que tu aimes avant toi pour te gâcher le plaisir et je tue ton père au lieu de le guérir, on a pas le temps de s'ennuyer et on ne s'attend pas à grand chose. Aussi, pour une fois dans l'oeuvre d'Araki, rien ou quasiment rien n'est laissé au hasard, aucun personnage n'est abandonné, aucune partie de l'histoire ne reste dans l'ombre, etc... Bref, un scénario plutôt haut en couleur accompagné d'une foule de messages cachés et d'une fin plus qu'admirable soit dit en passant.

Passons désormais aux OST. Deux adjectifs suffiraient pour moi à les décrire : Moyen-Âgeux et Poignants. A travers des OST tels que "Lightning Speed", "Destinies Brought Together" et "Persistence ~Innocent Scream~" nous espérons aux côtés de Jonathan, avec des OST tels que "Father's Love" et "Parting Regrets" nous pleurons aux côtés de Jonathan et enfin avec des OST tels que "Stone Mask ~Prologue~", "Suspicion" et "Determination" la maléficience de Dio nous embrase aux côtés de Jonathan... Hayato Matsuo nous enveloppe dans une ambiance proprement magnifique avec des sons et des instruments d'un autre temps.

C'est ici que les romains s'empoignèrent ! Parlons à présent des personnages de l'oeuvre et même dans un premier temps des 5 personnages principaux : Jonathan Joestar, Dio Brando, Speedwagon, William A. Zeppeli et Erina Pendleton. N°1 : Jonathan Joestar aka JoJo ! Notre héros candide préféré fait clairement partie des personnages les plus intéressants de cette partie, et là vous me direz "Mouais ça reste quand même le moins intéressant de tous les JoJo..." et sur ce point je vous donne raison ne vous inquiètez pas, cependant Jonathan est intéressant justement car c'est le moins intéressant des JoJo... "Keskekoi ???" me direz-vous naturellement, mais laissez-moi le temps de m'expliquer brièvement. Jonathan est donc candide, gentil, poli, honnête, franc, gentleman et bien d'autres choses absolument classiques mais c'est bien ça qui fait sa force nom d'une pipe car si il n'était pas tout cela, sa rivalité avec Dio (celle-ci étant la base même de toute l'intrigue) n'aurait tout simplement pas lieu d'être étant donné que celui-ci est sensé représenter le "Yang" de Jonathan, son complet opposé : sournois, méchant, malhonnête, hypocrite, etc... Bref si Jonathan n'était pas Jonathan, Dio ne serait sûrement pas Dio et qui voudrait d'un Dio différent je vous le demande ? Cela dit, Jonathan malgré une pureté maladive reste quand même l'un des protagonistes les plus brutes de JoJo's Bizarre Adventure frappant ses ennemis à coups de poings bien placés tel un certain Joe sur le ring. Jonathan a aussi comme incroyable particularité d'être mort, et plus particulièrement d'être mort de façon absolument magnifique serrant entre ses bras fatigués le frère qu'il aurait peut-être voulu différent les yeux brillants de mille feux et s'éteignants lassivement sous le regard terrifié du frère en question... (de la poésie à l'état pur). Enfin soit, pour la première fois je vais devoir parler des seiyuus japonais de nos personnages adorés tout simplement car il n'existe pas de VF à JoJo's Bizarre Adventure, bref, c'est l'excellent Kazuyuki Okitsu qui interprète le brave et courageux Jonathan Joestar lui apportant une certaine forme de pureté mais aussi de hargne supplémentaire à celle qu'on lui voyait déjà dans le manga. Petit plus : Son prénom Jonathan vient du Jonathan's Family Restaurant situé bien évidemment au Japon.

N°2 : Dio Brando, le visiteur ! Si les JoJo fags adorent Jonathan ils déifient Dio, en effet celui-ci étant l'incarnation même du mal et de la méchanceté pure et gratuite comment ne pas l'apprécier ? Devenu un incontournable du weekly shonen jump depuis la parution de phantom blood et une véritable figure de la japanimation depuis 2012, Dio Brando a tout pour plaire : sa personnalité tout simplement géniale, ses répliques et cris de guerres incroyablement cultes (quel fan de jojo n'a pas déjà tenter de reproduire son fameux "Muda Muda Muda", son terrifiant "Urrryyyyy" ou encore son emblématique "Hinjaku Hinjaku"), son parcours particulièrement exceptionnel, ses méfaits affreusement diaboliques et lâches, son chara-design tout bonnement parfait, son charisme souverain jusqu'à son superbe doublage que j'aborderai d'ici peu. Bref : VIVE DIO BRANDO !!! Le simple fait que son nom vienne d'un mélange entre le grandiose Marlon Brando et Dio qui signifie Dieu en italien le rend considérablement légendaire ! Même ses dernières minutes dans cette première partie sont terriblement cultes. Ceci dit, parlons peu et parlons bien le doublage de Dio Brando est assuré d'une main de maître par l'imposant Takehito Koyasu, véritable divinité du doublage japonais prêtant au mythique antagoniste une voix tyrannique, exécrable et haïssable au plus au point, Koyasu ayant déjà excellé du côté de Gintama en interprétant Takasugi Shinsuke, dans One Piece en s'appropriant le rôle de l'admirable Amiral Aokiji ou encore au sein de Soul Eater en tant que l'extravagante, horripilante et tout simplement géniale épée sacrée Excalibur.

N°3 : Robert E. O. Speedwagon, le fidèle gentleman servant (et commentateur) de la famille Joestar ! Détesté par les imbéciles en raison de ses passablement agaçants élans de description engagée mais adoré par les Pros-JoJo cela du à sa classe naturelle et son indéfectible loyauté, Speedwagon est un véritable sujet de dissertacion. Il est LE lien qui unit toutes les parties de JoJo's Bizarre Adventure si il n'y trouve peut-être pas forcément sa place physique, son nom, lui, résonne à travers les siècles. Cependant c'est bien le Speedwagon de Phantom Blood que nous allons critiquer ici ! Personnage adorablement exaspérant tel un Usopp (One Piece) ou un Lambo (Reborn), Speedwagon trouve toute sa force soit dans ses élans de courage inopiné comme lorsque désespéré par la situation il tente tant bien que mal de sauver le bras de Zeppeli en le pressant contre son torse ; soit dans ses actes infiniment symboliques comme lorsqu'après la mort de Zeppeli il entreprend de porter son chapeau afin d'honorer sa mémoire ; soit dans ses moments de classe absolue comme quand il s'éclipse discrètement ayant décidé de ne pas déranger Jonathan et Erina après leurs tendres retrouvailles. Et après tout cela certains arrivent encore à dire que c'est un mauvais personnage ! Et bien que ces derniers aillent se faire voir, nous sommes ici entre gens d'intellect nul besoin de cerveaux ramollis par quelques "Another" ou autres "Mirai Nikki" de seconde classe. Nous arrivons donc au doublage du fringant gentilhomme, Speedwagon est doublé par l'excellent Yoji Ueda, seiyuu de talent qui apporte à notre brave chevalier servant la voix de la sincérité, du charisme et de l'humour. Béni soit les japonais ! Enfin, le nom de Robert E. O. Speedwagon vient du groupe de rock américain REO Speedwagon dont Araki-sama est un fervant admirateur.

N°4 : William Anthonio Zeppeli, l'italien au verre de vin rouge ! Issu d'une subtile combinaison entre William Tell et Led Zeppelin, son nom envoie déjà à lui tout seul pour ainsi dire du lourd. Mentor et initiateur à l'onde du jeune Jonathan Joestar et premier membre connu de la famille Zeppeli, Will est un italien pur et dur de corps et d'âme. Armé d'une moustache à la Dali, d'un haut de forme sur lequel on pourrait jouer aux dames et d'un costume on ne peut plus élégant, ne pas aimer le chara-design de ce cher Zeppeli serait presque sacrilège ! Arrivé dans la vie de JoJo tel un zèbre parmi les chevaux, le fringant magicien de l'onde ne manque pas d'originalité et de charisme, de son sandwich poivré à son combat subtilement alcoolisé en passant par sa fameuse et tout bonnement loufoque marche sur l'eau, comment pourrait-on oublier ce bon vieux William ? Puis bon, que dire de sa mort divinement inoubliable ? Il savait que c'était son heure, il le savait et savait aussi tout le potentiel que renfermait le jeune Joestar, dans un élan de bravoure plus qu'intense, le vieil ermite rendra son dernier souffle plus confiant que jamais léguant à son poulain, le bon, toute la puissance nécessaire à vaincre dans un premier temps la brute et dans un second le terrible truand. Que dire de plus si ce n'est que son doublage est assuré par le brave Yoku Shioya dont la voix particulièrement excentrique correspond admirablement bien au personnage de William Anthonio Zeppeli et à ses indéféctibles extravagances.

N°5 : Erina Pendleton, la douce blonde aux yeux bleus ! Là on passe si je puis m'exprimer ainsi à du useless puissance 1000 quoique notre petite blondinette à quand même son utilité. Eternel amour de Jonathan, Erina est un soutien moral plus qu'essentiel pour ce dernier ; pure, gentille, attentionnée et surtout infiniment amoureuse c'est peut-être grâce à elle que notre petit noble fragile à réussi à devenir un véritable colosse courageux et herculéen. Puis bon, bordel de merde, cette femme a littéralement souillé notre mignon petit Dio après qu'il lui ait volé son premier baiser, cela en se nettoyant la bouche avec de la boue....... DE LA PUTAIN DE BOUE BORDEL DE MERDE DE CHEVAL A COUILLES !!! Si ça c'est pas avoir du chien nom de dieu qu'est-ce que c'est (du chien... seuls les vrais de vrais comprendront) ? Enfin bref, à part ça, il faut dire ce qui est, Erina n'est pas franchement extraordinaire, la femme du héros par excellence, le genre de femmes qui nous fait aboutir à une fin de type "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", rien de très extravagant. Ceci dit, la particularité de la chose est qu'ils ne vécurent pas heureux et n'eurent pas beaucoup d'enfants et cela vous le savez aussi bien que moi, après la triste mort de l'homme aux cheveux couleurs de l'océan, Erina Pendleton se retrouvera sans amour mais heureusement pas sans amis car comme vous le savez Speedwagon veillera et veillera bien... Ceci dit, Mme Joestar est doublée par la très célèbre Ayako Kawasumi voix de Tomoko dans GTO, de Fuu dans Samurai Champloo ou encore de Saber dans Fate, voix ô combien satinée et fragile, parfaite pour une si belle demoiselle. Belle demoiselle apparemment partiellement inspirée de la sublime chanson des Beatles "Eleanor Rigby".

A part ces 5 personnages le reste des personnages de Phantom Blood sont plutôt passe-partout : Georges Joestar, un père aimant mort trop tôt ; Poco, un gosse qui tente de vaincre ses peurs ; Tarkus et Bruford, deux chevaliers zombie du moyen-âge ; Whang Chan, un étrange asiatique dévoué corps et âme à Dio ; Dario Brando, un vieux connard ; Tonpetty, un vieux maître de l'onde et quelques autres seconds rôles de seconde classe.

Le doublage de JoJo's Bizarre Adventure Phantom Blood est très très bon quoique nous sommes encore loin des doublages exceptionnels de Stardust Crusaders et Diamond is Unbreakable, nous savons donc déjà que Kazuyuki Okitsu, Takehito Koyasu, Yoji Ueda, Yoku Shioya et Ayako Kawasumi assurent avec brio les voix de Jonathan, Dio, Speedwagon, William et Erina. Mais nous pouvons aussi retrouver Masashi Sugawara, Yumiko Kobayashi, Taketora, Kenjiro Tsuda, Tetsu Inada et quelques autres seiyuus relativement talentueux dans les rôles secondaires.

Dernier critère : L'Opening et L'Ending ! Que dire à ce propos si ce n'est... OH MY GOD !!!!!! SONO CHI NO SADAME JOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOJO !!!!!!! Plus sérieusement l'orgasmique premier Opening de JoJo's Bizarre Adventure : Sono Chi no Sadame chanté par Hiroaki Tominaga, dieu de naissance, est une véritable légende dans l'histoire de la japanimation ! Tout le monde reconnaît sa valeur et tout le monde s'accorde à dire que c'est une putain de perle et une putain d'hymne à la vie. Sono Chi no Sadame représente à la perfection tout l'univers de JoJo toute partie confondue, un manga résumé en une chanson en quelque sorte... Pareil pour l'Ending, ces putains de dieux de chez David Production ont été nous rechercher un bon vieux morceau du groupe YES : Roundabout, devenu le deuxième emblème de JoJo's Bizarre Adventure tant et si bien que lorsque les mots "To Be Continued" apparaissent quelque part, on imagine presque automatiquement les premières notes cultes de ce chef d'oeuvre de la musique résonner au loin.

Enfin bref, cette petite critique est enfin terminée et comme je l'espère vous l'avez remarqué j'ai tenté de rendre cela un peu plus attractif pour une fois ! Cet première partie d'anime est bourrée de choses cultes et absolument excellentes, alors même si les suivantes sont considérées comme meilleures, quand on pense JoJo, on pense automatiquement Jonathan, Dio, Vampires, Hamon, Sunlight Overdrive, Sono Chi no Sadame, Roundabout et c'est tout ce qui compte.

Note : 15/20 (je garde les notes hors du commun pour les parties suivantes même si le 20/20 me démangeait XD)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 462 fois
2 apprécient

Autres actions de KiruaElric JoJo's Bizarre Adventure : Phantom Blood