It's long and hard times to come

Avis sur Justified

Avatar Michel Morcos
Critique publiée par le

Rien que le générique sous une musique de bluegrass avec un style vintage montre bien à quel genre de série on a affaire : un bon mélange de western, histoires de gangs et policier, mais tout ça avec du punch.
Rien que les décors me permettent de dire que le Kentucky a l'air vraiment merveilleux, même si on peut avoir affaire à des ploucs de l'Amérique profonde qui s'enrichissent avec les trafics d'héroïne qui dégainent leur fusil à la moindre occasion : violation de la propriété privée, intimidation, tortures, trahison, descentes violentes. Le comté d'Harlan peut déjà compter comme un personnage à part entière.
Le héros est le charismatique Raylan Givens, muté dans son milieu natal après avoir abattu un mafieux à Miami, il vous dira que c'était "Justified", il n'empêche que sous ses allures de cowboy (le chapeau Stenson aide pas mal aussi) il a la gâchette facile et ça c'est un important quand on est un Marshall qui traque des fugitifs.
Son alter égo est le charismatique (lui aussi oui) Boyd Crowder incarné par Walton Goggins qui a déjà fait ses preuves dans The Shield, il faut dire que sa famille et celle de Raylan sont assez liées, leur relation est toujours ambiguë puisqu'ils sont toujours partagés entre l'idée de se tirer dessus ou de s'aider dans des situations difficiles, on peut voir une véritable complicité entre le Marshall et le hors-la-loi. Il faut tout de même préciser que Boyd constitue à lui tout seul 50% de l'histoire, à l'heure où j'écris la série n'est pas terminée mais il est inévitable que la série se conclue avec lui.
Pour les autres personnages on a le père de Raylan, un criminel nommé Arlo, Ava une pote d'enfance mais aussi une femme séduisante et redoutable au fusil, son ex-femme pour qui les sentiments ne sont pas éteints, et des coéquipiers pas transparents mais pas loin, sauf pour Art le patron du bureau.
Concernant les saisons, la 1 pose les choses, évoque la nostalgie de Raylan qui n'était pas retourné à Harlan depuis longtemps, qui retrouve pas mal de choses, et adopte un format un épisode = une enquête, on voit que la tonalité est assez légère, il y a en effet beaucoup d'humour. A partir de l'épisode 7 ça décolle vraiment et on a un vrai fil rouge conducteur.
La saison 2 constitue une révélation, c'est là qu'on commence à voir tout le potentiel de Justified exploité avec de vraies intrigues. La saison 3 quant à elle ne fait que perfectionner la touche dramatique et y ajoute encore plus de complexité en ajoutant des factions diverses dont leur motivations sont propres qui rend l'issue incertaine (ça me rappelle une bonne grosse série ça). La saison 4 démarre assez lentement jusqu'au 7e épisode où ça démarre au quart de tour, une véritable addiction jusqu'à la fin.
La saison 5 promet du très bon également.
Justified pour résumer ? Unique en son genre, elle apporte véritablement son grain sans miser uniquement sur son côté atypique mais également sur ses personnages très travaillés, une véritable finesse d'écriture dans les intrigues et des dialogues complètement savoureux, le tout distillé avec de l'humour et du drame. Cette série est tout simplement une bombe.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 743 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Michel Morcos Justified