Une excellente adaptation, mais...

Avis sur Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable

Avatar GodotFoire
Critique publiée par le

NB : cette critique ne se concentra que sur les qualités et défauts de l'adaptation animée. Les qualités et défauts du manga ne seront donc pas traités ici. J'ai aussi essayé d'épargner cette critique de spoilers majeurs.

Après les deux saisons de Stardust Crusaders, David Productions rempile en nous gratifiant de la géniale quatrième partie de JoJo : Diamond is Unbreakable (à mon sens la meilleure de la saga).

Premier gros changement donc, pas de division en deux saisons comme pour la troisième partie. Cette décision apporte son lot de de qualités, mais malheureusement aussi plusieurs défauts importuns, sur lesquels on reviendra.
Le plus grand apport de cette décision, et par extension du découpage en 39 épisodes, c'est le rythme ô combien amélioré comparé à SC. La troisième partie souffrait en effet d'une lenteur soporifique due à des arcs souvent séparée en deux épisodes alors que bien souvent un seul aurait suffi. Cette décision d'adapter 16 tomes en 48 épisodes plombait complètement l'anime, dont le concept de base du "méchant de la semaine" ne peut fonctionner qu'avec un rythme soutenu, sous peine de perdre le spectateur surtout lorsqu'il s'agit de combats oubliables.

Heureusement, en ce qui concerne DiU, les 17 tomes de la série ont été adaptés en 39 épisodes. Désormais, plus de somnolences puisque le rythme est réellement soutenu, mais sans trop l'être non plus. Les arcs ne sont en général pas trop bâclé, et l'aspect "Slice of Life" si particulier à cette partie est donc conservé. Je dis bien "en général", car DP a tout de même dû couper plusieurs passages, essentiellement des lignes de dialogues (le "Merde! Je passe pour un gamin de 10 ans" ridicule de Josuke, "l'argument" génial de Okuyasu face aux plaintes de Yoshihiro, les appels téléphoniques de Cheap Trick, les maths de l'antagoniste pendant le combat final, etc). Mais le plus gros élément qui a été supprimé est sans conteste la toute fin du combat contre Superfly, qui représentait pourtant la meilleure partie du combat selon moi. Dommage...

David Productions s'est fait un nom dans le domaine de l'animation pour être très fidèle au matériau d'origine, au plus grand bonheur des fans. Cependant, DP a opté pour deux changements surprenants concernant l'ordre des arcs. Le premier réside dans l'arc Cinderella, qui a été placé avant l'arc introduisant l'antagoniste principal alors qu'il était originellement placé après. Ce choix se révèle étonnement efficace, puisque Cinderella (peut-être l'un des arcs les moins intéressants de cette quatrième partie) ne s'interpose plus entre les arcs présentant Y.K. Cela permet de garantir une montée en intensité palpable, sans arrêt abrupt comme dans le manga. En somme, c'est un choix intelligent.

L'autre changement concerne les arcs Superfly, Enigma et Cheap Trick, qui se déroulent simultanément, en alternance, sous la bannière de la journée du 15 juillet. Cette altération au niveau de la narration fonctionne relativement bien et apporte dans un premier temps un certain vent de fraîcheur. On sent que DP a voulu essayer d'innover, mais le tout s'essouffle un peu vers la fin à cause de la longueur de l'artifice (4 épisodes quand même !).

Mais venons-en au plus gros défaut de l'adaptation: l'animation quelquefois hasardeuse. David Productions n'est certes pas réputé pour la qualité visuelle de leurs travaux. Après tout, le « David » de leur nom provient de « David et Goliath », représentant la modestie du studio couplée à leur ambition de bien faire les choses. Animer 39 épisodes en une seule saison est un défi qui les a malheureusement quelque peu handicapés. On aperçoit à plusieurs reprises (surtout à partir de la seconde moitié) des défaillances au niveau du dessin et de l’animation que l’on peut aisément qualifier de « très moches ». Cette paresse qui a fait le bonheur des amateurs de memes, je doute qu’elle soit liée au budget mais plutôt, justement, au calendrier des charges très strict à respecter… Mais heureusement pour nous, DP s’efforce à améliorer tout cela dans la version Blu-ray, qui représente en quelque sorte la version définitive de l’anime. Les changements apportés peuvent être consultés sur ce site. Based DP.

Bon, malgré tous ces défauts, on ne peut qu’être reconnaissant des efforts fournis par David Productions dans Diamond is Unbreakable. Tous les fans de cette partie (y compris moi) ont quand même trouvé leur compte en voyant tous les moments mémorables enfin animés et pourvus d’effets sonores. Car oui, s’il y a bien des choses qui sont irréprochables dans cette adaptation, ce seraient bien l’OST, les openings et le voice acting. Comme d’habitude, j’aurais envie de dire, et à notre plus grand plaisir ! L’anime est véritablement sublimé par ce travail de qualité et cela nous ferait presque oublier les défauts qui, toutefois, ne sont pas négligeables.

Note finale : 8,5 (-0,5 par rapport au manga)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1993 fois
8 apprécient

GodotFoire a ajouté cet anime à 1 liste Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable

  • Sondage Séries
    Cover Les meilleurs animes japonais

    Les meilleurs animes japonais

    Avec : Cowboy Bebop, Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable, The Tatami Galaxy, Mob Psycho 100,

Autres actions de GodotFoire Jojo's Bizarre Adventure : Diamond Is Unbreakable