Anthologie de la vie et du manga, volume 4

Avis sur Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable

Avatar Supmad
Critique publiée par le

Après Jonathan, Joseph et Jotaro, voici Josuke Higashikata. Un lycéen qui va en cours et vit auprès de sa famille, topo très différent des trois premières parties de Jojo. Un thriller slice of life exceptionnel, avec toujours l’esprit Jojo et un méchant qui dépasse le pourtant déjà tellement iconique Dio Brando. Attention, cette phrase porte a débat : DiU est la meilleure partie de Jojo pour le moment.
Diamond Is Unbreakable raconte la vie normale de Josuke Higashikata, un lycéen cool de la ville de Morioh et de son stand, Crazy Diamond, capable de soigner toute blessure et de reconstruire tout objet. Un héros pacifiste qui va rencontrer Jotaro Kujo, son neveu et héros de la partie 3, à la recherche d’un mystérieux détenteur de stand. Cette critique comportera des spoils sur toute la partie. A l’inverse des trois premières parties, DiU est un slice of life pur et dur. C’est-à-dire que l’animé dépeint la vie de tous les jours de sa bande de héros, qui vont se confronter a de multiples menaces ou pas. La ville de Morioh en elle-même est un élément majeur de l’histoire : à plusieurs moments, après des Beatdowns généreusement distribués par Josuke, on a droit a une fiche touristique sur un lieu de la ville (le rocher d’Angelo ou le livre Terranosuke, par exemple). On s’attache énormément au café, a l’école, aux rues de cette ville moyenne de campagne a l’aube de l’an 2000. En soi, Josuke est un héros dans le sens le plus pur du terme. Pacifiste, sympathique, un peu escroc et menteur, on le comprend vite comme fils de Joseph Joestar, le plus escroc et le plus attachant des Jojo. Un esprit malicieux, une capacité a se tirer des pires situations, et un cœur d’or qui lui permet de s’entourer d’une bande atypique et qui ont tous leur rôles a jouer : Jotaro (un plaisir de le revoir), Koichi (parfois agaçant, mais essentiel comme narrateur), Okuyasu (le crétin sympa de la bande), Rohan (le mangaka arrogant et malin) et tous les détenteurs de stands qui croisent leur route. Un héros qui ne cherche pas à en être un, qui l’est naturellement et voit sa route croiser celle d’un serial killer au but ambigu : une vie paisible. Kira Yoshikage, un méchant incroyablement instable et étrangement attachant, lui et son Killer Queen inquiète et dérange. Une dualité incroyablement bien écrite jusqu’au dernier formidable combat, surprenant dans son déroulé et un final qui ne peut être décrit que comme « golden », une « Golden End » pour une « Great Jojo Part ».
Visuellement, DiU a perturbé plus d’un fan de la version animé de David Productions. Comparé aux parties 1 à 3, ça change énormément. Fini le chara-design musclé et old school, DiU se dirige vers quelque chose de plus épuré, plus simple et pourtant toujours unique. L’univers visuel est incroyable, des couleurs uniques, une diversité selon le stand confronté, une ambiance tendre ou angoissante selon qui est au coeur de l’épisode. Saupoudrer le tout d’une OST quasi-parfaite, digne d’un Persona (c’est pour dire), et vous obtenez un bijou unique et différent de tout ce que l’on a pu voir.
Diamond Is Unbreakable est un Jojo, c’est du Jojo, mais c’est tellement différent de Jojo. Et c’est là que ce manga, cet animé est unique et brillant : il a cette capacité à toujours se renouveler, et avec brio. DiU est un voyage dans une ville étrange, bruyante et folle que l’on découvre avec un plaisir permanent. Arrivederci Jojo, à moins que Bite The Dust ne te ramène une nouvelle fois…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 644 fois
Aucun vote pour le moment

Supmad a ajouté cet anime à 1 liste Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable

  • Séries

    Mon top 50 des animés japonais

    Après avoir vu des dizaines et des dizaines d'animés dans mon premier quart de siècle, je me décide a faire un top 50 totalement...

Autres actions de Supmad Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable